*** GÉNÉRIQUE ***

Oui, j’ai décidé de faire des épisodes gore et mainstream cette année.

(Et non LdmJ, il n’y aura pas pour autant Jennifer Love Hewitt.)

La preuve avec cette reprise – c’est cadeau ! – de Dorothée :


L’été est bel et bien terminé (pas pour le calendrier mais dans les têtes de chacun, c’est certain) et je me pose quelques questions sur les souvenirs que garderont les garçons de leurs étés d’enfance quand ils seront adultes.

Je ne peux pas dire que nous avons passé un été nul (ce serait abusé tout de même) mais j’avoue en garder un souvenir doux-amer. Les garçons ont été franchement difficiles, chacun à leur façon. Finalement passer deux mois avec ses parents n’est pas gage d’une relation épanouie. La dernière semaine, l’idée de reprendre le chemin du travail me semblait salutaire. Pour eux et – surtout – pour nous.

Je me suis donc demandée s’ils en garderaient de bons souvenirs.

Parce que ne nous mentons pas, même si j’ai des supers souvenirs de mes étés d’enfance : les balades en forêt avec les copines, les maisons construites avec des cagettes (c’était conceptuel et avant-gardiste), les parties de « volant » à la nuit tombée, la télé portative que nous « descendions » dehors pour regarder Intervilles en dînant sur la table de jardin, j’en ai aussi conservé quelques mauvais ….

Mes parents ayant plusieurs jardins, on récoltait en fruits et légumes de quoi nourrir un siège complet à Winterfell durant le Grand Hiver.

« C’est pas grave Sansa, on a congelé 200 kilos de haricots »

Les dimanches étaient dédiés aux diverses récoltes et les jours suivants à l’équeutage, découpage, dénoyautage, mise en bocaux, mise au congélateur et plus si affinités … Quasiment toutes nos matinées étaient consacrées à ces corvées.

Et bien évidemment, aujourd’hui : je suis écœurée par ce genre de travaux, et mes trois mètres carrés de potager me suffisent amplement. D’ailleurs par pure opposition à mon enfance : je n’ai absolument pas la main verte. Les courgettes poussent sur 2 cm puis pourrissent, les tomates restent vertes, le basilic sèche, le chat retourne mes pieds de salade parce que c’est THE BEST SPOT EVER pour faire sa crotte, et même les fraises ont fait leurs divas et ne nous ont même pas fait l’honneur de se pointer malgré la multitude de feuilles. Quand à mes plantes aromatiques, Fils Cadet s’obstine à les découper afin de réaliser un parfum (j’y reviendrai dans l’épisode 3) (#TeasingQuiSentBon). Bref, cette année j’ai dû récolter quelques radis et de la ciboulette. Ouéééé.

Néanmoins ma maman (qui a toujours un potager dont la superficie avoisine celle du château de Haut-Jardin ) reste une bonne dealeuse en fruits et légumes. Même si je dois t’avouer que lorsque j’arrive chez elle et qu’elle me tend un seau pour aller récolter deux raies de haricots, j’aurais tendance à pousser un soupir que n’aurait pas renié l’ado que j’ai été. Je le fais quand même, mais je piaille tout du long :  « Han, mais les feuilles de haricots me provoquent de l’urticaire, regarde mon bras !!! » Ceci dit, cela ne vaut pas les remarques de Fils Cadet un peu plus loin, à qui sa Mamée a OSÉ demander de l’aider à ramasser des fraises (genre trooooop dur quoi) (c’est peut-être le seul truc que j’aimais faire dans le jardin) et qui s’exclame après quatre fruits trouvés : « Haaaaa, mais cela fait maaaal au doooooooooos !!! »

Parmi mes autres mauvais souvenirs d’été : les pique-niques. Oui, c’est con, je sais, mais quand tu ouvres la glacière et qu’une odeur d’oeuf cuit dur vient agresser tes narines, c’est juste beurk. Sans compter les salades de riz au thon. Je hais les salades de riz au thon. Re-beurk.

Quand je fais des pique-niques avec les enfants,  je fais donc attention qu’aucune odeur malsaine ne nous pourrissent le repas : pas de paté ou de surimi chez moi. Mais surtout, moins on en fait, mieux je me porte. J’en profite pour faire un coucou à la famille Sloï des Iles de Fer qui ayant compris mon dégoût pour ce genre de repas a fait exprès d’oublier la glacière  (oui, je glisse des messages personnels 😛 ). Merci les copains.

Avec le recul aujourd’hui, je me rends bien compte que les mauvais souvenirs conditionnent nos étés futurs.

