Browsing Category

Un livre Un jour

Un Livre Un Jour #10 ~ L’écrivain du Futur.

Un livre Un jour 7 mars 2015

Fils Aîné, me voyant régulièrement écrire (pour le blog, sur les réseaux sociaux, sur mes copies, sur les réseaux sociaux , sur mes préparation de cours, sur les réseaux sociaux), a décidé lui aussi de publier sa première nouvelle.

La toute petite maison « Game of Mômes – Books » a accepté de l’éditer (mais sans lui donner d’avance – d’argent de poche – sur recette).

 

Voici donc la première ébauche de « Aïe » , car un petit peu de promotion ne lui fera pas de mal :

 

001

 

 

« Aie » est une nouvelle qui vous fera voyager dans une forêt easterosienne, particulièrement sombre et dangereuse (en voilà d’ailleurs la bande-son), nous y retrouvons la maladresse de l’enfance et le pouvoir mystérieux des trèfles à quatre feuilles :

 

 

7oD6_2ATwqHfKLuS68iIticu4q3fkkLF804V0P8Dpn00=w1153-h865-no

 

Sa deuxième nouvelle, plus polémique et engagée, intitulée « J’en peux plus » parle des relations conflictuelles entre frères. D’ailleurs, il souhaitait l’appeler « J’en ai marre de Fils Cadet », mais son éditeur lui a fait remarquer que c’était un peu trop zemmourien (et en tant que mère, je ne peux le supporter) clivant.

Je vous en parlerai peut-être prochainement (les Frères Gallagher seraient intéressés pour une adaptation au cinéma) (mais chut 😉 )

FKsp41BCUq-ZPyk5U99tW8kwfb1l5Xncuq4mwKHa5FrC=w1096-h822-no

 

***

Rendez-vous sur Hellocoton !
16 Comments

Un Livre (-disque) Un Jour #9 – Ballades enfantines

Un livre Un jour 24 janvier 2015

Lors du spot E-fluent Mums 3, j’ai eu l’occasion de rencontrer Domitille Lutz et Amaury de Crayencour, deux jeunes chanteurs fort sympathiques.

Je ne les connaissais pas, mais comme ils dédicaçaient un « EP » de leur dernier album, j’ai été attirée par la lumière de leur musique. Ce sont des interprètes et musiciens pour enfants (bien évidemment) (il aurait été curieux de rencontrer des métalleux dans un salon de puériculture) et leur dernier album s’appelle Ballades enfantines.

Amaury a ri quand je lui ai dit le nom de mon blog, et toute personne qui trouve « Game of Mômes » marrant a immédiatement toute ma sympathie et mon attention. J’ai donc accepté de faire découvrir leur univers à Fils Cadet. D’autant plus que leur très joli album se décline sous la forme d’un livre-disque. Et Fils Cadet est un fan inconditionnel de livres-disques. Bon okay, plutôt ceux qui racontent des histoires de loups ou ceux qui regroupent une dizaine de comptines niaises et pénibles, mais nous ne désespérons de lui faire écouter de la bonne musique (c’est déjà un vœu pieux de LdmJ me concernant).

Ballades enfantines_3D

Domitille et Amaury revisitent des classiques de notre enfance : quelques  intemporels de Prévert, Trénet, Salvador… C’est jazzy et j’aime beaucoup … A vrai dire, il m’arrive même de l’écouter quand je suis seule à la maison. Ce disque nous balade virtuellement des bords de Seine à l’Opéra tout en saluant la Tour Eiffel, mais il n’est pas si « parisianiste » que le laisse suggérer le visuel de l’album. On se perd également sur les petits chemins qui sentent la noisette de notre enfance au gré d’un papillon ou d’une abeille. Avec une petite pointe de nostalgie.

J’avais un peu peur que Fils Cadet n’adhère pas spécialement à cette musique douce et « swingante » , auquel cas il m’aurait été difficile d’écrire une chronique. Mais il l’écoute régulièrement tout en feuilletant en même temps le petit livre qui l’accompagne. Et à ma grande surprise, il connait quasiment chacune des chansons par cœur.

