[ La BANDE-ANNONCE VIDEO de cet épisode dont le son est la reprise par LdmJ d’un morceau de MUSE est accessible en cliquant sur ce texte ]

 

Je vais donc (encore) te parler des Mômes … qui ont un potentiel effrayant pour transformer une sortie agréable en parcours du combattant. Rappelle-toi cette inoubliable fête foraine, ou encore la fabuleuse sortie au cirque (bon okay, pour cette dernière, c’est plutôt moi qui ai tout gâché).

Chacune des anecdotes racontées dans ce billet est arrivée cet été. Enjoy ! (Moi, j’ai attendu quelques semaines avant de pouvoir en rire 😉 )


 

*** GÉNÉRIQUE ***

Comme tu le sais très certainement, gâcher se dit « to spoil » en anglais.

Tu trouveras dans ce billet des génériques spécial spoiler.

Commençons avec The Walking Dead et un petit spoiler de la saison 6 – épisode 3 (diffusé il y a 2 semaines) ICI

 


 

 

La Sortie Vélo.

Un copain de Fils Aîné lui a fait découvrir, non loin de sa maison, un terrain de BMX. Notre garçon n’a pas de BMX mais comme son vélo devient franchement trop petit pour lui … ben,  on va dire qu’il peut lui faire office de BMX 😛  (tout parent indigne que nous sommes, nous avons remarqué qu’il allait aux fraises avec son vélo, mais nous attendons son anniversaire pour lui acheter le VTT de ses rêves).

Fils Aîné adore ce genre de piste à bosses, et donc il nous serinait depuis plusieurs jours pour y retourner avec nous.

Un après-midi, après le goûter, nous accèdons à sa requête et nous y emmenons les deux garçons et leur vélo.

Pour accéder au terrain de BMX, il faut marcher une petite dizaine de minutes. LdmJ étant hors jeu (son hernie discale ne lui permet pas de dépasser le 2km/h), c’est moi qui fait un footing pour accompagner les garçons.  Un tousse-tousse-crève-j’aurais dû-prendre-mon-vélo-putain-c’est-long 700-m plus loin, nous voici tous les trois arrivés à cette fameuse piste de vélo.

La première descente me semble un peu chaude pour le petit qui fait du vélo sans roulette depuis seulement 2 semaines (ahem) mais bon comme il est déjà au-dessus, prêt à partir et complètement au taquet (imagine un motard au regard fou en train d’appuyer sur l’accélérateur), je le laisse faire. Bah, il a un casque des coudières et des genouillères, hein.

A ce stade du billet, tu te dis que Fils Cadet va se vautrer lamentablement et que toute cette histoire va se terminer aux urgences.

Eh bien … PAS DU TOUT. Aucun enfant n’a été maltraité durant ce tournage.

Fils Cadet descend donc comme un fou furieux la côte sans se démonter et réussit presque à passer la bosse suivante. J’applaudis comme une folle, surexcitée par cet exploi. Fils Aîné est tout aussi épaté mais pour sa part il décide d’attendre son père avant de commencer (père qui devrait nous rejoindre d’ici une dizaine de minutes) (ou plus). Il commence donc à tourner en rond dans le pré aux abords de la piste, impatient à l’idée de pouvoir nous montrer ce qu’il sait faire.

Puis soudain …

Sa roue avant bute contre une petite pierre cachée dans l’herbe.

Cela fait POC.

Cela fait STCHONG.

Puis enfin PCHIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIT (Chirac Style).

 

Un coup d’oeil sur sa roue avant suffit à nous renseigner sur l’origine de ces bruits. Elle ne pourrait pas être plus écrabouillée.

C’est pas grave, m’assure-t-il, à peine affolé, regarde je peux quand même rouler sur le terrain, hein.

TCHIKPLOF  TCHIKPLOF  TCHIKPLOF

Bon, je peux pas rouler … (Une lueur d’espoir s’allume dans son regard) mais Papa il a toujours une pompe à vélo dans son sac. On va attendre Papa, hein !!!

Ecoute mon Grand (Inspire, Expire) Il va falloir être fort … Regarde bien : la chambre à air (ou Dieu sait quoi) est percée, il faut changer la roue (et on n’a pas de roue de secours).

Son père, arrivé dans l’intervalle, confirme mon diagnostic : il faut aller changer de pneu chez le réparateur.

