Grâce à nos enfants, nous aussi, assez modestement, participons au mouvement Nuit Debout. C’est l’oeil fatigué et le réveil grognon que je me suis décidée un matin de vous raconter :

 

Sans titre


*** GENERIQUE ***

En générique, une excellente chanson de Frédéric Fromet, sur l’air de Gym Tonic.


« La Nuit debout, tout le monde est assis par… par franceinter


Soirée du Dimanche 48 Mars – Winterfell

 

La soirée avait pourtant bien débuté. Lors de notre traditionnelle soirée pizza de veille de rentrée scolaire (il faut bien se consoler), il avait été voté à l’unanimité le visionnage de « Shaun Le Mouton ». Ce choix avait satisfait chacun des participants conviés à cette AG et c’est de bonne humeur qu’après le film, les plus petits se dirigaient vers leurs lits.

 

21h00

Je me souviens soudain que Fils Aîné doit relire sa poésie pour le lendemain. C’était un deal convenu lors d’une commission poésie en début de deuxième semaine de vacances. Il reconnait qu’il était d’accord même s’il proteste un peu pour le principe (cette poésie ferait 100 strophes selon le manifestant, 7 selon la police) (mais la police reconnait que 7 Strophes c’est quand même beaucoup). Finalement, Fils Aîné préfère me la réciter, alors que je lui conseillais JUSTE DE LA RELIRE. Cet enfant veut faire des heures supplémentaires. Pas payées. Soit. Autant s’adapter tout de suite au Monde de Demain. Comme il bute régulièrement sur le même vers et qu’il tient ABSOLUMENT à reprendre la poésie depuis le début à chaque erreur, il est 21h20 quand je sors de sa chambre. Et Fils Aîné est passablement énervé pour se mettre au lit #TuSensLaSoiréePourrieArriver.

Je retrouve Fils Cadet debout dans le couloir. Fils Cadet, qui a pourtant ses dents lavées et que son père a déjà couché depuis une bonne demi-heure. Je le convie de façon diplomate à retourner dans son lit mais il me dit qu’il préfère jouer dans le couloir avec le chat. Je négocie 3 minutes supplémentaires, quand j’avise qu’il tient dans sa main un de mes chouchous ! Chouchou qu’il agite sans vergogne sous le nez du chat passablement excité. Je demande à mon fils de restituer mon bien : il m’explique que comme je l’avais abandonné sur la voie publique de sa chambre (effectivement ce farceur avait sauté de mes cheveux quelques heures plus tôt) il se l’est approprié par droit du sol. Je ne suis pas d’accord, je reprends mon Précieux par la Force, le glisse dans ma chevelure et ordonne à Fils Cadet de retourner au lit toute affaire cessante. Ce dernier réclame un conseil de famille extraordinaire pour déterminer à qui appartient désormais ce chouchou (moi, lui ou le chat), je coupe court à ses réclamations en fermant sa porte.

Fils Cadet continue de manifester seul en branchant sa chaine hifi et en mettant le volume de ses comptines sur 10. #RadioDebout !

 

21h30 

Fils Aîné hurle que dans ces conditions sonores, il n’est pas envisageable qu’il puisse s’endormir.

Je retourne dans la chambre du Cadet et baisse la musique sur 7. Fils Cadet se met à pleurer qu’il n’entend plus rien, il réussit à négocier le volume 8.

Chacunes des parties satisfaites, je rejoins LdmJ afin de commencer notre AG entre adultes : en remontant notre fil  Twitter …

Tiens, Christine pense à l’avenir de nos Mômes, c’est beau. Ah non …

Capture

Mais Christine, je crois que réinventer l’esclavagisme moderne n’est pas vraiment un signe d’avant-gardisme.

N’oublions pas que tu soutiens La Manif Pour Tous, ces personnes archaïques qui pensent que le modèle familial est immuable  (un papa, une maman, gnagnagna). Et oui, faut se mettre à la page sur toutes les revendications de la jeunesse, sinon c’est trop facile.

De toute façon, Fils Aîné voulant devenir pilote de course-concepteur de voitures, m’étonnerait que ce job existe en CDI.

Quand à Fils Cadet il veut être policier-jardinier (donc il ne renverserait pas la soupe ni ne saccagerait le potager éphémère Place de la République). Mais, pas de CDI. Et flexible, le Môme.

