Il y a quelques années …

– Fils Cadet, tu sais ce que veux dire dire le mot « étourdi » ?

– C’est quand tu as la tête qui tourne après un manège ?

– Non, mais c’est une jolie façon de le dire.

– C’est un oiseau ?

– Non, tu confonds avec un étourneau.

– Alors je ne sais pas.

Eh bien en fait Fils Cadet, un étourdi … c’est toi 😛


*** GÉNÉRIQUE ***

Allez pour une spéciale Fils Cadet, un générique spécial trombone me semble approprié.


 

Cette année a marqué un tournant, puisque Fils Cadet a changé d’école pour entrer dans une Classe à Horaires Aménagés Musique (option trombone à coulisse tu l’auras compris 😉 )

Concrètement cela signifie que deux fois par semaine, la classe de CE1 « se déplace » au conservatoire de musique où une salle leur est réservée. Durant ces deux demi-journées, en  parallèle de leurs cours avec leur maîtresse, les enfants voient leur professeur d’instrument et prennent des leçons de formation musicale. Dans la pratique, cela veut dire que la maîtresse doit leur dire tout le temps ce qu’ils doivent avoir dans leur sac (trousses/cahiers/fichiers de maths …) puisqu’ils ont deux salles de classe et qu’ils naviguent toute la semaine entre les deux. A cela se rajoute le petit sac contenant les affaires pour la FM (formation musicale) sans oublier l’instrument – souvent lourd – qu’il convient d’emporter également.

Quand tu es un enfant de CE1, plutôt tête en l’air, cette organisation devient vite compliquée.

Dès le début de l’année, Fils Cadet a commencé à perdre des feuilles d’information plus ou moins importantes. J’ai dû rapidement en parler avec la maîtresse. Je me rappelle bien de cette première discussion, parce qu’une autre maman a tenté de me dissuader de lui en parler :

« Je te ferai une photocopie si tu veux, pas la peine d’en parler avec la maîtresse … » avec le regard qui sous-entend : Fils Cadet va être catalogué comme un « enfant qui perd ses affaires ».

C’est marrant, parce que justement Fils Cadet EST un enfant qui perd ses affaires. Tout le temps. Partout. Et croire que la maîtresse ne va pas s’en apercevoir toute seule m’a donné un début de fou rire. Lorsqu’elle va ramasser pour la 15ème fois un crayon nommé « Fils Cadet », elle va bien en tirer d’elle-même les conclusions qui s’imposent … C’est peut-être parce que je travaille dans l’Éducation Nationale, mais j’ai tendance à voir la maîtresse comme une alliée et pas  quelqu’un qui va tout de suite juger mon enfant négativement (bon, ceci dit parfois on est surpris du manque d’empathie de certains collègues, mais au départ, j’aurais tendance à avoir confiance.)

Et effectivement, la maîtresse a vite cerné l’étourdi : « Parfois je me demande où il est et … je le retrouve sous sa table en train de ramasser ses crayons. C’est fou ce que ses crayons peuvent tomber. »

Tu te rappelles peut-être que Fils Cadet est magicien à ses heures perdues ? Et bien je dois te dire que son tour le plus réussi est celui de faire SYSTÉMATIQUEMENT disparaître son crayon de papier de sa trousse.

Le dimanche nous en disposons un nouveau bien au chaud et pfff le mercredi il a disparu.

Sa trousse est un gouffre sans fond, je pense.

Parce que cette semaine, c’est son feutre à ardoise tout neuf qui a disparu (du lundi au mardi : RECORD battu) ainsi qu’un bâton de colle à peine entamé.

Sans compter que nous en sommes à sa quatrième équerre… sachant qu’il a dû utiliser deux fois cet instrument de géométrie en classe depuis le début de l’année. Il est fort, putain.

Je lui ai demandé de rapporter sa trousse de coloriage pendant les dernières vacances. Elle m’a fait de la peine : seulement 4 crayons de couleur et 5 feutres me regardaient tristement.

Parfois la maîtresse fait un feed-back sur tous les trucs qu’elle a ramassés, et là c’est Byzance ! Fils Cadet récupère trois paires de ciseaux à son nom que nous en empressons de cacher pour la semaine suivante.

