S05 E13 ~ Car j’étais sur la route …

 

LdmJ a suggéré que j’appelle cet épisode « Femme au volant … »

😐

Tu comprendras ma préférence pour un titre plus … sympa.

DONC nous allons parler bagnoles aujourd’hui !

Après tout, Fils Aîné n’a pas le monopole de ce sujet de conversation, même s’il me dit régulièrement : « T’y connais pas grand chose aux voitures, hein ! »

Bon OKAY, je ne sais pas différencier une Peugeot 307 d’une 206 coupé cabriolet (et je m’en tamponne velu) mais MOI, contrairement à mon petit d’homme qui croit déjà tout savoir, j’ai le permis … et accessoirement quelques anecdotes marrantes à raconter (ou pas) (tout dépend de quel point de vue on se place) (et à quelle place on se trouve dans la voiture).


 

*** GÉNÉRIQUE ***

Evidemment, j’étais O-BLI-GEE :


 

Mon père, pour des problèmes logistiques (il utilisait sa voiture pour se rendre sur des chantiers), a toujours possédé des voitures break très moches.

C’était moche, mais c’était pratique.

Mais c’était moche.

Imagine une 404 break qui sent le plastique et les pots de peinture. Voilà, tu y es.

Pour moi, la voiture a donc avant tout un caractère utilitaire. Frimer avec une belle bagnole m’a toujours semblé complètement con. Et j’ai un attachement particulier pour les voitures familiales et sécurisantes (et moches). A 18 ans, je n’étais pas franchement enthousiaste à l’idée de devoir apprendre à conduire.


Le permis.

J’ai pris mes premières leçons de conduite en 1998, à l’âge de 20 ans. Comme mon frère et ma sœur. Mes parents préféraient que nous soyons un peu plus âgés (ils se doutaient déjà que nous ne serions pas très doués) et ils souhaitaient que nous le financions nous-même. Ce fut ma première décision d’adulte responsable (hum).

J’avais mis un peu d’argent de côté grâce à des petits boulots d’été et j’avais également beaucoup économisé sur ma bourse d’étudiante. J’avais comptabilisé que pour pouvoir le financer entièrement, il ne faudrait pas que je dépasse 25 leçons.

Je pensais être large.

25 leçons plus tard …

… Je fais toujours autant flipper mon moniteur d’auto-école. Particulièrement le jour où, sous une pluie battante, j’ai tapé du frein violemment sur la voie rapide, car finalement : non, je ne pensais pas pouvoir doubler ce camion avant la voiture qui arrivait sur ma gauche (à 1 kilomètre). Nous avons zigzagé. Mon moniteur, qui ne s’attendait pas vraiment pas à ce coup d’éclat, s’est quasiment assis sur mes genoux pour récupérer le volant et je crois ne jamais m’être fait autant engueuler de toute ma vie. Comme c’était la première fois que j’accueillais un mec sur mes genoux, je n’ai rien osé rajouter.

 

 

Quelques jours plus tard, il perd sa licence de moniteur (il a été contrôlé par les flics avec un taux d’alcoolémie peu compatible avec son métier) (j’espère juste que ce n’était pas pour se remettre de ses émotions après un de mes passages dans sa voiture). Comme il ne peut plus donner de leçon de conduite pendant plusieurs mois et que j’espère quand même décrocher le permis avant la fin du siècle,  je suis obligée de passer récupérer mon dossier chez lui afin de changer d’auto-école. Jugeant sans doute mon cas désespéré, il semble soulagé de me le rendre. Il rajoute même un « Bon courage » des plus … euh …  encourageant.

Ma nouvelle monitrice, en me voyant arrivé, me sourit:

« Ohhh déjà 25 leçons !!! Je vais bientôt pouvoir vous présenter alors ».

Mais après un heure de conduite, elle me regarde gravement : « Je crois que ça va pas être possible … dans l’immédiat. »

Et effectivement …

… 25 AUTRES leçons plus tard : Ça y est le D-Day, je passe ENFIN mon permis.