Donc je me suis demandée quels seraient ceux que garderaient mes Mômes. Déjà quand t’as deux parents profs, cela signifie avoir tes darons H24 sur le dos. Moi, mes deux parents travaillaient (pas très loin pour ma mère, mais elle n’était quand même pas à la maison). Du coup, c’était quand même cool (je regardais beaucoup la télé après avoir fait des conserves).

Mes gosses, eux, ne peuvent pas nous échapper. Et force est de constater que, de rester en permanence tous ensemble, tape un peu sur le système.

Pour les parents,  qui répètent à l’envi les même phrases tous les jours :

– Débarrasse la table !

– Tu t’es lavé les dents, ho ?

– Arrêtez de crier !

– Mets au moins un slip, pitié !

– Ne cours pas après ton frère !

– Si tu vas dehors, mets AUSSI un short !

– Oui, il a gagné au UNO, c’est pas la peine de hurler pour autant.

– QUI M’AIDE A METTRE LA TABLE ???

– Quand j’étais petite … ET BIEN OUI : j’avais bien plus de corvées à faire et je ne râlais pas pour poser quatre assiettes. 

– Ne fonce pas dans ton frère avec le vélo !

ARRÊTEZ DE CRIER !

– Oui, je te parle de façon désagréable parce que tu m’as parlé de façon désagréable !!!

– Si, si, c’est toi qui a commencé.

– Arrête de me reprendre !

MAIS ARRÊTEZ DE CRIER !!!! P… !(censuré)

– Oui, okay je vais mettre une balle dans la boîte à gros mots  

et blablabla …

… Et pour les Mômes, qui entendent les mêmes phrases tout le temps, et qui se sentent un tantinet agressés.

Je leur ai donc demandé quel était leur plus mauvais souvenirs de ces deux derniers mois. Histoire de savoir ce qui allait pourrir leurs futurs étés.

Et voilà ce qu’il m’ont répondu : « On a fait TROP DE BALADES ! »

Ouais j’avais prévenu dans le titre, que ce serait gore … Nous sommes donc ces vilains parents qui osent leur proposer chaque jour une activité pour l’après-midi. Et comme nous n’habitons pas trop loin de la montagne, c’est vrai on avoue tout : on a marché.

Et à cause de nous, il est possible que quand ils seront adultes ils ne voudront plus jamais faire de balades dans la montagne …

OU pire … Imaginons …

Année 2027 – Les Mômes font une randonnée avec des copains.

Ils ne voulaient pas la faire, parce que QUAND MÊME que de mauvais souvenirs sont liés à ces marche forcées en montagne. Mais bon, pour faire plaisir aux autres, ils ont décidés de faire un effort.

– AHHH mais t’as vu le chemin, il monte là-bas ? Ah non, c’est pas possible, je suis trop essoufflé, je prends le chemin qui descend ! Quoi … Cela nous éloignerait ? M’en fous !

– Cette chaleur, c’est juste in-sup-por-table. Je crois que je ne vais pas réussir à marcher plus longtemps sans me foutre en slip !

– NOOOOOOOOOON, une ronce m’a griffé. AHHHHHH mais pourquoi, POURQUOI ? J’espère que vous avez pensé à prendre la boite à pharmacie ? QUOI ???? Il n’y a plus de pansement !!! Mais je vais me vider de mon sang, là regarde : y’a déjà une goutte qui se forme sur ma cheville ! 

– Pourquoi je cours comme ca ? POURQUOI JE COURS COMME CA ? Mais t’as pas vu le taon qui me poursuit là ? Tu veux que je me fasse piquer, C’EST CA ?

– Oh nan, tu vas pas faire du Geocaching comme mes vieux ???? Je te jure que si tu trouves un Tupperware caché dans une souche d’arbre, je te fais bouffer le jouet Kinder à l’intérieur !

– AHHHHHH! Je viens de m’asseoir dans des orties !!! J’espère que t’as du réseau :  faut appeler le 18 !

– C’est encore loin ? Je suis sûr qu’on marche depuis AU MOINS 15 minutes là …

– COMMENT ? Je ne peux pas m’approcher davantage de la corniche ? NAN, mais je suis un adulte hein !  Je vais à l’Université, alors tu ne peux pas m’interdire d’aller plus loin … AHHH putain, c’est haut quand même.

– QUOI !!! Il est 16h05 ! C’est l’heure du goûter oh !!! JAY FAIM !!!! NAN, j’attends pas de trouver une table de pique-nique ! On a qu’à manger au bord de la route là. Ouais, la vue est moche, mais j’ai trop faim c’est plus possible : je n’arrive plus à contrôler mes muscles pour marcher et il est 16h06 maintenant !

 

Ouais. Finalement, cela risque d’être rigolo…

 


*** GÉNÉRIQUE de FIN ***

…Mais ils préféreront sans doute passer leur été en ville !

Rendez-vous sur Hellocoton !
9 Comments