Je ne résiste pas à l’envie de vous en proposer un extrait avec l’accompagnement de Fils Cadet :

Oui, c’est tout mignon 🙂 Je pense que tout le monde peut lui mettre  un :

fb-ecole

Vous remarquerez que je crie « Bravo » avant la fin de la chanson. Je suis une fan pitoyable, je le crains.

Si vous le souhaitez, l’intégralité de l’album peut être écouté sur le site de Naïve Jeunesse. (mais sans le petit choriste 😉 )

 

Un spectacle, inspiré de cet album, est actuellement en tournée. Il s’agit d’une balade en chansons de près d’une heure à la découverte de Paris. Je sais que Domitille et Amaury feront une halte à la COMÉDIE DE PARIS, le samedi 31 janvier 2015 à 16h00. Bien évidemment, pour des raisons techniques d’éloignement géographique,  je ne peux y emmener les garçons ; mais si cela vous intéresse, les infos sont ici et .

Cet extrait a beaucoup plu à notre petit fan :

 

****

Merci à Marine de Naïve Jeunesse pour nous avoir offert le disque et à Amaury et Domitille pour leur gentillesse.

IMG_20150124_090517~2IMG_20150124_090528~3

Rendez-vous sur Hellocoton !
6 Comments

Une lecture stimulante et drôle sur la grossesse. [Un Livre Un Jour #8 ]

Un livre Un jour 16 février 2014

 

En septembre 2010, j’étais enceinte de Fis Cadet … échouée sur mon canapé depuis le troisième mois de grossesse (cerclage inside) (vraiment inside pour la peine).

Nous n’avions pas encore découvert le haut-débit internet dans notre quartier de Winterfell, mais des travaux pour nous apporter le Graal (la fibre) étaient en cours. Dire que j’attendais mon nouvel abonnement avec impatience serait un euphémisme : je trépignais littéralement sur place (avec toute la souplesse et la grâce que me permettait un ventre arrondi de 8 mois). Nous allions passer de 50kb/s (oui, je parle bien de très bas-débit) à 30Gb/s et le choc risquait d’être brutal.

L’entrée de Fils Aîné en maternelle puis l’arrivée de la fibre jusqu’à notre demeure a permis de révolutionner mes 3 dernières semaines de grossesse : je les ai passées allongée devant l’écran d’un ordinateur portable.

Un matin, en traînant sur le forum de l’émission Les Maternelles, une « maternaute » donnait le lien d’un article qu’elle avait adoré, ce dernier était écrit par une jeune maman blogueuse : Marie Pérarnau.

Je ne lisais aucun blog.

Je pensais que c’était une mode adolescente : à cette époque, il existait 2 millions de skyblogs remplis de photos de gamins se galochant ou se tenant par le cou, de fautes d’orthographe et de kikou lol.

La découverte du blog de Marie, m’a permis de passer agréablement mes derniers jours de grossesse. Puis sa lecture a accompagné mes premières heures de Multi.

Pendant plusieurs mois, je n’ai lu et commenté que son blog. Petit à petit, j’ai diversifié mes lectures internet et fait de belles découvertes. Cependant, j’ai toujours continué à lire Marie. Elle a ce truc en plus, elle sait être drôle et touchante, tout en décrivant savoureusement le quotidien d’une famille pourvue de plusieurs « nains ». Elle a ce don de rendre les textes qu’elle écrit si ancrés dans TA réalité que tu as l’impression que c’est une copine de longue date.

Et surtout, son succès, si largement mérité, ne lui est jamais monté à la tête. Je l’imagine comme une personne très simple avec qui je pourrais raconter mes pires angoisses de maman sans être jugée.

J’ai évidemment acheté son premier livre à sa sortie : « Des trucs pour les nains, mais pas que ».  Il reprend le ton de ses chroniques pour décrire le quotidien d’une famille ordinaire. J’ai lu les passages les plus savoureux à LdmJ à voix haute. Même lui a concédé que, pour un livre sur la parentalité, c’était vraiment drôle. Son passage préféré est celui où elle décrit son frigo comme une pub géante pour une marque de yaourt enfantin extérieur ET intérieur (c’est tellement cela).

J’en ai apprécié toute la lecture avec une prédilection pour les combats « Multi vs Primi ».

C’est Marie qui m’a donné le gout et l’envie d’écrire à mon tour : c’est grâce à elle que j’ai ouvert mon blog.

