[ La BANDE-ANNONCE VIDEO de cet épisode dont le son est la reprise par LdmJ d’un morceau de Queen  est accessible en cliquant sur ce texte ]

… à bicyclette.

Depuis leur premièr tricycle, les Mômes en ont fait du tout-chemin.

La semaine dernière a eu lieu notre première randonnée en vélo tous les quatre, et cela méritait bien un joyeux billet !

12940960_784099828392492_1752293499_n


 

*** GÉNÉRIQUE ***

Des balbutiements au VTT …

7 années condensées en cette petite vidéo des Mômes :

Tu as le droit de t’exclamer en la regardant (et en prenant l’accent japonais) :

« Arrête un peu avec les zooms, cela me donne envie de gerber » (copyright #biouman)


Passons donc les étapes tricycle/vélo à roulettes/apprentissage du vélo, elle sont résumées dans la vidéo.

Après avoir vu ce générique, tu peux tout de même noter qu’il vaut mieux apprendre à faire du vélo sans roulette sur un chemin qui n’est pas bordé de palissades … . Je te rassure aucun enfant n’a été maltraité durant ce tournage. A peine quelques chouinements et c’était reparti : il est du genre accrocheur Fils Cadet (« Get Wild and Tough » dit la chanson derrière).

Ceci dit :  moi j’ai appris à faire du vélo sur un chemin bordé de parpaings (posés là pour cause de travaux chez la voisine), inutile de te dire que j’ai attendu quelques mois avant de vouloir recommencer … Aïe.

1hgYwcz

Et oui, tu peux me plaindre …


Récemment. j’ai lu une étude selon laquelle les enfants d’aujourd’hui, cette bande de feignasses, ne jouaient plus suffisament dehors et passaient trop de temps devant les écrans. Ils seraient donc plus sujets à développer des problèmes de santé plus tard. Rien n’était dit par contre, sur les parents qui passent trop de temps devant leurs ordis parce qu’ils ont un blog …

Même si les Mômes sont souvent dehors, nous avons décidé qu’en vacances et par beau temps, ce serait soit balades à pieds, soit balades en vélo. HOP tout le monde dehors (même la blogueuse).

Bon évidemment, le beau temps se fait rare en Easteros (enfin dans la région Grand Est), alors la plupart du temps, on sort sous la grisaille (et dans le froid).

Cette longue introduction pour en revenir à notre première balade en vélo à quatre : le tour d’un lac proche de Winterfell sur piste cyclable, ce qui nous semblait idéal pour Fils Cadet qui a débuté le « vrai » vélo depuis quelques mois (contre une palissade) (c’est bien, tu suis ^^’).

Fils Aîné, ayant depuis peu un nouveau VTT, était impatient de vraiment l’essayer.

LdmJ ne souffrant (plus trop) de sa sciatique était prêt à s’y remettre …

Quand à moi ….

Il faut savoir ( #3615MaVie ) que j’ai arrêté le vélo durant 10 années. J’ai été enceinte chaque été entre 2006 et 2010 (oui, tu as bien lu : 4 grossesses mais 2 enfants … La vie n’est pas toujours friendly). Et comme en Easteros, tu ne fais du vélo QUE l’été (entre le 14 et le 15 Août donc), j’ai dû arrêter durant 4 ans. Je sais bien qu’on peut faire du vélo ET être enceinte … mais pas moi (à la place je me promenais avec un Tee-shirt #ColDeLutérusDeMerde). Chacun ses trips.

Après 2010, il s’est passé un truc bizarre : j’avais deux gosses. Donc faire du vélo en promenant une poussette n’était pas non plus envisageable. Mais je me suis toujours dit que je recommencerais quand TOUT LE MONDE saurait faire convenablement de la bicyclette.

L’été dernier, on y était presque, mais LdmJ a eu une hernie discale. Donc pour ma part, reprendre le vélo toute seule avec deux enfants (devant, derrière, par terre) m’a semblé trop compliqué. J’ai encore reculé (à pieds).


Et voilà comment je me suis retrouvée la semaine dernière sur un vélo, 10 ans après ma dernière sortie.

Samedi 02 avril – 15h00 – Réservoir de B.

008

Le temps idéal : gris et froid. #EasterosPower

Déjà, je tiens à te rassurer, si toi aussi tu as longtemps arrêté le vélo : effectivement, cela ne s’oublie pas.