Ma monitrice a été très encourageante : « Bah … On va quand même le tenter hein … » (Sur un malentendu, on ne sait jamais).

Je suis donc un chouia stressée. Un chouia. J’ai pas trop envie de rempiler pour 25 autres leçons (déjà que mes parents ont dû me financer les 25 dernières).

Ma monitrice est à l’arrière pendant l’examen, ainsi qu’une autre prétendante au permis, qui en fait est une amie du même village et qui est née le même jour que moi (bon trois ans après). Ouais … je suis une vieille de 21 piges.

Je démarre …  premier carrefour : quelques gouttes s’écrasent sur le pare-brise, je ne les vois pas, d’ailleurs je ne vois pas grand chose : je navigue dans un flou artistique. Ma monitrice le fait remarquer très discrètement  :

« Oh ben tiens, v’là qu’il pleut maintenant … »

Mon cerveau fait les connections synaptiques nécessaires et je mets en route mes essuie-glaces ainsi que mes feux de croisement. L’examinateur se retourne vers mon aide-mémoire et la regarde d’un air sévère. Cela commence mal.

Premier arrêt, je dois effectuer une manœuvre … la pire … ma redoutée : le créneau sur la gauche.

Je sens des gouttes de sueur dégouliner sur mon front, je me répète mentalement :

« Ne monte pas sur le trottoir : c’est éliminatoire ! Ne monte pas sur le trottoir : c’est éliminatoire ! Ne monte pas sur le trottoir : c’est éliminatoire ! … » comme un mantra.

Puis, j’enclenche la marche avant.

Ouais : la marche avant.

Pour un créneau.

Au moment où la voiture va bouger … donc avancer … alors que j’ai le regard rivé à l’arrière (y’a donc un léger problème de synchronisation) … je m’interroge sur le facepalm de ma monitrice.

DING ! Je percute ! Non, je ne percute personne, hein c’est juste une percussion mentale : j’enclenche la marche arrière. Le mec à ma droite ricane et gribouille un truc sur sa feuille, cela m’agace et, contre toute attente, je réussis la manœuvre en un coup. Même ma monitrice semble surprise.

Le reste du parcours se déroule plus sereinement (si on excepte le passage d’un feu un peu limite et ma vitesse de mamie) (mais bon, à 21 ans t’as le droit de rouler comme une vieille), puis je dois sortir de la ville. Je passe un pont et là, j’ai un gros doute. Je n’ai pas vu le panneau « village barré », mais je pourrais jurer qu’il est avant le pont, ou après. Rhaaa je sais plus ! J’augmente progressivement ma vitesse 50-55-60. Si je suis toujours en ville, cela craint gentiment, j’hésite. L’examinateur tapote discrètement sur le levier de vitesse. Ah ouais, je suis toujours en troisième. Bon s’il me signale que je devrais passer une vitesse, c’est sans doute que je peux accélérer. Donc, j’enclenche la vitesse supérieure et là, sans transition, il me dit de me garer sur le bas-côté.

Je ne le sens pas du tout, du tout. J’échange de place avec la prochaine challengeuse et m’installe à côté de ma monitrice. Je la regarde interrogativement, elle se montre désespérément encourageante :

television animated GIF

Alors que nous sommes repartis, l’examinateur se retourne vers moi et me tend un truc. Je ne comprends pas ce qu’il me veut. Le gars s’impatiente, et me dit :

« Ben alors, vous le voulez ou pas ? »

Je prends conscience que ce bout de papier est … rose.

La copine au volant me dit en rigolant : « Je le prends moi, sinon ». Ma monitrice a l’air de penser qu’il s’agit d’un malentendu (comme quoi …)

Trêve de suspense. J’ai décidé de prendre le bout de papier qui me permet de sévir sur les routes depuis 10 ans (et quelques  … ).

N’empêche : j’ai pu frimer pendant longtemps car j’ai eu mon permis du premier coup (Ouaiiiiis !!!)

television animated GIF

 

Et personne ne m’a jamais demandé combien de leçons il m’aura fallu (bon maintenant, toute personne qui me lit le sait).