Fils Aîné ne panique pas du tout.

– Okay, on va chez Décathlon, on change le pneu, puis on revient hein ? C’est ça ? HEIN ? ON FAIT COMME CA ?

… Et là, LdmJ a fait son prof.

– Sachant qu’il est déjà 16h30, que nous sommes à 10 minutes à pied de la voiture mais que je vais vous retarder d’environ  15 minutes, que nous allons devoir traverser la ville à l’heure de pointe, faire changer un pneu, retraverser la ville, re-marcher 10 + 15  minutes. A quelle heure approximative penses-tu que je pourrais te voir rouler sur ta piste de vélo ?

… Et là, Fils Aîné est parti en vrille.

Je te passe le détail de la suite, tu n’as pas envie de l’entendre … Oh allez, un petit extrait quand même :

Pleurs, cris, jetage de vélo sur le bas-coté, jetage de gilet dans les fourrés avoisinants, jetage de chaussures en l’air (oui, quand il est énervé, il se déchausse) (cherche pas) (et encore nous avons évité le strip tease intégral).

BREF.

Afin d’exorciser ce mauvais moment, nous y sommes retourné durant les vacances d’automne, et ce fut vraiment chouette … finalement. Mais je peux t’assurer qu’il a pris mille précautions pour accéder au terrain.

12113463_10208475218384348_5142774445409594088_o


*** COUPURE SPOILER ***

Un vieux – mais pas si vieux- spoiler de Grey’s Anatomy ?

 


 

La Sortie Mac Do.

Inutile de me dire en commentaire, qu’emmener les enfants au Mac Do est déjà un fail à lui tout seul, hein. Nous sommes faibles, nous l’assumons (et quoi de plus délicieusement dégueu qu’un Big Mac ?)

Chaque été nous avons la traditionnelle sortie  : Piscine Sympa de la VilleVoisine + Mac Do. C’est toujours un succès dirait l’oncle Ben’s.

Jusqu’à cet été. Oui, on peut foirer une sortie au Mac Do.

Nous étions installés dehors près de la merveilleuse structure pour Mômes sous le soleil couchant ; le paysage aurait pu être magnifique si nous n’avions pas comme vue le parking du Leclerc.

Les enfants dégustaient leurs frites avec béatitude ; nous entendions presque les oiseaux chanter, si leurs chants n’avaient pas été couverts par les bruits de pots d’échappement.

Quand soudain.

Fils Cadet pose ses mains devant sa bouche et se met à pleurer bruyamment. On lui demande ce qu’il se passe, il ne peux répondre et ses pleurs redoublent.

Je m’affole.

LdmJ me calme :

– Mais c’est rien … Il a dû se bouffer la main en mangeant une frite. 

J’inspecte les mains du petit. Rien. Il les retire et continue de pleurer bruyamment . Entre deux hoquets réussit à me dire :

– MaaaaaaaaaaaAAAAAAAAAAaaaaaaaal ………..

Je m’affole pour de bon.

LdmJ me calme :

– Mais c’est rien. Il a dû se bouffer la langue en mangeant une frite. 

Le petit ouvre la bouche et je panique complètement :

– Oh MON DIEU, c’est plein de sang !!!

Fils Aîné me calme :

– Mais non, Maman regarde, c’est du ketchup !!!

Ah ouais.

Le petit réussit déglutit péniblement, et ouvre la bouche de nouveau. Il s’est bien mordu le devant de sa langue. Et pas qu’un peu. ET IL Y BIEN DU SANG  (bon sang) !

Je pose un glacon (aromatisé coca) sur la blessure et on attend ainsi quelques minutes. Inutile de te dire que mon Big Mac et mes frites étaient froides quand je pus enfin terminer son repas. Calmés, les garçons partent s’amuser dans la structure.

Nous espérons enfin pouvoir profiter de quelques minutes de répit en savourant notre reste de coca tout en regardant passer les voitures sur le parking du Leclerc.

Quand soudain.

Des hurlements nous parviennent du tobbogan couvert. Je crois reconnaître les pleurs de Fils Cadet (encore), et effectivement deux enfants sortent de la structure en se tenant la tête. Fils Cadet se tient le devant de la machoire, et sa compagne de hurlements se tient le front.