Ce qui me rassure un peu, c’est que cette navigation entre deux salles de classe pose des soucis d’organisation à d’autres enfants de sa classe, vu le dernier message déposé par la maîtresse sur le padlet des CE1 : « Pourriez vous vérifier régulièrement le matériel dans la trousse de votre enfant : certains viennent sans stylo dès le lundi matin »

Ce n’est pas le cas de Fils Cadet ! C’est le mardi matin qu’il a tout perdu 😀


Sinon, nous avons pris l’habitude de naviguer certains soirs entre les différents points stratégiques de Winterfell :

  • Passer au gymnase pour récupérer le bonnet-nyeux oublié sur un banc (c’est juste un bonnet avec deux yeux dessinés dessus) (collector dans le genre moche mais il l’adore). Bonnet qu’on ne retrouvera pas d’ailleurs, parce qu’en fait Fils Cadet l’avait juste oublié sur le radiateur à l’école (« Mais je ne me rappelais plus »).
  • Passer au dépôt des bus récupérer le sac de sport oublié sur une banquette.
  • Retourner au conservatoire pour récupérer le carnet de correspondance.

L’habitude, je te dis.

 


C’est d’ailleurs pour cela qu’un soir, alors que je l’ai vu  ENCORE rentrer sans son bonnet-nyeux (qui pouvait être au gymnase, au conservatoire, dans un bus, dans la rue ou sous un radiateur à l’école) (journée faste), j’ai grimacé :

– OH tu as encore perdu ton bonnet ?

– Je sais pas …

– Comment ça tu sais pas ?

– Ben, tant que je n’ai pas vérifié qu’il n’est pas sur le radiateur de la classe, je ne pourrai pas savoir s’il est perdu ou non !

Bref, Fils Cadet a inventé le concept du Bonnet de Schrödinger 

Sur le moment, je n’ai pas du tout rigolé. Peu après, je l’ai écrit sur la page facebook du blog. Hein. Autant en rire.


Je tiens tout de même à signaler qu’après la saison hivernale, Fils Cadet a TOUJOURS son bonnet-nyeux (alors qu’il a été « perdu » une bonne dizaine de fois). On pourrait presque lui décerner une récompense: « Gérard-du-bonnet-le-plus-perdu-puis-retrouvé-en-l’espace-de-cinq-mois ».


Que te raconter encore ?

Tous les soirs, il sort 10 bonnes minutes après le reste de sa classe.

La première fois je me suis inquiétée.

Quand il est enfin apparu, il m’a expliqué qu’il avait une « bonne raison » pour être en retard : « J’ai vérifié plusieurs fois que j’avais bien tout mon matériel pour demain, et surtout mon cahier de poésie pour les devoirs. »

Arrivé à la maison, nous avons cherché le cahier de poésie. En vain … Evidemment  😐

Mais, l’habitude est prise : chaque soir il descend avec un retard allant de 2 à 10 minutes pour vérifier son matériel (avec plus ou moins de réussite tu l’auras compris) (c’est une vérification toute relative).

D’ailleurs, la semaine dernière, j’ai pris des sueurs froides en avisant sa dernière dictée :

« MAIS C’EST QUOI CETTE ECRITURE ??? »

Après vérification, il s’agissait du cahier de son voisin de table. Ils avaient échangé leur cahier du jour … Normal quoi 🙄


J’ai discuté de cette étourderie chronique avec une collègue qui m’a dit que son fils avait aussi été très étourdi à l’école. Encouragée par l’emploi du passé, je lui ai demandé comment il s’en était « sorti », elle m’a alors répondu :

« Non, mais il l’est toujours en fait … Dernièrement il est parti à perpette en emportant toutes les clés de la maison. On n’a pas pu utiliser notre voiture de tout le week-end … »

😅

C’est vrai … plus tard, il aura bien plus de trucs à perdre qu’un vulgaire bonnet-nyeux : clés, papiers d’identité, tous les mots de passe à la con …

MAIS cela me me rappelle quelqu’un…

Putain, si ça se trouve, c’est génétique ce truc  !

Je sens que nous n’avons pas fini de rigoler (ou pas).


*** GÉNÉRIQUE de FIN***

Je laisse le mot de la fin à sa maîtresse 😉

(oui, elle a fait une faute, mais je lui pardonne étant donné tout ce que les profs des écoles doivent écrire dans les bulletins maintenant)

(Tu crois que je peux demander à placer une nappe de récupération sur le vortex situé sous sa chaise afin de récupérer les crayons de papier fugueurs ?)

Rendez-vous sur Hellocoton !
8 Comments