LdmJ avons eu le permis la même année  : en 1999, souviens-toi :

Premier accrochage.

Quoiqu’il en soit, et malgré cette longue phase d’ajustement, je n’ai jamais eu de gros souci sur la route.

Bon, okay : le premier jour où j’ai utilisé la voiture de mon père , j’ai « griffouillé » une bagnole neuve sur le parking du CORA …

Flash-back 

Ma première pensée est que mon père va me tuer. Ma deuxième est que ma mère qui est assise à ma droite va me faire la morale (et c’est pire). Effectivement, voulant que j’assume mes actes, elle souhaite que j’attende la propriétaire de la voiture (je préférerais laisser un petit mot) (je suis de sang Bouv) (j’aurais d’ailleurs pu intituler ce billet « En Route »). Mais elle le regrette sans doute quand elle se rend compte qu’elle connait la conductrice de la voiture que je viens de rayer : c’est la secrétaire de son agence d’assurance : oui, précisément celle qui assure la … voiture.

Ouais. tumblr_mc79kthorZ1riiw1do1_500

Dans cette agence d’assurance, ils assurent le suivi clientèle sur place. Il fournissent même les voitures à emboutir. Hahaha. Bon, on en rigolera (longtemps) après, mais sur le moment, on se sent conne.

Ceci dit, elle est charmante et m’explique qu’avec certains stylos spéciaux teintés, il est possible de récupérer des griffures. Et effectivement, elle nous appelle quelque jours plus tard pour nous rassurer : elle a réussi à masquer le méfait. Ma mère a tenu tout de même à lui rembourser l’achat du stylo.


 

*** COUPURE PUBLICITAIRE ***

Elle a donc assuré.


Depuis ce jour, il ne m’est (presque) plus rien arrivé de désagréable.

Disons que sur les parkings, j’ai appris à me garer loin des autres véhicules.

Bon, okay il y bien eu quand même :

L’histoire du tupperware le plus cher du monde.

Tout a commencé de façon banale : une réunion tup’ informelle en salle des profs. Un craquage en règle sur une cloche à fromage censée retenir l’odeur des frometons à l’intérieur. En plus, elle était en « promo ». Je ne te dis pas le prix, c’est indécent. 30€. Hahaha (pardon rire nerveux, tu vas comprendre).

Quelque semaines plus tard, mon colis m’attend dans mon casier. Je dois aller chercher Fils Cadet à la crèche et je suis assez pressée, c’est donc seulement dans la voiture, une fois le petit récupéré, que je déballe ma cloche (à fromage). Et merdouille : j’ai deux tup dans mon colis, dont un que je n’avais pas commandé. Je décide de faire un détour et de repasser au collège pour déposer le tup’ en trop dans le casier de la collègue qui s’est occupée de répartir les commandes.

Je dois préciser que c’est la première fois que j’utilise notre nouvelle voiture : un Citroën Berlingo. Nous l’avions achetée quelques jours plus tôt. Une voiture familiale, sécurisante (et moche). L’empattement n’est pas du tout le même que ma petite Fiesta, mais mis à part cela, elle se conduit très bien. J’arrive sur le parking du collège, habituellement je me gare en marche arrière, car je trouve cela plus pratique. Mais pas ce jour là … Je suis pressée, j’en ai pour deux minutes … Je me gare donc en marche avant dans un placement en bataille. Je braque trop tôt comme si je conduisais la Fiesta (j’oublie mentalement tout l’arrière de ma nouvelle voiture). Et j’entends un léger grincement.

Verdict : La porte arrière gauche est légèrement enfoncée (ARGHHHH) (ma première pensée est que je vais me faire tuer par LdmJ) (ma deuxième est qu’il va me faire une leçon de morale – et c’est pire – : « Je te dis toujours de te garer en marche arrière : gnagnagna ») et dommage collatéral : j’ai « griffouillé » (encore) le pare-choc d’une collègue.