Bref les rêves des enfants vont devoir évoluer …

pilote

21h35

Fils Aîné nous rejoint ENCORE au Salon pour nous soumettre son mécontentement :

« Je suis maintenant couché depuis 15 minutes et je ne suis toujours pas endormi ! Je pense donc que je ne dormirai JAMAIS ! »

Le problème des jeunes, Madame Boutin, c’est surtout leur radicalité.

On lui promet que le sommeil ne va tarder. Il nous répond que c’est une promesse que nous ne sommes pas sûrs de pouvoir tenir, et que c’est vraiment dégueulasse de le faire espérer. On le recouche.

 

21h45

Le chat arrive en hurlant au salon (oui, nous sommes dotés d’un chat qui ne miaule pas, mais qui hurle) (au mégaphone, il est de la vieille école syndicaliste) (et il n’a pas appris la langue des signes utilisée tous les soirs). Il a faim. Je me rends devant le placard du couloir ou est enfermée sa nourriture. Alors que j’entre-ouvre la porte, j’entends un gros PAF de l’autre côté. C’est Fils Cadet, qui s’était levé parce qu’il avait entendu le chat réclamer son repas (il aime bien lui donner sa pitance).

Revoyons l’impact au ralenti :

ghost-prank-kid-funny-gif-hits-door (1)

Oui, bon okay je suis moins poilue  … Mais c’est l’idée.

DONC à ma gauche, Fils Cadet hurle de douleur (une bosse minuscule pousse sur son front), à ma droite le chat hurle de faim, derrière moi Fils Aîné crie : « JE DORMIRAI JAMAIS AVEC TOUT CE BRUIT » Je commence par donner à manger au chat (il sera le plus rapide à calmer), de l’arnica à Fils Cadet, et LdmJ dit à son Aîné qu’il n’a qu’à lire un livre pour trouver le sommeil.

Après une dizaine de bisous magiques, de « Souffle, souffle sur le bobo », Fils Cadet consent à retourner dans son lit.

Le couvre-feu des enfants (ordinairement 20h30 une veille d’école) est dépassé depuis longtemps et ces dissidents ne dorment toujours pas !

#MaNuitDebout est en marche … (oxymore politique, donc).

 

22h00

Plus de bruit. LdmJ me propose de faire une petite partie de Mario Kart en catimini. Je mets en route le jeu volume 2 histoire de ne pas réveiller les enfants. A peine la deuxième course terminée, nous entendons un cri outré :

« QUOI !!! LA NUIT VOUS JOUEZ A MARIO KART SANS NOUS ???? »

La tentative #TéléDebout n’aura pas duré longtemps. Alors qu’il exige une AG extraordinaire et que Fils Cadet rapplique, excité par tout ce raffut, nous tentons de comprendre POURQUOI il est venu au salon à cette heure avancée :

« Mais Papa m’a dit que je pouvais lire, je voulais chercher une BD » #BiblioDebout

Les garçons décident d’une grève générale du dodo, jusqu’à ce que nous leur ayons assuré que nous ne retenterons pas de jouer à la Wii sans eux !

– On ne pourra plus jamais vous faire confiance ! Nous ne pouvons faire que deux parties le week-end et vous faites des parties supplémentaires quand on est pas là : c’est injuste !

Ma réplique est percutante :

– GNAGNAGNA !

Oui, moi aussi je cite des philosophes-(star)adémiciens :

gnagnagna

L’AG décide à deux voix contre deux (mais ce sont des voix qui comptent triple) que les enfants doivent se recoucher sans compensation de bandes-dessinées supplémentaires, ni autres promesses complètement intenables. Ils contestent et proposent des alternatives. On invoque la loi selon laquelle passée 21h49mn3s toutes les décisions prises par les parents sont irrévocables.

Ils pleurent tous les deux leur défaite, mais retournent au lit.

 

22h15

Je suis crevée, la perspective de la Rentrée Des Classes (musique qui fait peur) m’achève, je vais me doucher puis rejoins mon lit.

 

22h30

Fils Aîné réclame une audience :

« Vous m’aviez promis que je m’endormirais vite, mais vous avez menti : je n’y arrive pas !!! Comment on fait maintenant ? »

Il propose de monter une tente sauvage dans notre chambre, afin de s’endormir entre nous deux.

Nous ne sommes pas emballés par l’idée. Nous votons CONTRE à deux voie contre une.

Lassé de n’obtenir aucune victoire, Fils Aîné recommence à pleurer. Argument imparable.

Finalement, c’est moi qui rejoint son campement en hauteur. Je me couche à côté de lui et déclenche l’opération « Attente de l’endormissement de Fils Aîné pour rejoindre mon lit ».

