Ce billet, comme son titre ne l’indique pas, a comme personnage principal … une dent.

Je crois n’avoir jamais évoqué ce sujet sur le blog, mais il faut reconnaître que parler des dents de ses enfants n’est pas le genre d’article qui s’arrache sur le net (contrairement aux quenottes) (hein).

Cependant,  même si tu ne partages pas  l’histoire à rebondissements de l’incisive supérieure gauche de Fils Cadet (on se demande pourquoi 🤪 ), j’ai tout de même envie de te la raconter, car je sens que tu vas rire (contrairement à nous)(et ON SE DEMANDE BIEN POURQUOI !)


*** GÉNÉRIQUE ***

Il va y avoir de l’action dans ce billet, c’est moi qui te le dis !


Tout a commencé l’année dernière.

Fils Cadet est alors un petit garçon de 6 ans doté du plus beau sourire de toute la galaxie (et au delà). Comme d’hab’ il faudra me croire sur parole, mais sache que je ne mens jamais.

Comme tout enfant de cet âge, il a hâte d’expérimenter le concept de la petite souris, et cela tombe bien (si je puis dire) car une de ses dents de lait fait des DAB dans sa bouche.

Il s’agissait de l’incisive centrale de sa mâchoire inférieure : cela faisait en effet plusieurs semaines que notre petit garçon arrivait à l’aplatir totalement avec sa langue  …  à la plus grande horreur de son père qui souffre de « dentophobie » aigüe (LdmJ ne peut regarder des dents dans une bouche) (même dans la sienne) .

Cependant, cette incisive coquine tenait bon… Elle restait soudée à sa machoire comme Sheldon à son canapé…

… au plus grand désespoir de notre cadet qui aurait aimé entendre le doux son du gling-gling que ferait une pièce de 1€ dans sa tirelire (oui, la petite souris est passablement radasse à la maison).

Un soir de décembre, je récupère Fils Cadet après l’école … affublé d’une bouche passablement tuméfiée (sa lèvre du bas ayant doublé de volume).

Curieusement, il n’en semble pas particulièrement affecté et me sourit même de toutes ses dents. Toutes, non ! Visiblement l’une d’entre elle manque à l’appel ..

– T’as vu ? F’ai perdu ma dent en bas ! Elle est là !

Et il déploie avec mille précautions un mouchoir en papier sanguinolent dans lequel git une dent de lait minuscule (à chaque fois on oublie combien elles sont petites, hein).

Bravement, je récupère le paquet dégueu et demande vaguement inquiète :

– Que s’est-il passé ? Elle a explosé ta lèvre en sortant ou quoi ?

– En fait, f’est mon copain F. qui m’a aidé à la faire tomber.

– QUOI ? Il n’a quand même pas tiré dessus !

– Non, il a pas fait exfrès !!! Après la cantine, on fouait dans la cour. Il était penché et quand il s’est relevé il a percuté mon menton. F’avais la bouche ouverte, alors bah … elle f’est refermée et la dent est tombée. D’ailleurs j’ai mordu ma lèvre aussi, chais pas si t’as vu …

Cependant en y regardant de plus près, je prends conscience que c’est le bordel dans la bouche de Fils Cadet. En jarretant, la dent du bas a bousculé la copine incisive juste au-dessus. Cette dernière est maintenant de travers …

En rentrant, j’appelle immédiatement le cabinet du dentiste. Son assistante m’informe d’un ton pas franchement aimable que j’aurais dû l’amener immédiatement après le choc.

Vu que personne n’a jugé pertinent de nous prévenir dudit choc, je lui demande COMMENT J’AURAIS PU FAIRE HEIN ! Elle me dit de rester calme et me donne un rendez-vous dans 15 jours.

– Donc c’est si urgent qu’en fait on peut attendre 15 jours ?

– Ben c’était urgent, mais maintenant c’est trop tard de toute façon. Alors cela peut attendre, hein …

Ben oui, tout s’explique !

Euh non, en fait.

En faisant ma mère chieuse et relou, j’ai quand même pu obtenir un rdv le surlendemain, mais le dentiste n’a EFFECTIVEMENT rien pu faire pour sauver l’incisive du haut. Elle a rapidement viré grisaillou malgré le pansement posé, et est restée légèrement de travers. Après radio, il nous a informé qu’en plus l’incisive définitive n’était pas du tout dans les start, donc … ben faudrait attendre hein. Peut-être un an ou deux.