« Griffouillé » est vraiment le mot (enfin le néologisme). On ne voit quasiment rien. Je connais très bien cette collègue, je vais immédiatement lui en parler. On regarde ensemble. Je suis mortifiée, mais elle me rassure : y’a vraiment pas grand chose, je lui parle alors confiante du stylo magique. Elle me dit qu’elle verra avec son garagiste et de ne pas m’inquiéter. Ceci dit, je m’inquiète un peu, je pensais franchement que vu qu’on ne voit rien si on n’a pas le nez dessus, elle hausserait juste les épaules. C’est ce que j’aurais fait dans le cas inverse (les diverses griffures sur notre Fiesta me laissent indifférentes) (heureusement pour ma santé mentale).

Mais bon, nous ne sommes pas dans le cas inverse. Et puis c’est surtout le Berlingo qui est enfoncé (d’ailleurs à l’heure où je t’écris, le jeton est toujours dans la portière arrière droite) (au milieu d’autres, hein) (et c’est pas moi qui les ai tous fait).

Bref, nous partons en vacances d’été, je n’y pense plus. Le jour de la prérentrée, ma collègue m’attend avec des devis de trois garages différents : sur chacun est indiqué la même somme de … 400€

POUR UNE MINUSCULE GRIFFURE DE ME… euh pardon, une petite griffure. Mais à priori il y a une petite bosse en dessous. LdmJ est aussi horrifié que moi, il est persuadé que je lui ai menti en minimisant les dégâts. Nous nous rendons donc discrètement sur le parking et je lui montre la voiture de ma collègue. Je crois que sa mâchoire s’est accroché devant le visuel. On a dû se pencher à la lumière pour voir la marque dans le pare choc (et on cherche toujours la bosse). Pour le montant, on se dit que le garage doit changer directement tout le pare-choc …

Mais ma collègue a quand même procédé aux réparations. Et je lui ai fourni l’argent (ce qui était normal hein) (enfin, bon) (je lui en ai voulu quand même 😉 ).Par contre, j’ai pas utilisé l’assurance, j’avais quand même 200€ de franchise et nous aurions récolté du malus.

Depuis ce jour, chaque fois que je prends du fromage dans la cloche de mon frigo, je me dis : « Putain saleté de tup’ à 400 boules » (Tu parles d’une promo).


En fait j’ai plein d’autres anecdotes de voitures à raconter, notamment qu’il ne sert à rien d’hurler « NOOOOOOOON » dans sa voiture quand une autre véhicule recule sur nous sans nous voir : il faut klaxonner (l’autre conducteur n’entend pas le « NOOOOOOOOOOON » même si on le hurle). Inutile également de placer tes deux mains devant ton visage : il te percute quand même.


 

Même si je ne suis pas particulièrement douée au volant, j’ai horreur qu’on me fasse des réflexions sur ma conduite. Ainsi, il est parfois délicat de conduire alors que ma maman est sur ma droite. Bon okay, elle SAIT que j’ai passé plus de 50 leçons (vu qu’elle en a payé la moitié) mais honnêtement est-elle vraiment obligée de me faire des réflexions du style :

– Tu es sûre que tu ne devrais pas mettre tes deux mains sur le volant ???

(et à 10h10 aussi ?) ou encore :

– Ohhhh, ne va pas trop vite !!!

(alors que je roule à 50) ou le classique alors que je suis arrêtée à un stop : elle se penche à mort pour regarder si une voiture arrive sur ma droite bouchant ainsi toute ma visibilité, puis elle se redresse et me dit :

– Ben, tu pouvais y aller, là !

Mais le pire, ce sont ses cris (il paraîtrait d’ailleurs que je pousse les mêmes) quand elle pense que nous allons être percutés. Et elle le pense à chaque croisement, à chaque rond point, à chaque stop. Dès qu’une voiture se rapproche de la nôtre, elle pousse son petit « AHHHHH » super distrayant pour le conducteur. On voit qu’elle a confiance dans les qualités de pilotage de sa fille :p . Remarque, je me rappelle qu’elle faisait régulièrement le même coup à mon père.  Je me souviens particulièrement d’un dimanche soir, où nous rentrions alors que nous avions passé l’après-midi chez ma grand-mère maternelle. Nous roulions dans un bois assez sombre, sur une toute petite route, quand soudain :

– AHHHHHHHHH !!!!!