Le jour où, elle a ajouté à ses favoris un de mes articles sur Twitter, j’étais tellement heureuse que j’aurais pu prendre ma retraite « bloguesque » dans la seconde (tu remarqueras que j’ai tout de même continué).

Imagine alors ma joie, quand elle m’a contactée (ainsi que d’autre blogueurs, hein 😉 ) en proposant de m’envoyer son dernier livre : « De la grossesse à la naissance » .

 

IMG_20140214_171135~2

Si en 2010, on m’avait prédit  que je recevrais un de ses livres dédicacé, j’aurais souri en levant les yeux au ciel.

Je viens de le terminer. N’étant pas critique littéraire – et ne prétendant pas le devenir – il sera difficile pour moi de retranscrire fidèlement mes impressions à sa lecture.

Cela m’a rappelé les études de livres que je faisais en Première : je mettais plein de post-it dedans et ensuite je ne savais plus par quoi commencer.

Évidemment, j’ai beaucoup ri car les souvenirs de mes propres grossesses sont encore bien présents. Ce guide est le cadeau idéal à faire à une future maman.

Quand tu es enceinte, notamment la première fois, tu te plonges dans des lectures très sérieuses sur l’embryon qui occupe ton corps (et ta tête). Pour ma part, je m’étais énormément documentée. Trop sérieusement (rappelle-toi, ma mère m’avait même passé son Laurence Pernoud de 69).

Le livre de Marie, lui,  se veut décomplexant et décalé. Il donne beaucoup de conseils et d’astuces simples et utiles tout en conservant cette légèreté de ton qui caractérise si bien son auteure. Elle réussit à nous décrire la « vraie grossesse » celle qui se vit : ses joies, ses peurs , ses passages obligés, son manque de sommeil (déjà) …

C’est le complément idéal de lectures plus sérieuses, le petit truc en plus. De « comment se passe une visite chez le gynéco » au « choix du prénom ». De « comment coacher les aînés » à la description « d’une journée de la lose » par une femme enceinte (hilarant). Les chapitres s’enchainent agréablement et j’en ai retrouvé, chaque soir, la lecture avec plaisir. La dernière partie est consacrée à la naissance et aux premiers jours du nouveau-né, je plussoie tous les conseils donnés notamment l’inventaire de la valise de maternité qui est au top.

LdmJ craignait que ce livre ne me donne l’envie d’un petit troisième. En fait – curieusement – pas tant que cela. Cela m’a aussi rappelé aussi les « premières nuits moisies » avec un Nanonain 😉 . C’est bien de prévenir les futurs parents (sur le ton de l’humour) mais cela peut aussi servir de piqures de rappel aux multis dans mon genre.

Pour conclure, je placerai un extrait qui résume bien l’idéologie du livre :

« Vous l’aurez compris, il ne s’agit pas de dire que l’un des deux choix est plus approprié que l’autre. Il s’agit de faire au mieux. Comme toujours, d’ailleurs, à partir du moment où l’on devient parent. »

Merci Marie.

 

« De la grossesse à la naissance » par Marie Perarnau, Editions du Chêne.
Rendez-vous sur Hellocoton !
4 Comments

Un livre Un jour #7 : La collection "Pour les enfants" des Editions Fleurus.

Un livre Un jour 21 septembre 2013
Nous avons une collection de livres Fleurus très impressionnante.
LdmJ les achète pour trois fois rien en brocante et notre famille la complète régulièrement à différentes occasions.
En voici une partie :

