Cette année scolaire, je suis l’heureuse maman professeure de mathématiques de deux classes de 6èmes. Ce qui représente la moitié de mon temps d’enseignement.

Cela faisait 5 ans que je n’avais pas eu ce niveau. Le retour dans ce pays merveilleux (mais pas que) est un peu rude tout de même. Je pourrais même parler d’un choc.

Et si je t’expliquais ?


*** GENERIQUE ***

Parce que bon, j’ai un peu pompé le titre de ce billet sur le titre de leur chanson.


 

Les sixièmes ne sont pas encore de vrais collègiens, ils ont encore cet esprit « école primaire ». Par la force des choses (et l’ado qui pousse), ils se fondent (trop) vite dans le moule, mais en début d’année c’est priceless et rigolo ♥


 

Le sixième t’appelle « Maîtresse » (ou « Maman »)

C’est double combo, quand il t’appelle Maitresse et enchaîne sur le « tutoyant » : « Maîtresse, tu peux venir s’il te plait ? »

Devant cette recrudescence de tutoiements, je me suis interrogée. Fils Aîné étant en CM2, je lui ai demandé s’il tutoyait ou vouvoyait son Maître.

Ce à quoi il m’a répondu : « C’est quoi vouvoyer ? » 😱  O-Kayyyy.


Le sixième a un gros sac

Nan, je ne veux pas me moquer sur la taille du sac par rapport  à celle du gamin qui le porte (même si j’avoue : c’est rigolo de voir tous ses gros sacs-à-dos sur deux jambes se promener dans les couloirs). Mais bon. Le souci est surtout que le sixième apporte absolument TOUTE MAISON.

cat cats bag

Bon okay, sauf son chat. Mais il le ferait s’il en avait le droit !

C’est pas faute de noter au tableau ce dont il a besoin. Et uniquement ce dont il a besoin.

Il amène TOUT, parce que … ON SAIT JAMAIS. Hein.

Remarque cela a des avantages : ce sont les seuls élèves de l’établissement à avoir toujours leur équerre sur eux. Et bonus : elle est toute neuve et toute belle (ceci dit, on en reparle dans 3 semaines, quand il la retrouvera au fond de son sac à dos … morte … écrasée sous le poids de 15 tonnes de cahiers inutiles et de feutres aux couleurs improbables).


Le sixième est flippé

Il faut tout lui dire. Et répéter. Souvent.

Il a avant tout besoin d’être rassuré.

community school study studying

… Sinon il stresse :

« MAIS A COMBIEN DE CARREAUX JE DOIS ÉCRIRE ???? » (le sixième parle fort) (une heure avec des sixièmes me colle toujours une barre au front).

Ou encore :

– DANS QUEL CAHIER J’ECRIS MAITRESSE ? (il parle fort et oublie souvent de lever la main)

– Je viens de te dire de fermer ton cahier d’exercices pour écrire la leçon. Il y avait donc plusieurs indices dans ma phrase qui devait t’indiquer que tu allais écrire dans le cahier de …

Sourire d’encouragement.

– …

– Le cahier de …

Le sourire se crispe un peu.

– …

(3 000 autres doigts se lèvent frénétiquement)

– De FRANCAIS BIEN SUR BORDEL  leçons …

– C’est celui qui est numéroté ?  Je les confonds tout le temps …

Soupir intérieur.

J’ai cette conversation à chaque changement de cahier. C’est pas comme si je n’utilisais que deux cahiers, hein. J’aime compliquer les choses. C’est mon côté sadique.

Bon, en même temps : un élève flippé est un élève concerné. Il n’a pas envie de « mal faire » et c’est tout à son honneur. C’est juste que s’il pouvait intégrer tout de suite certaines informations, ce serait parfait.

capture


Le sixième n’aime pas les récréations

Et on le comprend ! C’est flippant tous ces grands zombies dans la cour scotchés à leur portable. Le sixième préfèrerait courir après ses congénères en poussant des cris de joie et ne comprend pas bien pourquoi il n’a plus le droit de le faire. Oui c’est dur de grandir et d’intégrer le monde des ados connectés, mais déconnectés des vivants.

Il y a aussi, et malheureusement, des sixièmes qui se font maltraiter par des grands. Grands qui se croient plus forts et plus intéressants juste parce qu’ils ont plus de boutons sur la gueule (sorry) … Heureusement le sixième sait se défendre : il n’hésite à parler aux adultes dès qu’il est embêté (les « grands » collègiens ont plus de mal à se confier) et surtout il peut mettre à terre à n’importe quel élève de Troisième rien qu’en balançant son sac de trois tonnes sur les pieds de son assaillant. GAME OVER !

 

 

cat bag

                   Ou il lâche le fauve dans le sac


Le sixième est lent.

