Comme tu le sais déjà, Fils Aîné a eu la chance de gagner un séjour aux 24h du Mans grâce au Journal de Mickey (tout est raconté ici).

Vendredi 12 Juin, nous avons donc eu l’honneur, son père et moi, de l’accompagner.

Ce qui va suivre est le récit de ces deux jours de folie auditive !


***GÉNÉRIQUE ***

A lire en écoutant la BO du film d’animation Cars pour se mettre dans l’ambiance.

 

 


 

Vendredi 12 juin 12h45

Nous sommes sur la ligne de départ.

Au premier arrêt au stand (le supermarché à la sortie de Winterfell), je relis un des mails du Monsieur-du-Journal-de-Mickey, que je soupçonne d’être un petit rigolo :

IMG_20150609_180357

 

Bref, je relis donc, histoire de m’assurer que nous n’avons rien oublié d’important. Comme nous logerons sous tente dans un camping situé à l’intérieur du circuit, nous avons soupçonné que les nuits (notamment celle du samedi) seraient bruyantes, donc nous avons bien pensé à prendre des boules Quies. Par contre, j’ai lamentablement oublié (et cela aura une incidence sur notre journée du samedi) les deux boites de Doliprane que j’avais pourtant préparées (une pour nous et une pour Fils Aîné). Je n’ai pas omis d’en mettre une dans la valise de Fils Cadet qui est parti chez ses grands parents, mais évidemment, lui n’en aura pas besoin (loi de Murphy).

Nous faisons jamais rarement du camping, donc ce ne fut pas trop évident de préparer les bagages la veille au soir.

Une phrase du mail me saute aux yeux : « Les tentes sont toutes équipées de 3 lits de camps ». AH. Nous avons perdu 1 heure à rechercher et ranger dans les valises les matelas gonflables. Bon. Sans oublier que LdmJ a pris tous les gonfleurs de matelas. Même l’électrique (sur un malentendu à base de borne électrique devant la tente, on ne sait jamais !).

Cela commence bien.

Vendredi 12 juin 19h00

Nous sommes quasiment arrivés à destination. A l’accueil général du site, on nous oriente vers le village d’Arnage … où nous cherchons désespérément comment rejoindre le camping Beauséjour.

Nous avons placé sur la voiture la marque de reconnaissance suprême pour l’arrivée au camping.

OOOUUUUHHHH,  t’es trop V.I.P. !

OUHHHH, t'es trop V.I.P

Les bouchons se multiplient, nous ignorons dans quelle direction aller. Aucun panneau pour nous aider : ils indiquent seulement la couleur des parkings. LdmJ et moi nous engueulons sur la teinte de celui que nous devons rejoindre, je dis bleu, il dit vert. Fils Aîné pense Jaune, mais il n’y a pas de parking jaune de toute façon. Au volant, mon chéri est tendu comme mon string (il a, en ce moment, une belle hernie discale doublée d’une sciatique … donc tu conviendras qu’il ne vaut mieux pas le chatouiller) (surtout dans le dos et le long de sa jambe gauche, alors qu’il vient de conduire pendant plus de 6 heures et qu’on est coincé dans les bouchons). C’est compter sans Fils Aîné, qui pense que nous sommes perdus et commence à chouiner que « Nous n’y arriverons jamais !!!! ». Facepalm. Seule consolation : après une après-midi pluvieuse, le soleil brille de nouveau.

Nous tournons à droite au lieu d’aller tout droit et nous nous retrouvons à rouler sur le circuit des 24 heures du Mans entre le virage Porche et le virage d’Arnage (je pose ça là, hein, pour les connaisseurs). Le vendredi soir la route est encore ouverte, et c’est assez rigolo de circuler là.

Bon, en Berlingo, c’est tout de suite moins grisant.

Je repense à ma maman, qui m’a donné un conseil très avisé avant de partir : « Surtout vous ne traverserez pas le circuit quand les voitures rouleront ! » 🙄   …  j’ai un fou rire nerveux. On fait demi-tour et on finit par trouver le bon chemin.

