[ La BANDE-ANNONCE VIDEO de cet épisode dont le son est la reprise par LdmJ d’un morceau de Pink Floyd  est accessible en cliquant sur ce texte ]

 

Après t’avoir conté mes déboires professionnels dans Les frustrations de la Prof de Maths, après t’avoir saoulé avec mes états d’âme bloguesques dans Les frustrations de la Blogueuse, je reviens pour le troisième volet de mes aventures palpitantes dans : Les Frustrations d’une Mère.

Parce qu’après Prof de Maths et Blogueuse : « être mère » est mon troisième métier (attention, deux métiers sur les trois évoqués ne sont absolument pas rémunérés) (et je ne peux pas démissionner de l’un d’entre eux).

 


*** GENERIQUE ***

 


Avoir des enfants, ce n’est que du bonheur EVIDEMMENT, enfin … sauf sur deux ou trois trucs. Des bricoles, hein. (Des bricoles qui atteignent bientôt 1m30, mais bon) (ca va je rigoooole) (ou presque 😛 )

Attention si tu n’as pas encore d’enfant ou que tu t’apprêtes à accueillir ton premier descendant -grand(e) folle(fou), va- ce billet contient deux/trois spoilers sur ta vie future.

Voici les principales frustrations parentales, que j’ai pu éprouver, en commençant par le plus classique :


Devoir trahir mes convictions

Florence AvantD’avoirDesEnfants« Je jouerai avec eux, je leur lirai plein d’histoires, il ne regarderont que très peu la télévision, je ferai des repas sains et équilibrés, je ne crierai jamais, on fera du sport en famille … » Bon je coupe , rien que de lire cette liste me fatigue …

Je n’ai pas non plus renoncé à tout, parce que j’ai quand même le droit d’être psychorigide sur certains bords. Mais disons que les bords sont de plus en plus lointains (et certains sont en passe de partir en orbite).

Puisque c’est la Semaine Sainte, je peux bien me confesser (et je préfère le faire ici que devant un curé) (c’est plus intime) :

  • J’ai déjà dit oui à un dernier dessin animé alors qu’ils avaient explosé leur quota d’écran pour la journée semaine (mais bon, il fallait bien terminer cet article de blog ce paquet de copies !)
  • Je ne suis pas vraiment (ou vraiment pas) bienveillante : il m’arrive de crier, voir de menacer les garçons. Pas toujours facile de voir ses enfants se transformer en mini-ado quand tu dois en gérer tout le reste de la journée.
  • Jouer avec eux m’ennuie profondément. Dernièrement, je me suis endormie au milieu d’une partie de Jeu de l’Oie interactif à laquelle nous jouions tous les quatre (le plus flippant, c’est que c’était mon tour de jouer et que j’avais le Joystick dans les mains). Je ne suis pas prête de rejouer au scrabble avec ma mère, je me donne un tour avant de m’écrouler sur la table.
  • Je fais parfois semblant d’écouter mes enfants : là en ce moment, Fils Cadet est en train de m’expliquer que Toad et Mario habitent  l’un près de l’autre, dans les Gorges Champignons, et que parfois ils se rencontrent quand ils vont se promener (bon si tu n’as jamais joué à Mario Kart, cela peut te sembler obscur) (remarque bien que : même pour moi, ça l’est). Je hoche donc conscieusement la tête faisant mine de répondre à mon Cadet tout en écrivant mon billet, je rajoute parfois un « C’est vrai ? » histoire de paraître plus crédible. J’emploie la même méthode quand l’Aîné commence à me parler bagnoles. Je hoche la tête d’un air concerné tout en dressant la liste de courses à faire. Même si parfois …

– Blablabla moteur V6 Blablabla elle date de 1991, tu te rends comptes ?

– Hmmm Hmmm Dingue !

– Sais-tu qu’elle était l’ancêtre de la Mégane , Maman ? »(*)

– Hmmm Hmmm, c’est vrai ?