Mon père a fait une embardée et tapé du frein. Nous avons tous pensé qu’elle avait vu un gibier prêt à bondir sur la voiture, quand elle a rajouté :

– J’ai oublié le lapin chez Maman !

Bon, en un sens elle avait vu du gibier (mais mentalement).

 

Mon père, quand à lui, était plus discret quand il était assis à ma droite, il se contentait juste d’agiter son pied droit : il freinait violemment dans le vide à chaque intersection. Il faisait même de l’Air-débrayage avec son pied gauche. Lui aussi avait toute confiance en sa fille, c’est certain.


 

Je me demande comment je serai avec les Mômes dans quelques années. Espérons que je saurai être de bon conseil … Cela va venir vite : la conduite accompagnée se fera bientôt à partir de 15 ans !

J’espère qu’il seront plus doués que moi (ou que leur père) (pour des raisons d’harmonie dans notre couple, je ne parlerai pas de son permis 😉 ).


 

*** GÉNÉRIQUE de FIN ***

Allez les Mômes, vous pourrez bientôt ‘conduire ma voiture’ 😉

Bip-bip, bip-bip, Yeah !!!

Rendez-vous sur Hellocoton !

40 thoughts on “S05 E13 ~ Car j’étais sur la route …

  1. Article comme je l’imaginais. Je pourrais écrire un roman moi même …pffff….. J’ai moins ri que ce que je pensais. Non pas parce que tu n’es pas drôle, mais parce que…je m’identifie trop. Dis toi que toi, au moins, tu as eu ton permis du 1er coup. Je te montrerai ma voiture en juillet….

      1. A ma décharge, je l’ai passé 3 fois. Et la deuxième fois je l’ai loupé avec cet idiot de remplaçant !! Mais le parcours me disait bien qch. Bon g eu 30 leçons du fait de l’abandon de notre moniteur Et de mes 3 passages, sachant que le premier c’était parce que je n’avais pas accélérer assez pour entrer sur l’entrée de la voie rapide, parce qu accessoirement il y avait des voitures, la deuxième parce que j’ai eu plus de réflexes à un stop que l’examinateur et enfin g eu mon permis avec de nouveau le premier examinateur pour qu’il me dise pkoi je ne vous l’ai pas donné la première fois grrr. Mais bon depuis plus de pb, mis à part un camion qui m’a détruit ma voiture.

        1. Ah toi aussi, t’as dû changer d’auto-école 😉
          Oui, quand tu l’as passé avec moi, c’était le coup du stop.
          Camion contre voiture, tu as de la chance de t’en sortir indemne ! Je ne savais pas.

          1. Le coup du stop. Ce stop je l’zi haï un bout de temps et ce macho encore plus.  » je n’aime pas que qq1 ait plus de réflexes que moi  » connard

  2. J’aurais presque pu écrire cet article… Sauf que moi j’ai passé le permis 4 fois. Soit 52 h de conduite. Et l’inspecteur a fini par me le donner « parce que j’avais l’air gentille ». Mon joli sourire a apparemment permis de compenser la zone 30 traversée à 50, les calages aux Stop, le rangement en bataille à cheval sur 2 places (la ligne blanche pile au milieu de la voiture ceci dit!), la question pratique où j’ai donné 3 ou 4 réponses avant de trouver la bonne…
    Bref. J’ajouterai juste un dernier conseil : serrer les fesses quand on passe dans un endroit étroit ne fait pas rétrécir la voiture. J’ai testé, ça marche pas.

  3. J hésite à rire. Parce que je suis toi puissance mille.
    J’ai pas conduit depuis 2 ans d ailleurs. Et c était pour faire 2km pour emmener la voiture se faire réparer le pneu. En vrai, j’ai pas conduit régulièrement depuis. .. 2006. Oups
    J’ai réussi à me prendre un mur de face en démarrant.
    Et l annee suivante, en allant à mon stage, je me suis garée comme dhab loiiin des autres voitures. Et un con m a collée avec son 4×4 en se garant. J’ai donc également « rayoté » sa voiture en partant. Sauf que j’ai appris après que c était une de mes chefs et que sa voiture était neuve…La grande classe !
    Pour ma défense, ma seule voiture a toujours été le tank de mes parents (toyota previa. Tu demanderas à fils aîné. ) mais bon je crois que j’ai vraiment un problème dans l espace !