 

Vendredi 12 juin 20h30

Nous arrivons ENFIN à la tente. Malgré notre super pass disposé bien en vue sur le pare-brise (bon okay : la vitre était bien dégueulasse) (mais quand même) les placeurs à l’entrée nous ont d’abord orientés à l’autre extrémité du camping (hahaha) (c’est d’autant plus drôle quand les voitures jouent à touche-touche dans un champ de gadoue). Un coin du camping est donc bien réservé aux gagnants du concours Mickey. Il s’agit en fait d’un enclos de 22 tentes, qui est situé à côté d’un autre enclos … rempli d’anglais … déjà bien avinés (je ne trouve pas le terme relatif à « bière »).

Je pensais qu’il faudrait montrer patte blanche pour pénétrer dans ce sanctuaire (on nous avait bien recommandé d’apporter nos cartes d’identité), mais en fait personne ne nous attend. Bon.

OOOOUUUUhhhhh, t’es pas trop V.I.P.

En fait.

Mais Fils Aîné s’en fout : il est super heureux. Je fais donc une photo pour les réseaux sociaux :

IMG_20150612_210325

 

Histoire de me la raconter un peu : « T’as vu comme ma vie est trop cool, je vais dormir dans une tente siglée Journal de Mickey et 24h du Mans, ouaich »

On frime avec ce qu’on a 😀

Vendredi 12 juin 21h00

Ivres (bien que sobres), nous décidons de nous rendre sur le village du circuit. Fils Aîné est en forme, et il est très pressé de découvrir le circuit ainsi que le village d’animation. A cette heure-ci, plus aucune navette gratuite ne fait la liaison, nous devons donc marcher. Il faut savoir que là-bas, la bagnole est Reine, et que tout déplacement nécessite de parcourir une assez longue distance. Aucun endroit n’est réservé aux piétons, donc tu as intérêt de garder tes Mômes bien près de toi et ne pas lâcher leur main. La route entre le camping et l’entrée du site voit un défilé permanent de « belles » bagnoles au nom de marque prestigieuse : Porsche, Rolls-Royce, Corvette, etc. Nous apercevrons même une vraie DeLorean (instant de grâce). En tout cas, cela donne lieu à un beau défilé de kékés, d’autant plus que des mecs en bord de route poussent des cris d’orfraie à chaque passage de jolies voitures.  Fils Aîné me demande pourquoi les messieurs crient comme cela. Nous lui répondons qu’ils ont déjà bu pas mal de bière (bah quoi ?). Certains roulent très vite, mais cela n’offusque personne (à part nous).

La visite du village le soir est très sympa. Fils Aîné veut être pris en photo à côté de chaque voiture de course rencontrée :

 

DSCN9702

Mais SI c’est une voiture de course : elle va faire le Tour de France, d’abord !

 

Bon, okay, c’est mieux avec celle-là (Aston-Martin) :DSCN9705

On verra une superbe Porsche en Lego :

DSCN9715

 

Impressionnant, non ?

L’astuce ? Les légos ont été rajoutés sur une vraie Porsche (le côté pile d’ailleurs est tout à fait normal).

Après un très bon kebab et un dernier regard sur la ligne d’arrivée, nous regagnons le camping.

DSCN9712 (1)

 

DSCN9721

 

Nuit du Vendredi au Samedi  23h30

Le retour au campement vers 23h est surprenant. Une bonne centaine de personnes a envahi le rond-point devant l’entrée. Des voitures arrivent seulement sur le camping et sont prises dans la foule. Je n’ose imaginer ma frayeur si cela avait été notre cas (au début il était prévu que nous partions en fin de journée) (mais nous avons réussi à décaler nos deux heures de cours de l’après-midi pour pouvoir prendre la route plus tôt) (Thanks God).