Mais alors que je parade sur le parking, Fils Cadet (ce pourisseur de groove) rajoute :

– Tu sais rouler en lâchant les mains ?

–   … J’ai jamais essayé.

(et j’ai jamais vu l’intérêt de la chose, vu que tes mains pendouillent inutilement de chaque côté du corps).

– Oh ben t’es nulle alors …

(Vexée) Ouais mais je fais mieux : je sais conduire la voiture sans les mains !!!  en ligne droite

Et voilà : mouché le gosse. Ah non, il renifle. Oui, j’ai moi-même 5 ans.

Le début du parcours commence par la digue. Seule souci : elle est uniquement praticable à pieds, donc en vélo tu es obligé de descendre un sentier casse-gueule et  en bord de ravin, puis de remonter dans un champ boueux que même sur plateau 1/pignon 1 tu n’y arrives pas. Enfin moi, j’y arrive pas.

Parfait pour mettre Fils Cadet et sa reum en confiance donc   🙄

Fils Aîné et LdmJ sont (loin) devant, je fais le vélo-balai derrière Fils Cadet.

Il assure pas trop mal la descente casse-gueule, contrairement à sa mère qui hurle dès qu’il dépasse les 3 km/h : « MAIS FREINEUUUUUUUH, TU VAS TROP VIIIIIIITE, TU VAS TOMBER » . Bon à force de le ralentir, c’est moi qui glisse dans la flaque de boue en bas. No comment.

La remontée est trèèèèèès pénible. Encore l’année dernière, quand je faisais des sorties vélos avec les enfants et que j’étais moi-même à pieds, chaque montée se terminait invariablement par : « Maman, tu pousses mon vélo, je suis trop fatigué moua »  et l’enfant s’en allait en sautillant sur ses jambes SUPER fatiguées pendant que je me  trimballais son vélo à bouts de bras. Aujourd’hui, j’explique à Fils Cadet qu’ayant moi-même MON vélo à remorquer, je ne suis plus disponible pour m’occuper du sien.

Je pense avoir été parfaitement claire et pédagogue.

Vu qu’il se roule par terre de mécontentement, je pense qu’il n’apprécie pas ma pédagogie.

Leur père nous interpelle : « Si c’est comme cela, Fils Cadet : on rentre tout de suite ! »

Il remonte sur son vélo, rate son démarrage et hurle qu’il s’est fait mal : effectivement il s’est griffé 1 mm² de peau avec sa pédale … Il veut un pansement, BIEN SÛR. Je réalise avec effroi que nous avons oublié la trousse de secours à la maison.

Ambiance.

Tant bien que mal, cahin-caha (j’ai pas d’autres expressions qui me viennent en tête pour t’expliquer à quel point ce fut pénible), on parvient de l’autre côté de la digue…

On emprunte la piste cyclable. En ce samedi après-midi la piste est surtout envahie de piétons, et elle n’est pas très large.

Quand j’ai appris à conduire une voiture, mon moniteur d’auto-école me disait toujours : « Surtout ne regarde pas les personnes en bords de route car tu risques de diriger insconciemment ton véhicule vers eux ». Je repense à cette phrase quand je vois Fils Cadet foncer systématiquement sur tous les piétons qu’on croise.

Je me la joue monitrice de vélo-école :

« Regarde le chemin loin devant, surtout ne fixe pas les obstacles !!! «  (coucou le gens) (oui, tu es un « obstacle » pour mon fils). Néanmoins Fils Cadet continue de se diriger avec application vers les piétons. Il se croit peut-être dans GTA (même s’il n’y a jamais joué) (je précise, hein ^^’ ).

Les « obstacles » donc … se poussent fort obligeamment en le voyant débouler (pour ceux qui sont de dos, je pense que mes cris suffisent à les alerter : « ATTENTION FILS CADET ! REGARDE DEVANT !!!). Après nous avoir évités (oui NOUS , parce que moi aussi je zigzague derrière) (c’est pas facile de brider son vélo à la vitesse d’un enfant de 5 ans), et m’avoir entendu dire « Pardon » un milliers de fois, les réactions des piétons sont diverses et variées. Mais principalement elles sont de deux sortes :

Les compatissants : « Ne vous inquiétez pas, j’ai des petits-enfants, je sais ce que c’est. »

Les gros cons : « Pff c’est pas possible, peuvent pas utiliser la route à côté ! »

Alors, oui, Monsieur Gros-Con, je peux utiliser la route, mais mon fils de 5 ans et son vélo zigzagueur, pas encore. Cordialement.