Certains ont été particulièrement appréciés, comme l’Imagerie de l’Eveil, qui est resté un des favoris de Fils Aîné durant une longue période. J’avoue même avoir caché ce livre certains soirs pour éviter de répéter durant une demi-heure tous les mots de l’alphabet ( #BadMother ).
Il apprécie toujours de lire avec nous La grande imagerie des trains.
C’est un garçon … donc tout ce qui roule est GÉNIAL.
LdmJ était heureux de lui avoir trouver La grande imagerie de l’espace, mais pour l’instant, Fils Aîné ne s’y intéresse pas plus que cela ( cela vole, c’est moins bien ).
Fils Cadet, pour sa part, apprécie la collection « Petit Garçon » avec une prédilection pour L’ambulance de Maxence. Je me demande pourquoi.
Les éditions Fleurus m’ont proposé de tester un livre de leur collection « Pour Les Enfants ».
Nous avons choisi : Les châteaux forts, qui reste une valeur sûre ( camions, châteaux, chantier, chevaliers : mes Mômes aiment les mots en C. )
Cette collection s’adresse à des Mômes de 5 à 8 ans. Personnellement, je la trouve très bien faite. Au fil des pages, des enfants posent des questions sur un sujet (le thème du livre). Les réponses sont développées à l’aide de dessins voir de photos  accompagnés de textes courts et explicites.
Evidemment, Fils Aîné, en voyant la longueur du livre, a fait la moue. Il est encore à un âge où l’on préfère les histoires courtes. Je n’ai rien dit et j’ai laissé le bouquin à sa disposition tout l’été.
Au mois d’Août, je le retrouvais régulièrement au pied de son lit le matin. Mais il refusait toujours que nous en lisions une partie ensemble. C’était contrariant. J’avais un article à écrire ! Zut à la fin  ( les Mômes, ces gâcheurs de tests ).
En fait, tout seul, il ne lisait que les bulles, avec les questions des enfants. Je l’ai compris quand il a voulu savoir pourquoi les chevaliers quittaient leurs parents tout petits. Je lui ai demandé s’il avait lu la réponse dans le livre, il m’a répondu que non. Nous avons donc été rechercher la page en question et nous avons lu la réponse qui y était apportée.
Les réponses sont claires, bien écrites, et pas trop descriptives. Elles vont à l’essentiel. Bon ce soir là, nous avons digressé : Fils Aîné m’a expliqué que lui il ne quitterait JAMAIS ses parents. Qu’il resterait pour toujours avec nous. Evidemment, je lui ai dit que non : un jour il aurait sa propre vie, son amoureuse, ses enfants et cela s’est terminé dans les larmes ( les miennes je précise ).
Depuis le début du mois, de temps en temps nous prenons donc son livre et nous choisissons ensemble une question posée par un enfant dont nous lisons la réponse. Quand il est motivé, nous en lisons plusieurs. Ce sont vraiment des moments d’échanges sympathiques, et qui me change agréablement des Super Picsou ( son obsession du moment ).
Cette collection existe aussi, par exemple, sur les Dinosaures, la Ferme, les Pompiers.
Autant de thèmes, qui je dois bien le reconnaître, auraient été appréciés par le principal intéressé.

Vous pouvez retrouver l’intégrale de cette collection ICI.

Rendez-vous sur Hellocoton !
2 Comments

Un livre Un jour # 6 ~ " C’est moi le plus fort " et autres histoires de Mario Ramos.

Un livre Un jour 16 août 2013
Moi et les Mômes avons découvert les livres de Mario Ramos l’année dernière. Quand j’ai cherché des renseignements sur cet auteur début 2013, j’ai appris avec tristesse sa mort un mois auparavant. C’est un peu étrange, mais j’ai été sincèrement peinée car, à travers la lecture de ses livres, j’ai senti une personne sympathique possédant le génie de l’écriture pour enfants ( pour moi, écrire des bons livres pour enfants relèvent d’une part de génie ).

Je vais principalement évoquer ici ses livres pour les de moins de 7 ans. Mais il a également écrit pour les plus grands.
Beaucoup de ses histoires se situent dans la forêt, où nos Mômes y retrouvent des personnages récurrents inventés par l’auteur dont son fameux loup, mais également des personnages traditionnels issus des contes de notre enfance.
Fils Cadet est un fan inconditionnel du loup de Mario Ramos. D’ailleurs, de manière générale, il adore les livres parlant de loups ( de monstres et d’araignées aussi ) ( oui, nous traumatisons légèrement nos Mômes ).
La série que j’appellerai  » du loup  »  ( moi aussi je déborde d’imagination )  est principalement composée des trois livres :

 » C’est moi le plus fort  » ,  » C’est moi le plus beau  »  et  » Le plus malin  » :

Les deux premiers racontent, avec malice, les déambulations d’un  loup vantard dans la forêt. Tous les habitants de ces bois le craignent et, par conséquent, le flattent. Mais un petit personnage continue de résister encore et toujours à l’envahisseur : un bébé dragon. Qui finit toujours par avoir le dernier mot. Et c’est très drôle.
Et maintenant, c’est qui le plus beau ?