Si quelqu’un, parmi les personnes qui me lisent, a une idée du pourquoi de cette sorte de tradition, ce serait sympa de nous éclairer. Fils Aîné a en tout cas été assez effrayé. Les personnes rassemblées étaient quasiment toutes anglaises et fortement alcoolisées. Cela donnait une impression de hooliganisme. Pas très cool . Vu de l’extérieur. C’était peut-être bon enfant, hein !

Arrivé au campement des petits Mickeys, le décalage avec les excités au dehors est assez important mais nous comprenons que la nuit risque d’être peu reposante … Les Anglais d’à côté disposent d’une scène et un groupe est en plein concert. Que des reprises, donc tout le monde chante en cœur, c’est plutôt sympa. Mais bruyant. Je décide d’être cool … vu l’heure, j’ai bon espoir que ce soit bientôt la fin.

 

Nuit du Vendredi au Samedi 2h30

« Une autre !une autre ! » (en français dans le texte) … Putain et en plus, ils vont faire des rappels ces merdeux !

(Note, j’ai entendu : « une autre » et pas « an other », mon esprit devait être bien embrumé)

 

Nuit du Vendredi au Samedi 3h30

Glaglagla, mais il fait super froid en fait ! Je remets un gilet sur mon pyjama en pilou et songe à placer le matelas pneumatique dégonflé sur mon sac de couchage (qu’il serve à quelque chose, merde !). Fils Aîné qui dormait enfin, se réveille en chouinant qu’il a froid, on lui met une veste et on l’enfile dans un deuxième sac de couchage. On avait au moins prévu pour lui.

 

Nuit du vendredi au samedi … ah non … Aube du samedi Matin 6h30

Fils Aîné est réveillé …

Ben ouais. Rien de surprenant. Quelque soit son heure de coucher, notre horloge suisse est debout vers  6h30. C’est comme ça. Je présume que la fin de journée va être difficile. C’est con, nous avions prévu une balade nocturne en bord de circuit,  il faudra donc rentrer faire une sieste. Au moment du départ de la course …

Premier indice que ce genre de week-end n’est pas idéal pour un enfant de 7 ans …

 

Samedi matin 8h00

J’ai trouvé un avantage à être une femme dans ce camping : il n’y a pas de queue devant nos sanitaires (celles des hommes semble sans fin, huhuhu).

Premier indice que je n’ai pas grand chose à faire ici, peut-être ? 😉

Pour tout te dire, j’étais fan de F1 à la fin de mes années lycée. Je ne sais pas trop pourquoi, mais j’ai suivi avec passion quelques saisons. Je vouais une haine féroce à Schumacher, ce rookie prétentieux et moche, et j’avais un sérieux penchant pour Damon Hill qui roulait sur Williams Renault.

True Story : Je trouvais qu’un de mes profs de fac était sexy simplement parce qu’il roulait en Renault Clio Williams … alors que concrètement, il ressemblait au CEO de Pied Piper dans l’excellente série Silicon Valley :

television animated GIF

… en plus moche.

Bref, j’ai quand même gardé de cette époque quelques notions en courses automobiles. Je connais donc un peu le vocabulaire et j’ai quelques idées des stratégies de courses. J’étais donc un peu excitée à l’idée de pouvoir regarder une vraie course après en avoir suivi tellement derrière mon écran de télé.

Samedi matin 9h30

Nous gagnons encore le village à pied (les navettes gratuites ne commençant qu’à 10h) (Pff) Fils Aîné a donc déjà bien marché : pour arriver en haut du village où a lieu le point de rendez-vous, il doit y avoir entre 3 et 4 kilomètres. Je te laisse apprécier la distance pour une petit bonhomne de 7 ans déjà fatigué. Mais il ne se plaint pas : il est en plein rêve.


*** INTERMÈDE BRUIT ***

Nous pouvons assister au Warm Up (échauffement) des concurrents ce matin (de 9h à 10h) : on s’installe un peu en hauteur pour pouvoir profiter du spectacle. Ces premières minutes sont assourdissantes mais aussi très enthousiasmantes : nous sommes super impressionnés.

