S05 E12 ~ Espérons qu’il ne soit pas trop tard.

 

Cette semaine, arrivant un matin devant le collège, j’ai avisé un élève sortant de la voiture de son père en faisant beaucoup de bruit. Effectivement, deux canettes de sodas vides venaient de dégringoler de la portière avant droite qu’il venait d’ouvrir. Le gamin a rigolé, puis plus surprenant j’ai clairement vu son père en rire également. L’enfant a refermé la portière, son père est parti. Les canettes sont restées dans le caniveau à 3 mètres d’une poubelle. J’ai été voir le collègien, lui ai demandé de ramasser ses canettes et de les jeter. Ce qu’il a fait (c’était un de mes élèves, il a pas trop osé moufter).

Mais je me suis interrogée sur le rôle des parents dans l’éducation à la citoyenneté. Tu me connais, je ne suis pas du genre à faire ma moralisatrice ici, mais franchement, il est des sujets qui me touchent plus particulièrement. Je ne me rappelle plus de la première fois où nous avons réellement parlé d’écologie avec les Mômes. Comme nous sommes des parents un brin responsables (hum) et soucieux, comme tout un chacun (ou presque), de l’avenir de la planète cela a dû venir naturellement dans la conversation dès leur plus jeune âge :

« Ne jette rien par terre »  ;  « Ne fais jamais couler de l’eau pour rien » …  » Ne gâche pas ! » [comme je ne peux me résoudre à jeter de la nourriture, je fais donc souvent office de poubelle de table (comme Monica Geller en son temps).]

Et puis, il y a eu les chansons « engagées » ; certains jeux (comme celui des 7 Familles : Les bons gestes), et même quelques films (Wall-E ou Bee par exemple). Et les conversations du quotidien …

 


*** GÉNÉRIQUE  ***


Prologue

Il y a quinze jours, j’ai lu un article super angoissant. Un vieil article, qui date de 2010, mais vu le sujet … et le verdict, la date à laquelle il a été écrit n’a que peu d’importance. Il m’a vraiment foutu les jetons. D’ailleurs tu n’es pas obligé(e) d’ouvrir le lien que j’ai rajouté (car c’est bien plus terrifiant que de regarder un épisode de The Walking Dead !)

J’ai conscience que ce billet est alarmiste, qu’il fait prophétie de bonne mauvaise aventure et qu’il a la volonté de choquer mais que veux-tu j’ai un gout douteux pour des lectures pseudo-scientifiques qui parlent de fin du monde (et de zombies :p ).

Je crois que la phrase qui m’a le plus marquée de l’article est la suivante :

 » […]Frank [Fenner, un scientifique australien] a peut-être raison, mais certains d’entre nous nourrissent encore l’espoir que la situation entraînera une prise de conscience et, par conséquent, les changements révolutionnaires nécessaires pour atteindre la durabilité écologique. »

Des changements révolutionnaires ? Une prise de conscience politique ? Je suis sceptique …

 

Bref après cette lecture, j’ai eu envie de mettre mon smartphone dans le freezer :

Acte 1

Les jours suivants, j’ai eu beaucoup de mal à trouver le sommeil. J’ai pensé à mes garçons, à leurs enfants.

Puis Fils Aîné est rentré un soir de l’école et m’a dit :

– Maman ! Mon copain E. dit que je suis un pollueur, c’est pas vrai !!!!

Et j’ai dû ranger mes idées sombres pour  parler d’écologie, de solutions et de développement durable.

– Pourquoi a-t-il dit cela ?

– Parce que j’ai un sac en plastique pour mettre mon goûter.

Il me sort de la poche de son manteau le vieux sachet incriminé (qui est en fait un sac congélation) :

– Il va mettre 40 millions … euh non : 40 000 ans à disparaître ce sachet ! 

– C’est vrai qu’il va mettre énormément de temps à disparaître si on le jette dans la nature. Mais PAS 40 000 ans : je dirais 500 ans … ce qui est déjà énorme, je l’admets.

– Il ne faut plus utiliser de sachets plastiques, alors !

– C’est vrai il faudrait complètement arrêter de nous en servir. Celui que tu as dans les mains, c’est le même que tu utilises depuis le début de l’année, ce qui est en soi une sorte de « recyclage » (ouais, bon, je sais que ce dernier point est limite) il ne faut surtout pas le jeter dans la nature ou par terre car là, effectivement, on pourrait te dire que tu es un pollueur.

– Mais tu utilises toi aussi des sacs plastiques !

– Pas pour les courses en supermarché et par exemple, le samedi chez le boucher, nous refusons toujours les sacs plastiques qu’il nous propose !

(C’est pratique, il nous emballe la viande dans du papier et nous déposons celle-ci dans un sac à dos).

