Fils Cadet grandit et son imagination aussi. Peut-être te rappelles-tu de ses précédents exploits en tant que « découpeur fou » (non, non, il ne veut pas devenir Dexter) ou de « recycleur fou » mais c’est bien un nouveau Géo Trouvetou que nous découvrons aujourd’hui.

Le surnom de « fou » n’est ici pas péjoratif : il souligne simplement l’ardeur qu’il emploie dans tous les projets qu’il entreprend ! ♥ (Je le précise parce que LdmJ vient de me faire remarquer que Fils Cadet risque d’être un tantinet fâché quand il lira toutes les bêtises que j’ai compilées ici) (j’imprime tout pour qu’ils en gardent un souvenir quand ce blog ne sera plus qu’un déchet nucléaire).

Parmi ses multiples idées de futurs métiers, Fils Cadet veut en effet devenir « Inventeur de Choses Qui N’Existent Pas »

Oui, parce qu’inventer de trucs qui existent déjà , c’est un peu la lose quand même  😕

J’ai fait un récapitulatif de ses dernières idées douces-dingues, et cela méritait bien un épisode 😉


*** GÉNÉRIQUE ***

Les Mômes se sont pris de passion pour ce groupe (vieilles chansons incluses ♥) et tu comprendras le lien avec le billet en lisant la première invention de Fils Cadet 😉


1. Le truc qui chauffe.

Oui bon okay, le micro-onde existe déjà mais son idée de génie était d’essayer de faire chauffer un morceau de pain avec un matériel très réduit : une bouteille d’eau (vide) faisant office de contenant , du papier pour faire des conduites (?) et sa lampe de bureau.

Au début cela ressemblait à cela :

TADAMMMMMM

Aparté : Oui, tu me connais bien maintenant, ainsi que mon mauvais goût niveau prise de photo. Tu pourras en profiter pour admirer le bazar dans la chambre du Môme et t’extasier devant sa règle et son équerre de géométrie qui ont depuis disparu (à l’occasion, on pourrait aussi parler du trou noir qui existe sous le casier de Fils Cadet et qui aspire tout son matériel).

Revenons à sa « Machine Pour Chauffer du Pain ». Du côté goulot, il avait placé du papier et un morceau de ballon pour pouvoir souffler dedans . Il avait vidé un rouleau de scotch (Fils Cadet déroule un rouleau de scotch plus vite qu’Usain Bolt ne déroule un 100m) pour coller son attirail à sa lampe de bureau. Ben oui, tiens quelle bonne idée … .

J’avoue qu’en voyant le truc, je n’ai pas trop compris, mais j’ai pris une photo (tu sens la mère blo-a-gueuse) (oui j’ai ma propre écriture inclusive)(j’inclus des vannes dans mes mots) (c’est pas évident).

Le soir venu, il a voulu tester sa machine :

Donc en soufflant, il envoie de l’air dans la bouteille, air qui est chauffé par la lampe. Assez fascinée par son imagination débridée, j’ai pris une autre photo, mais LdmJ est intervenu en hurlant que Fils Cadet allait « foutre le feu à la maison, avec ses conneries. » (sic)

LdmJ n’est pas rigolo (mais c’est la voie du Bon Sens), nous ne saurons donc jamais si l’expérience aurait permis de chauffer le pain ou de mettre le feu à la boîte de mouchoirs à côté (ce qui aurait chauffé le pain également, ceci dit) car la machine fut démontée. RIP.


2. Le truc pour faire de la musique.

Comme tu suis toutes nos aventures (merci ♥) tu sais déjà que Fils Cadet apprend à jouer du trombone depuis la rentrée de Septembre. Il s’en sort d’ailleurs pas mal du tout (mère complètement objective inside).

Tu sais également qu’il adore recycler le moindre bout de carton. Il a donc eu l’idée de se créer un nouvel instrument de musique avec du matériel de récup’.

Evidemment, quand il a commencé à le construire,  nous avons immédiatement pensé au Gaffofone :

Comme son père est très sympa, il lui a d’ailleurs montré la BD. Cela n’a pas calmé l’ardeur de notre petit, qui a travaillé d’arrache-pied afin de nous dévoiler son nouvel instrument :

– Et papa, tu sais comment je l’ai appelé ?

– … Le Maxençophone ?

– Exactement ! Mais t’es trop fort papa ! Comment tu fais ?

(Tu remarques que je te délivres sans vergogne le prénom de Fils Cadet, mais si tu es un lecteur de la première heure, tu le savais déjà, vu que je balançais tout ici).

Voici donc la première version du Maxençophone :

 

Le Maxencophone. Sous vos applaudissements. #musiquecontemporaine

Une publication partagée par Game of Mômes (@gameofmomes) le

Le son ne lui convenait pas (personnellement, je trouvais ce tempo assourdi parfait), il en a donc conçu une autre version :

(Je place ici une petite ALERTE A LA PHOTO FLOUE) (Sorry).

Oui, il a utilisé une bouteille de lait coupée en deux et une boîte de mouchoir vide pour faire une caisse de résonance.

J’avoue que le scotch masking tape aurait pu être mieux employé …

Mais il m’a assuré qu’il l’avait utilisé pour rendre son instrument plus joli. Certes.

Pas du tout parce qu’il ne retrouvait plus un énième rouleau de scotch.