Il saigne de nouveau de la bouche au niveau de la machoire supérieure cette fois … Heureusement il me reste quelques glaçons de coca pour le soulager. LdmJ (bad cop) grogne : « Mais enfin comment vous avez pu vous percuter ? »

Fils Cadet balance sa copine entre deux sanglots. Il la pointe méchamment du doigt en hurlant :

« Elle remontait le tobbogan à l’envers, maman ! ELLE A PAS LE DROIT. »

Les parents de la gamine sont gênés et tentent de la gronder, mais bon je pense qu’elle a eu sa dose … vu la marque que les dents de mon fils ont imprimé dans son front.

Les parents d’une table voisine lâchent un « Oh ben c’est ENCORE le garçon d’à côté qui pleure » des plus charmants.

Ayant eu également notre dose, nous décidons de retourner à la voiture, non sans être passés chercher deux ballons gonflables pour les garçons. Fils Cadet se tient toujours la bouche en s’installant dans la voiture.

J’ai hâte d’être à la maison. Je démarre et quitte le parking. Un gros PLOP retentit dans la voiture. Je te laisse deviner à quel môme appartenait le ballon qui venait  d’exploser.

Quand ça veut pas …


*** COUPURE SPOILER ***

Un spoiler de Game of Thrones saison 5 ?


Le premier tour de manège à sensation.

Cet été nous sommes allés au Parc Astérix, et comme c’était la première fois que nous emmenions Fils Cadet dans un parc de ce genre, nous ne savions pas s’il serait effrayé dans les attractions à « petites » sensations.

Il était très excité à l’idée de monter dans des manèges pour Grands (enfin pour les grands-de-plus-de-1-mètre)  et nous en parlait depuis plusieurs jours.

Vers 11h du matin, nous nous décidons pour Le Vol d’Icare : un train rapide sympa que nous ne pourrions pas vraiment qualifier de montagne russe.

L’appli du Parc annonçe 5 minutes d’attente, mais elle doit bugger car cela fait déjà 15 minutes que nous patientons dans la file, et nous ne sommes qu’à mi-parcours …

Quand soudain …

« Maman ? J’ai envie de faire pipi ! »

C’est vrai que nous aurions pu anticiper. Je lui demande de patienter (enfin de continuer à patienter). Nous sommes bloqués en plein milieu de la file d’attente, et il serait difficile de rebrousser chemin (et j’ai pas vraiment envie) (moi).

Mais un enfant de presque 5 ans n’est pas patient.

Surtout qu’il a envie (lui).

Il commence la danse universelle :

200 (1)

Et il a fait savoir à toute personne dans son champ auditif (c’est à dire aux 3/4 des gens de la file d’attente) qu’il est indisposé :

« J’AI TROP ENVIE : JE SENS QUE LE PIPI VA VENIR TOUT SEUL !!! »

Nos voisins directs vérifient discrètement le sol.

« HANNN, JE SUIS MOUILLÉ !! »

Fils Cadet se casse en deux pour inspecter son pantalon.

Moment totalement classe.

giphy

 

« AHHH NON, c’est pas mouillé »

(Fils Cadet, futur hoaxer sur Internet.)

Nous atteignons enfin la passerelle au-dessus du manège, nous pouvons donc voir le train, je commence à respirer, mais :

« AH : CA Y EST, CA Y EST !!! »

Moi (ainsi que son père, son frère, et tous nos voisins) regardons le sol.

Je ne vois rien, je crie lui demande :

« MAIS QUOIIIIII ??? »

« Ben, ça y est : je me retiens … »

(Fils Cadet, Drama Queen)

Je ne sais pas ce que me réserve le manège, mais clairement mon fils me fait déjà vivre les montagnes russes … émotionnelles.

Nous arrivons enfin devant notre wagonnet et il n’est pas peu fier d’avoir réussi à résister :

« Tu sais, j’ai dit très fort à ma cervelle de me retenir !!! »

La nana derrière moi éclate de rire.

Je rirais sans doute aussi, si je ne réalisais pas subitement un truc : les secousses du manège risquent fort de déclencher l’inondation. J’imagine déjà le carnage quand nous sortirons du manège …

Je m’installe à côté de lui, mais je suis pas du tout tranquille.