Fils Cadet connaît par cœur une des réplique du loup et la ressort régulièrement dans des contextes variés : en voiture ou à des personnes qu’il ne connaît pas ( c’est plus « fun » ).
Donc, si un jour, vous êtes invités dans notre humble demeure et que Fils Cadet vous sort :

 » QUOI ! Pauvre gargouille ! Misérable artichaut ! Tête de lard ! Tu cherches la bagarre ? J’ai dû mal entendre. Qui est le plus fort s’il-te-plait ? « 
 
Et avec le ton qu’il convient, s’il vous plait.
Ne vous fâchez pas ( et ne répondez pas non plus que c’est Fils Cadet le plus fort ! ) ( il ne mesure que 96 cm ) ( ceci dit, il pèse quand même 16 kg ) .
En fait, je le soupçonne de vouloir lire ce livre encore et encore juste pour réentendre ce passage.
Fils Aîné aussi apprécie ces lectures et il est plus sensible au message que veut faire passer l’auteur.
Nous n’avons pas  » Le plus malin  » à la maison mais Maman Bavarde en parle très bien ici . C’est terrible, je veux ce livre ( enfin, les Mômes surtout, bien sûr ) mais impossible de le trouver ni à Cultutruc ni à la médiathèque. ( si vous souhaitez me faire un cadeau à Fils Cadet hein ^^, ne vous gênez pas ! ).
Les illustrations de ces livres débordent de petits clins d’œil, il faut bien tout observer, c’est réjouissant !
Fils Cadet conseille également du même auteur :

 » Mon ballon  » :

Toujours dans la forêt, nous suivons Le Petit Chaperon Rouge et son super ballon. Elle va rendre visite à sa mère-grand ( oui, c’est sa seule occupation ) et, en chemin, elle chante la chanson préférée de Fils Cadet :  » Promenons nous dans les bois … » ( Il la chante à longueur de journée et principalement dans la voiture, d’ailleurs si vous avez manqué ses vocalises, je vous conseille d’aller écouter la bande-annonce de la saison 2 )
En chemin, Le Petit Chaperon rencontre toute une galerie de personnages farfelus ( déjà croisés dans d’autres livres de l’auteur ). L’anticipation de la page suivante plait beaucoup aux Mômes.

Evidemment elle finit par tomber sur le loup, qui commet une erreur fatale : on ne touche pas au ballon des petits nenfants. ( Cris Parole  de Môme ).
Notre dernière trouvaille à la médiathèque :


« Roméo et Juliette » :

C’est l’histoire d’amitié entre un éléphant timide surnommé tomate et une petite souris grise.

Un livre adorable à mettre dans les mains de tout enfant qui rougit facilement.
Tous les livres de Mario Ramos sont à découvrir sur son site.
Bonne lecture !
Rendez-vous sur Hellocoton !
1 Comment

