Browsing Category

Série culturelle

Intermède ~ Un jour Un livre # 5 : Grosse colère de Mireille d’Allancé

Lecture, Série culturelle, Un livre Un jour 21 juin 2013
Les Mômes font des colères, ce n’est guère étonnant, ce sont des mômes après tout. Heureusement pour nous et nos oreilles, elles ne durent jamais très longtemps.
Fils Aîné peut faire des colères impressionnantes pour une broutille. Quand il était plus petit, il s’énervait souvent parce qu’il n’arrivait pas à faire quelque chose de crô difficile : par exemple, quand il n’arrivait pas à attacher une remorque à l’arrière d’une petite voiture … frustration : jet du jouet, colère, pleurs, roulage en boule par terre. Encore aujourd’hui, il peut faire une colère parce qu’il n’arrive pas à mettre son pyjama tout seul. ( Et que sa méchante maman refuse de l’aider, sous le prétexte qu’elle prépare le  repas … )
Fils Cadet ne fait pas de colères pour les mêmes raisons. Il est plutôt cool quand il n’arrive pas à emboîter un duplo dans un autre . Non, Fils Cadet , lui, nous fait des colères dès que nous lui disons Non ( terrible two … ) et surtout au moment des repas. Parce qu’il est gourmand mon Fils Cadet, et qu’il négocie toujours pour en avoir plus.
Sinon, ensuite le déroulement d’une scène de colère est sensiblement le même chez les deux : pleurs hystériques, parfois quelques roulades par terre, et cette espèce de violence qui peut être verbale :  » Je ne suis plus ta maman !  » ( oui, oui, dans l’ordre là ^^ ) ou gestuelle, quand le Môme lève le bras au ciel pour taper sur quelqu’un ou lancer ses jouets. Cette violence sous-jacente est la plus difficile à canaliser pour les miens. Fils Aîné met la main en l’air puis on sent le combat intérieur pour se dominer, et se calmer. Fils Cadet a  encore du mal à se maîtriser et il lui arrive de mordre … son frère la plupart du temps.
Nous réagissons différemment selon notre état de fatigue et d’énervement. Il est vrai que lorsque nous rentrons du travail  et que certains élèves nous ont bien agacés; retrouver des enfants hurlants à la maison  et se jetant au sol à la moindre contrariété n’est pas l’idéal. Il ne faudrait pas crier… même si c’est tentant afin de soulager son trop plein de fatigue. Cela ne fait qu’amplifier le problème. La plupart du temps nous tentons de rester zen et envoyons le Môme se calmer dans sa chambre, porte fermée.
Il n’est pas évident de savoir comment réagir face à l’impulsivité des Mômes, et parfois il est utile de se faire aider par des livres, encore faut-il trouver celui qui conviendra le mieux à nos enfants.

Le livre « Grosse Colère » de Mireille d’Allancé.

C’est l’histoire  d’un petit garçon, qui rentre énervé le soir, comme beaucoup d’enfants après une journée d’école ou de garderie. Et ses soucis continuent … des épinards pour le repas du soir. La lose ! [ Ceci dit les miens aiment beaucoup les épinards ] [ avec de la crème ] [ et du gruyère rapé ].
La grosse colère monte et son papa lui demande d’aller se calmer dans sa chambre.
Mais une fois seul, la colère du petit garçon s’exprime de manière violente. Elle est représentée par un gros monstre rouge qui sort de l’enfant quand celui-ci se met à crier.

Et tout d’un coup, le petit garçon ne contrôle plus rien, il devient spectateur de sa propre violence. Il voit ce vilain monstre tout retourner dans sa chambre et casser son jouet préféré.

A ce moment précis, le petit garçon choisit de combattre sa colère.

C’est bien fait, et je trouve  l’idée de comparer la colère de l’enfant à un monstre, très astucieuse, car facilement compréhensible par des enfants.
Fils Aîné a bien compris l’histoire, d’autant plus qu’il n’est pas rare qu’il jette ses jouets quand il est en crise. Ce livre permet d’expliquer que cette colère qui leur fait faire ou dire des trucs pas sympas  : ce n’est pas eux, c’est le gros monstre. Et qu’il peuvent à tout moment décider de le combattre. Il lui arrive parfois ( pas toujours ceci-dit ) d’être triste de m’avoir dit qu’il ne m’aimait plus, et là c’est facile de lui répondre :
« Je sais mais c’est le gros monstre qui l’a dit, pas toi. »

Fils Aîné aime la lire seul, sans nous. Je pense qu’il s’identifie très bien au petit garçon et que cela le met mal à l’aise vis à vis de nous ses parents. En effet une fois la colère retombée , il n’aime pas trop en parler car cela le rend triste.
Cependant, je retrouve régulièrement ce livre à côté de son lit le matin.

Par contre , Fils Cadet est trop petit, le monstre lui fait peur et il refuse catégoriquement de le lire avec nous. On se contente juste de lui (re)lire l’histoire de Monsieur NON.

Nous n’avons point d’autres livres de l’auteur-illustratrice Mireille d’Allancé, mais en farfouillant sur son site, j’ai découvert plein d’autres histoires que j’ai évidemment envie d’offrir à mes enfants.

Bonne lecture !

Je rappelle que c’est le dernier soir pour tenter de gagner un livre enfants personnalisé Unique Editions. A minuit, le concours sera fini. C’est ici. Le résultat final sera connu Dimanche matin avec le deuxième épisode de Fun with Math.

Bonne fête de la musique à tous !

Rendez-vous sur Hellocoton !
8 Comments