 


Les bouchons d’oreilles ne suffisent pas pour le petit, qui utilise en plus ses mains comme remparts. Nous comprenons donc qu’il faudra acheter rapidement un casque anti-bruit.

Nous rejoignons le village et en profitons pour passer à la boutique officielle, où tout coûte un bras, mais où je suis prise de fièvre acheteuse. Nous achetons 2 casques anti-bruit (comme cela Fils Cadet en aura un aussi) (notamment pour les concerts), et je compte bien en utiliser un pour le reste du séjour ici.  Je craque devant un chouette tee-shirt pour Fils Aîné, qui lui préfère craquer pour un tapis de jeu avec le circuit du Mans imprimé dessus. Nous sommes faibles, nous l’achetons. Rajoute à cela quelques cadeaux et nous sortons avec une facture salée et un sac encombrant (ouais, le tapis de jeu va être super pratique à trimbaler).

Samedi matin 10h30

Tous les gagnants du concours ont rendez-vous devant l’exposition Ford/Ferrari afin de commencer une visite V.I.P des coulisses des 24h. On nous glisse un pass (niveau 5) autour du cou, quelques badauds essaient de s’immiscer dans le groupe, mais n’ayant pas enfant, ils sont vite repérés. Les petits reçoivent un sac à dos Mickey, rempli de quelques sympathiques goodies, qui pèse une tonne, mais ils veulent tous le garder au dos. Dans le sac je découvre … un tee-shirt officiel pour Fils Aîné. Heureusement ce n’est pas le même que celui que j’ai acheté, mais j’ai comme un arrière goût de dépense inutile au fond de la gorge. Notre voisin peste aussi, il vient d’acheter le programme officiel du week-end pour 5€ et, évidemment, le même est dans le sac. Je me sens moins seule.

Les familles sont réparties en quatre groupes menés par un guide pour chacun, avec un emploi du temps chronométré. Notre guide est une conférencière.

Alors qu’une course démarre (Aston-Martin Racing LeMans Festival), nous descendons vers les paddocks. Facile de se suivre vu que le symbole de ralliement est un sac Mickey rouge 😉

DSCN9729

Nous rentrons dans un endroit très privilégié : Le Module Sportif. Il s’agit du bâtiment qui abrite les stands au rez de chaussée. Nous avons le droit de circuler un peu à l’arrière de ces derniers, mais évidemment nous ne pourrons y entrer.

Nous pouvons donc observer l’extérieur des stands de quelques équipes prestigieuses … ou pas.

Cette photo sera appréciée par les connaisseuses :

DSCN9732

Oui, c’est bien LdmJ au premier plan (miam) … comment ça, c’est l’arrière plan qui a attiré ton œil ?

Celle-ci par les connaisseurs :

DSCN9731

Puis nous pénétrons dans le bâtiment. Le service de sécurité y est très impressionnant.

Mais bon, on a des backstages :

backstage animated GIF

Nous nous arrêtons d’abord au 1er étage où se situe la salle de presse. On se sent comme des éléphants dans un magasin de porcelaine, car même si la vraie course n’a pas encore commencé, de nombreux journalistes du monde entier s’y agitent déjà, et comme les allées sont très étroites, nous gênons un peu tout de même (surtout avec les sacs Mickey des enfants qui dépassent) (enfin ça dépend, ça dépasse) et notre tapis de jeu.

Une nana pas très commode nous tombe dessus et explique que, c’est juste pas possible : ils sont en plan ultra-vigipirate car la venue du Président de la République a été avancée et, en conséquence, nous ne pouvons rester là. La guide s’énerve un peu. Comme je suis ultra mal polie, j’en profite pour faire une photo des gens qui bossent :

DSCN9730

Après nous être fait plus ou moins jeter dehors, on nous invite dans la cabine des speakers officiels des 24 heures et c’est plus sympa.


DSCN9746

Nous nous rendons ensuite sur la terrasse panoramique où les enfants pourront profiter de longues (trèèèèès longues) minutes de la course qui se déroule sur la piste. La vue sur la ligne de départ est très chouette : on demande si on pourra revenir pour le vrai départ … la guide rit (jaune). On pouvait toujours essayer hein !