Intermède ~ Un jour Un livre # 5 : Grosse colère de Mireille d’Allancé

Lecture, Série culturelle, Un livre Un jour 21 juin 2013
Les Mômes font des colères, ce n’est guère étonnant, ce sont des mômes après tout. Heureusement pour nous et nos oreilles, elles ne durent jamais très longtemps.
Fils Aîné peut faire des colères impressionnantes pour une broutille. Quand il était plus petit, il s’énervait souvent parce qu’il n’arrivait pas à faire quelque chose de crô difficile : par exemple, quand il n’arrivait pas à attacher une remorque à l’arrière d’une petite voiture … frustration : jet du jouet, colère, pleurs, roulage en boule par terre. Encore aujourd’hui, il peut faire une colère parce qu’il n’arrive pas à mettre son pyjama tout seul. ( Et que sa méchante maman refuse de l’aider, sous le prétexte qu’elle prépare le  repas … )
Fils Cadet ne fait pas de colères pour les mêmes raisons. Il est plutôt cool quand il n’arrive pas à emboîter un duplo dans un autre . Non, Fils Cadet , lui, nous fait des colères dès que nous lui disons Non ( terrible two … ) et surtout au moment des repas. Parce qu’il est gourmand mon Fils Cadet, et qu’il négocie toujours pour en avoir plus.
Sinon, ensuite le déroulement d’une scène de colère est sensiblement le même chez les deux : pleurs hystériques, parfois quelques roulades par terre, et cette espèce de violence qui peut être verbale :  » Je ne suis plus ta maman !  » ( oui, oui, dans l’ordre là ^^ ) ou gestuelle, quand le Môme lève le bras au ciel pour taper sur quelqu’un ou lancer ses jouets. Cette violence sous-jacente est la plus difficile à canaliser pour les miens. Fils Aîné met la main en l’air puis on sent le combat intérieur pour se dominer, et se calmer. Fils Cadet a  encore du mal à se maîtriser et il lui arrive de mordre … son frère la plupart du temps.
Nous réagissons différemment selon notre état de fatigue et d’énervement. Il est vrai que lorsque nous rentrons du travail  et que certains élèves nous ont bien agacés; retrouver des enfants hurlants à la maison  et se jetant au sol à la moindre contrariété n’est pas l’idéal. Il ne faudrait pas crier… même si c’est tentant afin de soulager son trop plein de fatigue. Cela ne fait qu’amplifier le problème. La plupart du temps nous tentons de rester zen et envoyons le Môme se calmer dans sa chambre, porte fermée.
Il n’est pas évident de savoir comment réagir face à l’impulsivité des Mômes, et parfois il est utile de se faire aider par des livres, encore faut-il trouver celui qui conviendra le mieux à nos enfants.

Le livre « Grosse Colère » de Mireille d’Allancé.

C’est l’histoire  d’un petit garçon, qui rentre énervé le soir, comme beaucoup d’enfants après une journée d’école ou de garderie. Et ses soucis continuent … des épinards pour le repas du soir. La lose ! [ Ceci dit les miens aiment beaucoup les épinards ] [ avec de la crème ] [ et du gruyère rapé ].
La grosse colère monte et son papa lui demande d’aller se calmer dans sa chambre.
Mais une fois seul, la colère du petit garçon s’exprime de manière violente. Elle est représentée par un gros monstre rouge qui sort de l’enfant quand celui-ci se met à crier.

Et tout d’un coup, le petit garçon ne contrôle plus rien, il devient spectateur de sa propre violence. Il voit ce vilain monstre tout retourner dans sa chambre et casser son jouet préféré.

A ce moment précis, le petit garçon choisit de combattre sa colère.

C’est bien fait, et je trouve  l’idée de comparer la colère de l’enfant à un monstre, très astucieuse, car facilement compréhensible par des enfants.
Fils Aîné a bien compris l’histoire, d’autant plus qu’il n’est pas rare qu’il jette ses jouets quand il est en crise. Ce livre permet d’expliquer que cette colère qui leur fait faire ou dire des trucs pas sympas  : ce n’est pas eux, c’est le gros monstre. Et qu’il peuvent à tout moment décider de le combattre. Il lui arrive parfois ( pas toujours ceci-dit ) d’être triste de m’avoir dit qu’il ne m’aimait plus, et là c’est facile de lui répondre :
« Je sais mais c’est le gros monstre qui l’a dit, pas toi. »

Fils Aîné aime la lire seul, sans nous. Je pense qu’il s’identifie très bien au petit garçon et que cela le met mal à l’aise vis à vis de nous ses parents. En effet une fois la colère retombée , il n’aime pas trop en parler car cela le rend triste.
Cependant, je retrouve régulièrement ce livre à côté de son lit le matin.

Par contre , Fils Cadet est trop petit, le monstre lui fait peur et il refuse catégoriquement de le lire avec nous. On se contente juste de lui (re)lire l’histoire de Monsieur NON.

Nous n’avons point d’autres livres de l’auteur-illustratrice Mireille d’Allancé, mais en farfouillant sur son site, j’ai découvert plein d’autres histoires que j’ai évidemment envie d’offrir à mes enfants.

Bonne lecture !

Je rappelle que c’est le dernier soir pour tenter de gagner un livre enfants personnalisé Unique Editions. A minuit, le concours sera fini. C’est ici. Le résultat final sera connu Dimanche matin avec le deuxième épisode de Fun with Math.

Bonne fête de la musique à tous !

Rendez-vous sur Hellocoton !
8 Comments