– MAMAN ! Tu m’écoutes pas !!!

Non.

  • Je n’ai jamais cuisiné un repas vegan. Il nous arrive même de sortir la bonne vieille boîte de ravioli à la viande de cheval.
  • Le sport en famille ? On va dire que la marche à pied, Just Dance ou euh … Mario Kart … ça compte, parce que sinon, je pleure.

J’espère que tu m’absoudras … (Bon, en vrai, je n’ai pas tout dit non plus, mais on ne dit JAMAIS tout à confess’ … Hein, bon)


Être entrée dans la Quatrième Dimension.

D’après une étude parfaitement scientifique réalisée par moi-même, il semble désormais certain que notre maison est équipée d’un Vortex très puissant. Oui, je parle bel et bien d’un Trou Noir !

78532

Dans ce dernier, disparait quotidiennement : le dérouleur de scotch, les tubes de colle, le capuchon du feutre noir, une chaussette taille 29, les ciseaux qui coupent droit, le chausson gauche de Fils Cadet, Nours Bleu, le DVD du film qu’ils veulent absolument voir là tout de suite et accessoirement … ma patience.

Parfois, le Vortex est bon. Il nous recrache alors un truc, comme le DVD du film que les garçons voulaient regarder la veille ou le capuchon du feutre qui ne fonctionne plus depuis trois jours (faute de bouchon). Oui, le Vortex est con.


Constater que la maison est piégée.

Quand je n’avais pas d’enfant, je parcourais joyeusement les couloirs pieds nus.

Je te laisse quelques minutes pour t’imprégner de cette vision crétine idyllique.

Etre pieds nus signifiait que j’avais accédé à une nouvelle forme de liberté. C’est tellement frustrant quand tu es gosse d’avoir toujours un parent sur ton dos à te répéter qu’il faut que tu mettes tes chaussons « sinon tu vas avoir froid » , « sinon tu vas te cogner le gros orteil » sinon gnagnagna.

Bref.

Aujourd’hui, crois-moi : garder mes chaussons aux pieds est une questions de survie : entre les  Playmobils épée en l’air qui me détruisent la voute plantaire, les Journaux de Mickey ou les plans de montage Légo ouverts sur lesquels je glisse, les tubes de colles que le vortex a gentiment recraché afin de venir rouler juste sous mon pied, j’ai désormais l’impression de vivre dans un dessin-animé pour faire rire mes gosses.


***COUPURE PUBLICITAIRE ***

Ceci dit, ils ne sont pas encore aussi fort que les pièges d’Umibozu :

 

( Oui, c’est moi qui ait enregistré directement depuis la télé) (ce qui explique ce son et la qualité d’image pourris)

(et oui, je possède les intégrales papier ET animées de City Hunter)


Parfois, JE commets indirectement le méfait : j’ai laissé UNE FOIS les punaises à hauteur de nez de Fils Cadet. Ce fut justement le jour où lui prit l’envie subite de vouloir punaiser l’intégralité de ses dessins sur les murs de sa chambre. Discrètement, il s’empara de la boîte et commença à recouvrir ses murs. Evidemment ce qui devait arriver arriva : la boite de punaise se renversa au sol, au milieu du bordel ambiant. D’après mon Cadet, c’est uniquement de la faute de Fils Aîné qui lui a fait peur en arrivant brusquement derrière lui (vu que Fils Aîné est à la Discrétion ce que Nicolas Sarkozy est à la Culture, je trouve son explication fumeuse, mais bon) . En attendant, trois semaines plus tard, nous retrouvons encore des punaises embusquées, piques en l’air, prêtes à t’attaquer au moidre faux pas. Ceci dit, la dernière qui en ait fait les frais est la paume de main de Fils Cadet (c’est bête : il avait bien mis ses chaussons, mais pas ses moufles).