Fils Aîné est heureux :

IMG_20150613_112934

Bon okay, cela ne se voit pas ici, mais je dois avoir une centaine de photos où il rit.

La vue sur les voitures dans le champs en face me donne l’impression d’être dans le film d’animation Cars et j’ai le sentiment qu’elles vont toutes se dresser en allumant leurs phares pour faire une ola. Tu peux observer, en arrière plan, l’aérodrome où nous verrons atterrir l’avion présidentiel.

François Hollande est dans la place.

La guide nous redescend et nous convie devant une porte où se trouve la sacro-sainte-direction-de-course. Elle nous en parle, avec le plus grand sérieux, comme si nous allions y découvrir la Reine d’Angleterre en personne. Nous avons le droit d’aller observer, par la porte vitrée et famille par famille, ces messieurs (il n’y a pas de dame) qui durant 24h ne vont pas quitter des yeux les écrans géants qui sont face à eux. C’est dans cette pièce que seront prises toutes les décisions de course. La guide invite à regarder le téléphone rouge avec un grand respect. La vue de ce téléphone … rouge effectivement … n’a rien changé à ma vie, mais il semblerait que ce soit un truc super-méga-sérieux pour eux. J’ai juste pris une photo de la porte de la direction de course. Regarde, c’est merveilleux :

DSCN9754

La guide est pressée de nous faire sortir de ce couloir, car la direction de course c’est quand même super sérieux, ON A DIT. Mais là tout se complique.

François est en bas du bâtiment, dans les stands (il a eu le droit d’y entrer LUI) nous sommes donc en alerte maximum. On nous interdit de sortir.

Chouette.

Pour clôturer la visite, les enfants devaient faire une photo sur le podium des 24 heures, celui qui est situé sur une passerelle au dessus de la ligne d’arrivée. C’était quand même la grande classe. Malheureusement, François le Français pourrit notre groove : deux groupes d’enfants et de parents sont bloqués en bas et ne peuvent nous rejoindre … C’est vrai que des gosses armés d’un sac à dos Mickey sont des terroristes en puissance.

Les gamins sont déçus.

Les parents encore plus.

On est V.I.P mais moins que le Président …

Finalement, ils feront leur photo sur les lieux de l’expo Ford/Ferrari, mais c’est moins groovy. Pour nous consoler, la guide nous dit que c’est mieux ainsi, car elle trouve que la passerelle pour accéder au podium n’est pas très stable. Dois-je comprendre que leur podium pourri pourrait s’écrouler sous Patrick Dempsey le lendemain ?

Oh wait !  Notre guide ferait une super scénariste de série, en fait 😉

Je ne peux le prendre qu’en photo (et de dos) (et derrière une vitre) :

DSCN9757

En sortant, nous repassons derrière les stands où nous apercevons un homme plutôt mignon chez Porsche. Plusieurs nanas s’arrêtent en hurlant pour le photographier, donc je fais comme elles : bèèèèèè !

J’ai donc pris en photo un mec inconnu derrière un grillage. Bravo.


Cet article commençant à devenir trèèèès long, je vais devoir rendre l’antenne …


Dans le prochain épisode de Game of Mômes, vous découvrirez notre version de la course des 24 heures du Mans ! Et les réponses à ces questions :

Où se trouvait-on pour le départ de la course à 15h ?

A-t-on vu Patrick Dempsey ?

Est-on monté dans une ambulance ?

Mais QUI est ce mec ?

FSCN9778

Vous saurez TOUT …


Maintenant :

Au camping.

Non.

Oui.

Aucune idée.

A la semaine prochaine, pour la suite de nos aventures 😉


*** GÉNÉRIQUE de FIN ***

Vu que je l’ai cité plusieurs fois dans cet article, il méritait sa place au générique :

 

A vous, Cognac-Jay !

Rendez-vous sur Hellocoton !
18 Comments