Je commence mon tour de veille.

 

22h45

Fils Aîné me réveille en me secouant : « Tu ronfles !!! ».

Hahem. Je reprends mon tour de veille. Eveillée, c’est mieux.

 

22h55

Victoire ! Il dort.

Je redescends de son lit mezzanine et mes pieds attérissent directement dans sa ville en majokit, dont je pète un lampadaire. Je me mord la lèvre pour ne pas hurler. Ma voute plantaire est niquée, et Fils Aîné se redresse brusquement : « Pourquoi t’es partie ??? »

Je ne dis rien concernant la dégradation nocturne du mobilier urbain : je m’insurgerai avec lui demain matin contre le casseur présumé : j’accuserai le chat.

Il se rendort immédiatement.

Je retourne enfin dans mon lit, je me demande si LdmJ voudra bien me faire un bisou magique sur mon pied, ou un petit « Soufffle, souffle sur le bobo ».

Il ne veut pas. L’enflure. Mais c’est mon pied qui enfle.

On était censé regarder une (courte) série au lit, mais vu l’heure, on abandonne l’idée. #TéléDebout est bel est bien dead.

 

23h45

Je somnole vaguement.

 

00h00

C’est au chat de réclamer audience en ronronnant à côté de mon visage. Il veut passer la nuit dehors, mais a besoin de mon accord pour cela (il faut que je lui ouvre la porte, quoi)

Je me lève et je bouscule le chat, LdmJ ne se réveille pas. Comme d’habitude.

J’éjecte la bestiole dans le jardin et tente de me rendormir.

 

01h00

J’entends des cliquetis. Je vois de la lumière.

Effectivement : le couloir, la salle de bain et la chambre de Fils Cadet sont allumés. #RadioDebout s’est remise à émettre volume 10 (il faut vraiment que cette antenne revoit sa programmation musicale : les comptines, c’est vraiment Yeurkkk.) Je retrouve Fils Cadet dans la salle de bain : il démantèle son propre campement ! Draps et oreiller sont dans la panière à linge, et il commence à enlever son bas de pyjama.

Je lui demande ce qu’il fabrique de façon bienveillante : « MEKEZTUFOUS ? ». Il sursaute …

– AH, je voulais pas te réveiller !

– Tu sais le ronron du chat me réveille, alors je te laisse imaginer l’effet de TOUT CELA sur mon cerveau en veille !  dis-je en agitant les mains pour montrer les lumières allumées et sa chaîne hifi qui continue à déverser sa musique de merde. On se croirait dans une boîte de nuit (à la programmation musicale douteuse, mais bon). J’avise le panier à linge sale et comprend sans qu’il ait besoin de m’expliquer ce qui s’est produit. J’entends LdmJ (qui ne s’est pas levé) (mais qui rale quand même) :

– Je savais bien qu’il avait trop bu ce soir !

Je ferme la porte de notre chambre (il est d’humeur exécrable quand on le réveille la nuit) et soufflant au Cadet :

– Pour réussir à réveiller ton père, crois-moi tu n’as VRAIMENT pas été discret !

Je l’aide à se rebâtir un campement propre, je mets une lessive en route, je retourne me coucher (non sans avoir coupé #RadioDebout).

 

03h00

Fils Aîné pleure doucement dans son lit et m’appelle.

Je suis excédée, je me lève etje bouscule fortement  LdmJ, il ne se réveille pas : Putain ! Claude Francois (version Poelvoorde), sors de ce corps!

Fils Aîné a mal à la gorge et le nez bouché. Il avale une cuillère de sirop rose. Il essaie de négocier de ne pas aller à l’école demain, car il n’aura pas asssez dormi. Je ne réponds pas (quoi que je dise, il sera contre).

Il se rendort.

Pas moi.

 

6h00

Le réveil a sonné depuis 15 minutes

Je me sens vieille, usée et fatiguée.

Je me dis que je n’aurai pas la force de me rendre à la Première #NuitDebout de Winterfell qui aura lieu le 52 Mars. Parce que finalement, La Nuit Debout, je peux la vivre chez moi. Et accessoirement en écrire un billet.


*** GENERIQUE de FIN ***

C’était le rythme de ma nuit -_- (qui a bien changé depuis l’apparition de cette chanson) 😉

 

Je rends l’antenne ! (Vais me coucher ^^’ )

***

Rendez-vous sur Hellocoton !
32 Comments