Cela commence fort : petite montée et descente rapide dans la foulée,

200w

Je demande au petit comment il va. Sa réponse est … flippante :

« MES YEUX ONT PEUR (???!!!) ET CELA FAIT BIZARRE DANS MON VENTRE !!! « 

OMG, nous risquons désormais pipi ET boumi. En désespoir de cause, je lui dis de fermer les yeux. Il obéit, et là le miracle se produit : il se met à rigoler comme un dingue !
200 (2)

 


 

Tu l’auras compris : ce n’est pas dans cette attraction que Fils Cadet fut mouillé. Par contre, il est sorti trempé de Romus et Rapidus

Mais bon, ce n’était rien que de l’eau de l’eau de pluie de l’eau de là-haut 😉

 


*** COUPURE SPOILER ***

Un vieux spoiler du Sixième Sens ?


La sortie Jeux Gonflables

Allez une petite dernière, et promis ensuite j’arrête 😀

Chaque été, près du lac de Winterfell la ville installe pendant 3 jours un parc gratuit de jeux gonflables. C’est le gros kiff des enfants, et ça nous permet de passer deux après-midis sympas (enfin c’est sympa pour eux surtout) (perso je passe mon temps à chercher dans quelle structure ils sont cachés) (moi, névrosée ? Si peu …)

10987322_10208047005359290_1914791005319244734_o

 

Ce qu’il y a de bien avec Fils Cadet c’est que je n’ai jamais besoin de le flouter sur les photos, il se cache très bien tout seul 😀

IMG_20150828_180354

 

Le premier après-midi, un clown était sur place. Un clown qui fabriquait des petits animaux avec des ballons et qui les distribuait aux enfants. Fils Cadet raffole de ce genre de truc.

Et comme plusieurs enfants en voulaient, a donc commencé une loooOOoongue attente …

Pendant que son frère et un copain s’éclataient dans les structures gonflables, lui, il attendait.

Il attendait.

Et moi avec.

Enfin, vint son tour, et ce terrible constat :

– Eh bien mon bonhomne : tu as de la chance !  C’est mon dernier ballon.

OUF, on l’avait échappé belle (frayeur rétrospective) . Les autres enfants se mettent à chouiner (d’où l’expression : après Fils Cadet, le déluge).

Il obtint enfin le graal (de mémoire je crois que le clown lui avait fabriqué un chien) (ou un serpent) En tout cas, c’était pas un dragon, mais bon chacun ses goûts.

Nous décidons alors de rejoindre nos amis sur la petite plage en contrebas, et pour cela nous devons traverser un grand pré.

Imagine Carrie Ingalls descendant la prairie (mais siiii ! Dans ce générique). Maintenant, tu remplaces Carrie par Fils Cadet (et ses deux pieds gauches) et tu lui mets entre ses mains un ballon en forme de chien (ou de serpent) (mais pas en forme de dragon).

Voilà, tu visualises également la jolie chute ?

Et le ballon qui explose dans sa tronche ?

Je crois ne l’avoir jamais vu aussi inconsolable que ce jour-là. D’autant plus que nous ne pouvions retourner en réclamer un autre.

Au bout d’une grosse vingtaine de minutes (il n’a jamais voulu jouer dans le sable avec les copains), il m’a demandé entre deux sanglots si nous pouvions revenir le lendemain. C’était pas prévu, je lui ai donc dit non, et les sanglots ont redoublé.

A ce stade, je n’en pouvais plus. Heureusement, un copain (coucou Julien) lui a raconté que le clown devait partir en vacances le soir même et qu’il ne reviendrait pas le lendemain. Et il s’est calmé.

Finalement, nous y sommes quand même retourné. Parce que c’est quand même une façon pratique d’occuper les enfants. Le clown était là mais sans son déguisement (il s’agissait en fait du propriétaire des différentes structures). Fils Cadet l’a aussitôt reconnu et est venu lui demander :

– Ben, tu es déjà rentré de tes vacances ?

Oups 😉


*** GÉNÉRIQUE de FIN ***

 

Connais-tu le site ‘Et en fait, à la fin …’ qui spoile l’épilogue de nombreux films ? Tu peux y faire un tour de ma part (mais je t’aurai prévenu 😉 )

ET CHEZ TOI ? As-tu des gâcheurs de bons moments ? Vas-y, raconte 😀

Rendez-vous sur Hellocoton !
14 Comments