Quand tu lui demandes d’écrire trois lignes …

« Votre cours a été mis en attente, merci de patienter » 

Patiently Waiting

Je suppose que je n’avais plus l’habitude, mais la première fois, c’est déstabilisant …


*** COUPURE PUBLICITAIRE***

C’est sans doute le bon moment pour glisser une petite musique d’attente :


Le bureau des plaintes

Comme je l’expliquais, les élèves de Sixièmes n’ont pas peur de parler à l’adulte quand on les ennuie. C’est important, et il faut savoir maintenir cette confiance avec eux.

Bon.

Par contre, ils peuvent se sentir agressés … pour des motifs comment dire …

– MAITRESSE ! SES CHAUSSURES GRINCENT !!! 

Pour des motifs étonants … donc.

Alors bon, déso mais pas déso : vraiment je ne peux rien contre les chaussures qui agressent les oreilles en grinçant (sans parler des chaussures qui agressent les yeux en s’allumant). Parce que si je demande à l’élève incriminé de retirer ses chaussures afin de ne plus les faire grincer : c’est notre nez qui se sentira agressé. Bref.

En tout cas, il trouve toujours quelque chose à redire sur son voisin de table …

television how i met your mother himym ted mosby neighbor

Autre situation : je suis toujours attentive à la propreté des tables que je vérifie à la fin de chaque journée. Je leur ai donc demandé d’être vigilent et de me prévenir si leur table était salie. Mais maintenant, j’ai toujours 15 doigts levés en début d’heure pour me signaler le moindre trait de crayon de 3 millimètres suspect 😭😭😭

Finalement, le plus drôle c’est quand tu finis par punir un de tes sixièmes parce qu’il a volontairement écrit sur sa table et que tu lui demandes de venir à 13h30 après la cantine pour la nettoyer avec toi : tu as immédiatement 3 doigts levés pour te demander s’ils peuvent venir l’aider. C’est émouvant cette bonne volonté (et un peu bizarre aussi).

Et justement :


Le sixième est bizarre

En fait, il s’intéresse à ta vie privée et c’est étrange. C’est étrange parce que l’ado, à partir de la 5ème, se bat de toi comme de son dernier steak  … (Et je comprends)

Mais le petit sixième aime bien savoir si tu as des enfants, un chat, un jardin, et la couleur de ton vernis de doigts de pieds.

– JE PEUX POSER UNE QUESTION QUI N’A RIEN A VOIR AVEC LE COURS ?

– Ecoute, vu que tu viens de m’interrompre alors que j’expliquais pourquoi deux droites perpendiculaires à une même troisième  sont parallèles entre elles, et que la moitié de la classe n’a rien compris, je serais tentée de te répondre juste : NON !!! Mais comme je suis gentille je te dis plutôt « Ce n’est pas le moment, attends la fin de l’heure pour poser tes questions-qui-n’ont-rien-à-voir-avec-le-cours … »

DONC à la fin du cours  :

– J’ai remarqué que vous ne mangiez jamais à la cantine … Je ne vous vois pas passer avec les autres professeurs pour aller dans la salle à côté. Vous faites comment ? Vous ne mangez pas ?

Afficher l'image d'origine

 

Voilà, Voilà. Un peu flippant quand même.

Quand je te dis qu’ils posent des questions étranges, je ne plaisante pas.

 


Mais, mais, mais, tu auras compris (enfin j’espère) que ce portrait jusque là peu flatteur démontre qu’ AVANT TOUT  :

Le sixième est choupi

Il veut toujours participer, aller au tableau , t’aider à porter les livres, débarrasser les tables. Il vérifie avec toi que la salle est propre et ramasse le mouchoir dégueu de Margaux dans lequel tu comptais shooter pour l’amener plus vite près de la poubelle.

Il t’efface le tableau après t’avoir écrit deux ou trois mots d’amour. Et tu reçois plusieurs lettres de remerciements en fin d’année ♥

Il est souvent content et te le fait savoir  : quand il reçoit son premier devoir maison, quand il reçoit sa première note, quand il va pour la première fois en salle informatique, quand tu lui laisses essayer ton TBI …

yay what school college minions

Il t’accueille même avec enthousiasme quand tu arrives 5 minutes en retard suite à un embouteillage de Troisièmes dans les couloirs: « OUAIIIIS !!! On a eu peur : on a cru que vous étiez pas là !!! »

 

Afficher l'image d'origine


Je crois que c’est sensiblement les mêmes sentiments quand un professeur des écoles redécouvrent des CP . Fils Cadet, jeune padawan de CP, s’est perdu dans la cour le premier jour : il s’était rangé dans la mauvaise classe.

Sa défense : « Mais ! La maîtresse de la classe à côté ressemblait à ma Maîtresse » (je te rassure : il n’était pas traumatisé du tout 😛 )

On doit bien s’amuser également au Pays des CPs 😉


*** GENERIQUE de FIN ***

Bref, les Sixièmes c’est un peu le pays de Amélie Poulain, et cela fait du bien !

 

***

Rendez-vous sur Hellocoton !
41 Comments