Mes sorties cinéma …

Inutile de me demander comment j’ai trouvé dernier Tarentino. Si ce film ne contient pas de Princesses qui chantent, d’Animaux qui parlent, ou de Monstres effrayants mais rigolos, il est certain que je ne l’ai pas vu.


Leur manque de reconnaissance.

Le Môme est par nature ingrat. Lui arracher un merci est souvent une gageure.

Un exemple (parmi des milliers d’autres) : tu viens de préparer les tartines du petit-déjeuner de Fils Aîné Premier du Nom , tu lui disposes sur la table entre le verre de jus de fruis frais et le petit bol de céréales : une de beurre, une de confiture et une de beurre ET confiture. Juste comme il les aime. Le Môme arrive, évalue la situation d’un rapide coup d’oeil et lâche entre deux sanglots : « Mais tu penses jamais à la tartine de miel-leuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuh, bouhouhou »

Moralité : Laisse ton gamin faire ses tartines, cela développera son autonomie et t’évitera la crise de nerfs. Par contre, cela ne t’évitera pas de nettoyer ton carrelage.


Leur manque d’utilité pratique.

Le Môme peut te parler en long, large et travers des voitures, de leur puissance, de leur moteur et même du taux de CO2 qu’elles rejettent dans l’atmosphère (???) mais quand ta propre voiture ne démarre plus  : il sera INCAPABLE de trouver l’origine de la panne bien évidemment.

Le Cadet ajoutera simplement : « Ben , il faut la mettre à la déchéterie » (et toi, tu n’auras plus qu’à abattre ta tête contre le volant) (pas trop longtemps parce que le klaxon fonctionne toujours, lui).


Le cas du yaourt aux fruits

Une de nos plus grandes frustrations parentales : ne jamais avoir réussi à inculquer à Fils Aîné comment manger son yaourt sans en foutre partout sur lui et par terre.

Avec son père, nous avons fait un rapide calcul (on aime bien ça) pour en arriver à ce déconcertant constat : Fils Aîné a déjà mangé 3 500 yaourt depuis qu’il est né (à raison d’une moyenne de 2 par jours pendant 5 ans). C’est fou de se dire que 3 500 yaourts plus tard, il ne sait pas encore doser sa cuillère à café pour que cela ne déborde pas de tous les côtés.

Quand on sait que cet enfant savait lire à 4ans et demi et connaissait ses tables à 6 ans (bien avant le CE1 donc) (private joke pour Mathilde), cela laisse rêveur. « C’est bien un intello… » dirait mes élèves de 5ème (qui eux ne connaissent pas leur tables) (mais savent manger un yaourt … on peut pas tout maîtriser).


M’être transformée en Sisyphe

Tu sais : ce mec condamné par les Dieux à faire rouler éternellement un rocher  jusqu’en haut d’une colline, rocher qui en redescendra juste avant de parvenir au sommet.

J’avais lu un jour une interview d’Alexandre Astier qui résumait cela en un seul chiffre :

« 7 minutes. 7 minutes : c’est le temps que ma maison soit en bordel après le retour de mes enfants ».

Voilà, cela symbolise bien la vie parentale ; chaque action entreprise pour améliorer le quotidien a une durée de vie d’environ  7 minutes. Le repas préparé, la chambre rangée, le sol de la cuisine lavée avant que Fils Aîné ne mange un yaourt, le linge plié etc …


Etre Nostalgique

Mais ma plus grande frustration est de me dire que dans quelques années, je regretterai tous ces moments passés avec eux et dont je ne profite pas parce que je suis trop occupée à bougonner.

Je crois qu’il faut que j’apprenne à lâcher prise, non ?  😉


*** GENERIQUE de FIN ***

Je cloture là ma liste de doléances.

Elle est sans fin de toute façon.

Heureusement il y a des moments plus cool :

mojito-1500x1125

Illustration : Sophie Henrionnet (Six in the City)

(*) Au fait l’ancêtre de la Mégane est la R19 (pour ceux que cela perturbait 😛 )

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
20 Comments