    1. Une fois que tu arrêtes de rouler régulièrement, tu as de moins en moins envie de le faire. C’est ce qui est arrivé à ma mère.
      Et c’est vrai qu’avant d’avoir des enfants, je roulais beaucoup (mon boulot était à 45 kilomètres) mais depuis que je travaille sur Winterfell : les longs trajets, c’est LdmJ qui les fait. J’ai également peur de me rouiller un peu, mais c’est tellement plus pratique ainsi …

  4. Tu sais quoi ? J’ai eu aussi mon permis du 1er coup avec le même nombre d’heure de conduite que toi :-). Mais je l’ai eu à 18 ans. Bon, j’avais un oncle moniteur auto-école, ça aide un peu (beaucoup).

  5. Je l’ai eu aussi en 1999 ! Au bout de la 3ème fois et plus de 40 heures de conduite ( mais je ne crois pas être allée juste 50). Alors, on dirait bien qu’effectivement que cette année fut un grand crue !
    Je suis toujours un boulet quand je conduit… Je ne compte plus les éraflures que j’ai infligé au fur à mesure des année. Merci pour ce billet qui m’a fait beaucoup rire mais aussi me sentir moins seule !

  6. je me marre encore!! 😀

    je l’ai passé 3 fois. (j’ai fini par l’avoir). La première fois, c’était au bout de 20 leçons… je n’étais clairement pas prête… avec la trouille en prime, j’ai grillé un stop en suivant tranquillou la voiture devant moi. J’avais regardé hein! aucune voiture à l’horizon… mais bon… c’était un stop quoi. C’était au bout de 3 ou 4 minutes… ça s’est arrêté là. la lose!

    Au début, je conduisais peu… très peu… genre presque pas du tout. Alors à chaque fois que je prenais le volant, c’était un peu panique à bord… mais jamais aucun accrochage responsable. Je me demande encore comme cela a été possible.

    J’ai dû commencer à conduire vraiment beaucoup en arrivant sur l’ile. (ouais, parce que la vie parisienne avait ça de bien que conduire n’y était absolument pas indispensable. Le métro était mon ami. tard le soir pour rentrer de l’école ou du boulot. Tôt le matin pour rentrer de soirée. Ou l’inverse… ça dépendait.

    bref… sur l’ile, et là, j’en suis fière, aucun accident responsable. Enfin si! un… mais il n’y a pas eu de mort. Un blessé léger. pas moi (c’était déjà ça), juste devant l’école,devant toutes les mamans. J’ai eu honte pendant des mois.

    par contre… comme toi, je collectionne les éraflures. Une fois, je m’en souviens encore… j’ai ouvert ma portière pour aller ouvrir le portail. J’étais fatiguée. très fatiguée ce jour là (c’est important pour la suite). Je retourne m’asseoir dans la voiture pour sortir la voiture de mon allée… sans refermer ma portière… et bam! la portière. Un autre jour, toujours ce foutu portail… le gosse derrière demande à descendre pour aller directement chez le voisin avant de rentrer. Je sors donc pour lui ouvrir SA portière (sécurité enfant oblige)… il sort, file chez les voisins… je salue de loin ma voisine… je retourne m’asseoir pour ENFIN rentrer ma voiture dans mon allée… sans fermer la portière du gosse. Et bam, la portière! l’homme a pété un plomb. Une fois c’était déjà limite… mais 2 fois… et puis un jour il a déconné aussi. il n’a pas vu un mur et a frotté MA voiture tout le long de ce mur… laissant sur MA voiture l’éraflure du siècle et des bosses. C’était ma vengeance!
    Sinon y a aussi le jour où… nan mais là il est 2h48 du matin… je vais aller dormir… par contre, tu n’en m’en voudras pas si un jour j’écris un billet sur le même sujet parce que le tien à fait remonter plein de trucs! 😉