C’était pas très grave en soi. Même pas du tout d’ailleurs. Du plus beau sourire de la Galaxie, il a gardé le plus beau sourire de la Voie des Dents Lactées (huhuhu) et c’était déjà pas si mal.


Le deuxième round arriva cet été.

Alors que je regardais Fils Cadet mordre dans une pomme,  je dus me frotter les yeux pour être sûre de ne pas voir double.

L’incisive centrale arrivait avec finalement un peu d’avance, mais elle avait décidé de se loger dans la mâchoire … juste AU-DESSUS de la dent de lait grise.

Incisive définitive : – Tiens salut toi, t’es toujours là ?

Incisive de lait – Ben ouais, la cantine est bonne, je reste encore un peu. Je me ferai toute petite t’inquiète.

Je passe sur le fait que LdmJ  a failli tourner de l’œil devant cette double dentition (faut reconnaître que pour le coup c’était très vilain).

Nouveau coup de fil paniqué à ma copine l’assistante du dentiste :

– Oh mais vous inquiétez pas, cela arrive fréquemment !!!

– Ah bon ?  Je n’avais jamais vu cela …

– Ben peut-être parce que vous n’avez que deux enfants.

– Certes mais ..

– De toute façon, je ne peux  pas lui donner de rendez-vous avant la prochaine pleine lune, la semaine des quatre Saint Glin-Glin, donc à moins qu’il n’ait mal …

Il n’avait pas mal, bien sûr. Fils Cadet trouvait même cela rigolo.

Bon.

Finalement, après quelques semaines de « Je suis un pyranha, y’en a dans l’Amazone » , Fils Cadet finit par se débarrasser de la vieille incisive. Ouf.

Cependant, la dent définitive était toujours trop haut perchée et ce n’était que depuis quelques jours que tout commençait à se mettre gentiment dans sa place.

 


Et puis …

Lundi dernier. Réunion parents-profs de 6ème.

Je rentre tard, vers 21h, mais les enfants ne sont toujours pas couchés. LdmJ fulmine. Les Mômes pleurnichent.

Okay …


Flash-Back.

Les enfants ont monté un circuit de train en bois dans la chambre de Fils Cadet (Brio pour ne pas les nommer) (oui : ce sont eux les coupables 😡 ) (juste après les enfants).

Le circuit est agrémenté de plusieurs bosses.

Fils Aîné tient dans ses mains une jolie locomotive en bois indestructible des forêts imputrescibles nordiques.

Imagine-le maintenant placer le train sur le tremplin, visualise bien également Fils Cadet de l’autre coté du circuit le visage fendu en deux par un énorme sourire.

« Envole moi » a dit Jean Jacques Goldman la loco.

Et la locomotive s’envola … pour aller directement s’encastrer dans l’incisive toute neuve de Fils Cadet.

Gling … fit le petit morceau de dent en tombant dans les mains de l’enfant.


Plusieurs cris, pleurs et grondements plus tard, je me retrouvais donc devant les deux protagonistes.

Il manquait un coin de dent effectivement. Coin de dent qui avait mystérieusement disparu juste après le déraillement céleste … dans le dédale des rails en bois. Nous ne l’avons jamais retrouvé.

– Tant pis, dis-je à Fils Cadet, on ne pourra pas la mettre pour la petite souris …

– Cela marche avec un bout de dent définitive ?

– Bah, pas trop, vu la taille du truc tu n’aurais récolté que 10 centimes, je le crains …

– Bah c’est pas grave alors …

En fait j’avais lu qu’on pouvait éventuellement la recoller … en urgence. Mais bon. Il était manifestement trop tard pour convoquer mon dentiste de toute façon.

Le lendemain matin, c’est LdmJ qui s’y est collé pour appeler le cabinet dentaire (perso je ne pouvais plus).

Devine ce qu’elle lui a dit ?

 

Ouais , y’a rien à faire pour l’instant, sauf si la dent noircit.

 

Et il a rendez-vous … dans un mois et demi.

 


*** GÉNÉRIQUE ***

Mais je rassure, il a toujours un aussi beau sourire 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !
10 Comments