La deuxième partie de la piste cyclable se situe justement et directement en bord de route, sans garde-fou (c’est pas sympa de traiter Fils Cadet de fou, mais la suite de l’histoire porte à la réflexion). La piste cyclable est assez large, mais pas suffisamment pour mon Cadet. Surtout quand un chat a la bonne idée de pointer son museau de l’autre côté de la route.

– OH MAMAN : UN CHAT !!! Je vais lui faire un câlin.

Et le voilà prêt à couper la route. Mes cris stridents, le fait que je jette mon vélo devant le sien et accessoirement la voiture qui arrive en face l’ont tout de même arrêté dans sa folle entreprise. Mais il bougonne :

– Ben voilà, maintenant le chat il est parti.

 😐

La troisième partie du tour du lac se situe en forêt et commence par une jolie montée. Fils Cadet l’engage pas mal, mais soudain il s’arrête (et moi aussi donc) :

– OH, UN CHAT !!!

 😐

J’en profite pour passer un message personnel : si tu habites à côté d’une piste cyclable : MERCI DE NE PAS AVOIR DE CHAT SVP. Cordialement.

On s’arrête plusieurs minutes pour caresser le matou pas farouche. On ne voit plus Fils Aîné et LdmJ.

Inutile de te dire que le redémarrage en côte et sans starter est compliqué, Fils Cadet abandonne après trois coups de pédales. Moi aussi, par la force des choses (et la non-force de mon Cadet). Il chignotte de devoir pousser son vélo. Je finis par me retrouver à pousser le mien et le sien (je ne sais pas si mon dos va survivre à ce combat contre la gravité). Finalement, je suis sauvée par une autre famille avec une fillette et un vélo identique au sien (en rose). Elle pousse son vélo toute seule. Je le fais remarquer discrètement à mon fils :

« Oh ben, elle est plus jeune que toi, la petite qui pousse son vélo, là ? NON ? »

Imparable : il reprend son bien et se paie même le luxe d’accélérer. C’est bon 😉  (oui, je sais c’est pas du tout mature comme attitude, mais ma bienveillance a foutu le camps entre le premier et le deuxième kilomètre).

La famille Gros-Cons qui nous avait doublé dans l’intervalle nous voit revenir avec bonne humeur :

« Oh les revoilà, va falloir se pousser ! »

De rien. Connards.


 

Après un solide goûter sur une aire de jeux, on reprend les vélos pour terminer la boucle. Au début c’est très sympa, il y des gards-fous (et pas de chat) :

014

Oui, je prends des photos en roulant (j’ai laché une main, je suis une guedin)

Mais la fin du circuit nous réserve une mauvaise surprise : le chemin qui longe le lac est uniquement réservé aux piétons. La famille « gros-cons » l’emprunte avec un sourire machiavélique et nous sommes obligés de longer une route pour rejoindre le parking où nous sommes garés.

Fils Cadet est fatigué et zigzague. Je ne suis pas rassurée, je me place donc à sa gauche. Heureusement peu de voitures emprunte cette route à cette saison. Mais en été, cela risque de ne pas être la même limonade ( copyright « Le Domaine Des Dieux » ). Du coup, je ne pense pas que nous retenterons ce circuit cette année.

L’arrivée sur le parking est en descente :on demande aux garçons d’emprunter le trottoir. Je fais remarquer à LdmJ qu’au final aucun des deux ne s’est fait mal, et c’est plutôt cool (surtout sans trousse de premiers secours). Soudain, on entend un gros BOUM suivi de pleurs aigus (Fils Cadet).

Et oui, le final a eu raison de lui.

Il a terminé son trajet en rentrant dans … NOTRE voiture (pouce en avant) …

giphy

Presque …

Haut les coeurs, nous retenterons bientôt. Ailleurs.


 

*** GENERIQUE ***

Evidemment, je ne pouvais terminer cette rétrospective que par une jolie chanson rétro :

Rendez-vous sur Hellocoton !
16 Comments