  7. 5 ans avant (1994), on proposait le permis avec 20 leçons seulement; j’ai présenté, raté (grillé la priorité a droite a un vélo, je croyais qu’un vélo ça comptait pas…) bref, j’ai approché les 40h et eu le permis la deuxième fois. Depuis comme toi et mes camarades plus haut, j’ai surtout rayé ma bagnole, surtout celle que j’ai payée avec mes sous, bien entendu la 1ère semaine de s vie… Peut-être la culpabilité de posséder quelque chose (ado, failli adhérer aux jeunesses communistes) 🙂
    PS: j’aime de plus en plus ce blog!

  8. Permis réussi du 1er coup, mais…. en voulant sortir du garage, j’oublie d’ouvrir la porte, résultat, l’arrière de la voiture défoncé, la porte elle n’avait rien; encore dans le garage, une autre fois, je veux sortir, je sens bien que je suis fort proche de l’évier, mais ça va passer, je te dis que ça va passer, oh, ça frotte un peu, pas grave, l’évier est en plastique, ma voiture en métal, solide, ben non !!!!!!l’évier est intact, l’avant de la voiture défoncé, j’ai aussi  » enfermé » mes clefs à l’interieure de la voiture, dans un parking souterrain en ville, résultat, faire appel à un dépanneur qui a crocheté la fenêtre pour ouvrir la portière…..ah oui, et moi quand je passe sous un pont, tunnel un peu bas, je baisse la tête….encore une , je suis avec mes 3 ados sur l’autoroute et leurs amoureux, un oiseau se jette sous
    la voiture, bruit abominable, des plumes partout et moi qui lâche le volant, ferme les yeux et hurle….les amoureux ne veulent plus venir en voiture avec moi

  9. La conduite accompagnée, pour l’avoir vécue côté apprenti, je peux te dire que si LdtJ et toi n’êtes pas certains d’être des copilotes bienveillants ça peut vite devenir une catastrophe : j’ai commencé les leçons de code avec une énorme appréhension parce que je voyais déjà ma grande sœur se faire engueuler comme du poisson pourri tous les 50 mètres par mon père…
    Je ne sais pas combien d’heure d’auto-école j’ai dû faire, mais déjà avant de commencer la conduite accompagnée j’en avais cumulé plus que mon quota. Et ça ne m’a pas empêchée d’échouer deux fois. Aujourd’hui encore, ma conduite dépend grandement de mon passager, je déteste emmener mon père, qui critique tout, et après avoir essayé de suivre ses conseils de personne-qui-ne-se-rend-pas-compte-qu’on-ne-voit-pas-pareil-depuis-la-place-du-passager, j’ai passé le volant à mon mari pour qu’il me sorte de la situation où il m’avait mise : il a tellement détesté ça qu’il ne le fait plus. Moi j’essaie d’être une passagère cool, je regarde à droite sans me pencher et je dis « c’est bon à droite », et à moins d’avoir vraiment très peur (et de dire « freine !!! » avant un carrefour dangereux) je m’abstiens de donner mon avis quant à la réussite d’une manœuvre…J’espère que je saurai garder mon calme et être aussi confiante avec mes enfants que l’était ma mère (avec elle ça se passait bien).

    1. L’intérêt d’être prof c’est que normalement nous avons quelques notions de pédagogie et de bienveillance ( normalement 😉 ) . Mais oui, j’imagine très bien que certaines personnes sont incapables de demeurer calme en apprenant à son enfant à conduire. Mon père n’aurait pas pu, je pense. Il aurait été très stressé.

  10. Mon premier accrochage s’est fait le 1er jour ou ma mère m’a prêté sa voiture, 2minutes après que je l’ai déposé au taf ! J’ai légèrement « bugné » la voiture devant moi (c’était sa chef 🙁 … heureusement je n’ai abimé que mon cabochon de clignotant (et rien sur le pare choc de la percutée)… résultat 100Frs ! J’étais pas très fier de moi ! depuis rien (je touche du bois !)