(LdmJ me fait remarquer que cela ressemble au décor des guitares d’Eddie Van Halen)

 

Et effectivement cela ressemble un peu :

Résultat de recherche d'images pour "guitare van halen"

En ce moment, Fils Cadet réfléchit à une troisième mouture de son instrument avec deux caisses de résonance. Il attend juste qu’une deuxième boîte de mouchoirs se vide. Je le soupçonne d’avoir choppé un rhume juste pour cela.


3. Le truc effrayant.

Fils Cadet … AIME … les araignées.

Inutile de me demander si je trouve cela bizarre :

Il les aime tellement qu’il a décidé d’adopter celle qui vit dans un coin de sa chambre, et l’a baptisée Lili (inutile de te dire que je n’ai pas le droit de l’aspirer) (inutile également de te dire que cela m’arrange).

Bref il a créé, juste pour elle, cette cabane :

 

 

( ALERTE A LA JOLIE PHOTO INSTAGRAM, j’ai arrangé la déco tout autour) (parce que si élargis le plan, tu verrais que Fils Cadet vit dans le Bronx).

Il avait encore abusé du masking tape (à sa décharge, je lui ai trouvé cet été une trentaine de rouleaux à 30 centimes chacun  chez NoZ) (il m’a accueilli comme si je lui ramenais le Graal).

Sinon, l’espèce de gouttière sur le dessus de la cabane à araignée aurait dû servir de tremplin d’atterrissage pour la bébête. Mais l’araignée a snobé sa maison. Grosse déception de l’inventeur.

Le lendemain, Fils Cadet était donc en quête d’insectes morts 😣  à déposer en guise d’offrande afin d’attirer Lili (il avait également placé à l’entrée de la demeure une goutte d’eau afin qu’elle puisse boire) (sur la commode en bois, hein  😣)

Malgré toutes ces marques d’attention l’araignée n’en a fait qu’à sa tête -d’épingle- et n’est jamais venue. Cay nul. Ou pas.


4. Le truc qui sent bon.

Cet été, en compagnie d’une amie nommée Pichoune Sloï (nous préserverons son anonymat), Fils Cadet s’est découvert une âme de parfumeur.

Les deux enfants ont, plusieurs jours durant, fait macérer absolument toutes les herbes aromatiques de notre jardin dans une coupelle dehors.

Chaque soir, ils venaient touiller leur mixture et s’extasiaient devant l’odeur toujours plus puissante, toujours plus musquée, toujours plus « basiliquée » de leur création rebaptisée « Parfum du Bonheur » (#parcequejelevauxbien).

Ils nous faisaient ensuite renifler leur pesto pendant de longues minutes afin que nous nous extasions à notre tour devant cet enchantement des narines #burp.

Ils se congratulaient également de la couleur de leur oeuvre, que Fils Cadet n’hésitait pas à qualifier de « dorée ». Je dois avouer que pour ma part, cette teinte jaunasse  m’évoquait plus celle d’une analyse d’urine (bien concentrée) mais bon (pardon).

N’ayant pas pris de photo alors, j’ai tenté une reconstitution ces derniers jours, mais c’est beaucoup moins réussi que nos deux apprentis parfumeurs :

 

« Sens, sens le parfum du bonheur !  » Karya Marchevent, Aout 2017 ♥


5. Le truc vidéo

Si tu as quelques minutes à perdre, je te conseille de regarder le dernier film vidéo réalisé par Fils Cadet.

Je te jure qu’on s’est marré comme des bossus à le monter (même si c’était un peu relou sur la fin, je t’avoue). Les photos sont floues mais cette fois c’est lui qui les a prises (telle mère, tel fils …). L’histoire est entièrement sortie de son imagination (sans fin) donc okay c’est complètement décousu mais tu pourras t’extasier (ou pas) sur nos voix (et oui, je joue très, très mal ^^) (c’est d’ailleurs assez pitoyable) (mais j’assume).

J’ai quand même dû l’arrêter à un moment donné, sinon, je pense que son film serait passé de court à ultra-long métrage.

 


6. Le truc en plumes

Il y a quelques mois, il a commencé à ramasser toutes les plumes d’oiseaux trouvées en extérieur. Nous n’avons pas trop prêté attention à cette nouvelle lubie.

J’aurais dû !

Parce que le jour où j’ai retrouvé cela sur le sol de sa chambre 😱 :

… je crois avoir poussé un hurlement digne d’une chanteuse d’opéra (on me souffle dans l’oreillette que le chant d’une cantatrice ne ressemble en rien au cri de goret sous extasie qui est sorti de ma gorge).

Ouais ben, j’ai cru qu’il y avait un pigeon mort échoué à côté de Doudou … pardon, mais cela m’a fait un sacré choc tout de même.

En fait, il s’agissait d’un « Bateau en Plumes Mais Qui Peut Voler ».

Cet enfant a trop regardé Les Mystérieuses Cités d’Or, je le crains.

Après un essai en extérieur, il fut constaté que le truc en plume ne flottait pas plus qu’il ne volait. Il se décompose depuis quelque part dans sa chambre (à côté de la cabane à araignée certainement).


*** GÉNÉRIQUE de FIN ***

Je n’avais pas d’idée pour clore cet épisode, donc cette chanson m’a semblé en accord (de musique) avec la dernière invention de notre enfant.

Ps : Dorénavant les épisodes du blog seront diffusés les mercredis (parce que c’est le jour où j’ai un peu de temps pour terminer un billet 😉 )

Bisous.

Rendez-vous sur Hellocoton !
20 Comments