    J’ai adoré ton histoire de permis de conduire ! Très bien écrit comme d’habitude ! J’imagine aussi la tête de LDMJ devant la pseudo rayure de ta collègue ! MDR !

  11. Ha ha ha! Que de bons souvenirs ce permis de conduire… Mes parents étant fauchés comme les blés, j’ai dû attendre de travailler pour pouvoir me payer le permis, sachant que j’ai passé 5 ans d’études supérieures, je me suis donc inscrite à l’auto école à … presque 23 ans. Eh ouais… Passons sur les leçons de conduite un peu flippantes aux côtés du patron de l’auto école un peu libidineux, de sa main qui frôle la mienne régulièrement sur le pommeau, brrrr, j’en frissonne encore! Comme toi, j’avais pris le forfait comprenant 20h de conduite en me disant que ce serait dans la poche en moins de temps qu’il ne faut pour le dire! Que nenni! Au fil du temps son air libidineux a laissé place à un air consterné, et je ne compte pas les coups de freins et coups de volant, le plus beau souvenir pour moi restant cette fois où j’ai planté la voiture sur un terre-plein en centre ville! Mon plus gros stress le jour de l’examen était que la voiture sur laquelle j’avais passé toutes mes leçons était un Scénic démarrant avec UNE CARTE et sans levier de frein à mains (un truc étrange avec la pédale de frein, etc)… Autant te dire que mon pire cauchemar était de ne pas pouvoir démarrer une voiture normale devant l’Inspecteur. Effectivement le jour J j’ai réussi à démarrer, mais j’ai pris une rue en sens inverse… Contrairement à toi, je n’ai donc PAS eu mon permis du 1er coup… Et j’étais repartie pour une bonne dizaine d’heures (peut-être plus) à PLEIN TARIF (puisque hors forfait) et heureusement, la deuxième fois fut la bonne. Puis j’ai pu consacrer mes salaires suivants dans l’achat d’une magnifique AX Image couleur Rouge Furio (trop la classe…). Une semaine après avoir eu mon permis, j’ai pilé et dérapé sur un rond point mal éclairé avec mon chéri comme passager qui est passé du rose au blanc en quelques secondes… Quelques mois plus tard, n’ayant pas retenu sa leçon mon chéri me propose qu’on emménage ensemble (pauvre fou…). Le jour où on a pris possession de l’appartement officiellement, j’avais oublié la cafetière au bureau, et j’ai donc fait demi-tour car il était IMPOSSIBLE que nous passions notre premier matin sans café… Après avoir récupéré la cafetière, j’ai eu mon premier accident (j’écoutais à fond Robbie Williams) sur la route de l’appartement, mon chéri ne m’a pas cru quand je l’ai appelé pour l’informer de ce léger contretemps… Il avait acheté une bouteille de champagne, on l’a bue le lendemain! Depuis euh… on peut dire que je me suis améliorée quand même… Heureusement!

  12. J’ai quelques anecdotes plus ou moins droles (pour moi) avec ces histoires de voiture aussi.
    1ere sortie en conduite accompagnée avec ma mere, ah une griffouille oh merde le poteau était si près que ça de mon avant de voiture? Resultat, je voulais tout arreter la conduite et finir à pied. J’ai honte encore aujourd’hui en pensant à ce truc..
    Ceci dit depuis j’ai pas vraiment eu de soucis… Mais zhomme a aussi tendance à me faire confiance en voiture, dès que je double, change de route ou autre il regarde aussi les retros et l’angle mort… L’avantage aux USA c’est qu’il me dit plus « tu devrais changer de vitesse non?  » (et en plus ça me gonfle parce que je trouve qu’il les change trop tot lui) la voiture le fait toute seule MUAHAHAHA

    1. Mes beaux parents ont également des voitures automatiques, mais j’ai l’impression que cela bouffe plein d’essence. Vu que j’habite une région montagneuse, je préfère le faire moi même. En fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.