Mais il me répond laconique :

– Oui, mais chez le poissonnier et le fromager, tu prends les sacs plastiques.

– …

C’est vrai, gloups. Parce que le poisson sent fort dans le sac à dos. Le fromage aussi, d’ailleurs.

Et là, mon fils ajoute :

– Tu pourrais utiliser le même sachet plastique chaque semaine ! Comme moi !

La vérité sort parfois de la bouche des enfants. J’acquiesce gravement et lui promets de faire un effort.

 

Acte 2 : Le lendemain soir.

Retour d’école :

E. a trouvé un autocollant par terre, alors il l’a collé sur mon manteau et m’a dit que j’étais un pollueur !

Décidément E. est dans un trip pollution en ce moment.

– Arfff, déjà il n’aurait pas dû te coller l’autocollant sur ton manteau mais le mettre dans la poubelle de votre cour.

(Nan, mais c’est vrai, c’est quoi ce discours moralisateur à deux balles E ?) (bon okay E a six ans).

Et je rajoute :

– Le véritable pollueur dans cette histoire, c’est celui qui a jeté l’autocollant par terre !

Je vois alors le menton de mon fils se mettre à trembler.

– Que se passe-t-il ? Ce n’est pas toi qui l’avait jeté ?

– NON , mais après qu’il me l’ai mis sur mon manteau, je l’ai détaché et remis par terre !!!

Le regard de Fils Aîné se noie :

– Je suis un pollueur !!! Tu vois bien !

– Nous sommes tous des pollueurs, mon chéri, malheureusement. Mais toi tu es encore petit, tu apprends, ne te juge pas ! Si jamais la même situation se reproduisait, tu irais mettre l’autocollant à la poubelle et tu dirais à ton copain : « Tu vois je ne suis pas un pollueur puisque que je jette le papier MOI »

( Et PAF )

Un peu rassuré, il revient quand même sur le sujet avec son père le soir.

– Et vous ? Vous êtes aussi des pollueurs ?

La première pensée qui me vient à l’esprit, surtout après la lecture de l’article cité plus haut, est la suivante : « Ben oui, notre première pollution est d’avoir fait des enfants (rapport à la surpopulation planétaire). Mais bon, techniquement, je ne peux pas lui dire cela (hum). Mais c’est compter sans LdmJ, qui lui  est encore plus radical :

– Bien sûr que nous polluons : en respirant on rejette du CO2 et cela pollue l’atmosphère !

Reaction GIF: facepalm, Patrick Stewart, Star Trek

Fils Aîné est soudain très inquiet (EVIDEMMENT )

– Mais on est obligé de respirer !!!

Et le voilà qui retient sa respiration (EVIDEMMENT) et conclut catastrophé :

– Mais j’y arrive paaaaaaaaaaaaaaaaaaaaas. Je polluuuuuuuuuuuue.

On peut toujours compter sur LdmJ pour pourrir le groove des autres. Merci mon ♥.

La conversation s’est ensuite poursuivie sur le fait que quasiment chaque action humaine était polluante … ce qui était le but de la petite provocation de LdmJ.

 

Acte 3.

Parce que ce sujet est revenu plusieurs fois au cœur de ses préoccupations enfantines, nous lui avons parlé effectivement de toutes ces petites choses que nous pouvions améliorer pour moins polluer.

Notamment réduire les déchets : trier les papiers, le verre, les restes alimentaires afin de diminuer de façon significative les autres … ceux qui partent se faire incinérer.


 

*** COUPURE PUBLICITAIRE ***

Fils Aîné a une idée bien précise de ce qu’est un incinérateur, grâce à ses références culturelles et une scène devenue culte :


 

Puis,  il est revenu sur les déchets alimentaires :

– C’est pour cela que vous jetez des épluchures dans l’arbre à côté de la terrasse ?

Oui, euh … hum. Cela mérite une explication.

Nous avons la chance d’avoir un petit terrain dans lequel nous avons disposé un composteur. Sachant qu’il n’a de composteur que le nom, puisque nous ne préparons aucun compost avec : je n’ai pas de potager (au grand désespoir de Fils Cadet).

Ce composteur est au fond du jardin, et d’ailleurs depuis qu’il est là : c’est le côté le plus fleuri de notre pelouse :

J'ai tagué la photo . Je ne voudrais pas que mon composteur se retrouve partout sur le net.
J’ai tagué la photo . Je ne voudrais pas que mon « joli » composteur se retrouve partout sur le net 🙂

Enfin, la photo a été prise AVANT le passage de tondeuse de LdmJ (quand je te dis qu’il pourri notre groove 😉 )

Mais au fond du jardin, c’est loiiiiiiiin, surtout l’hiver, alors c’est vrai que pour les petits déchets (genre un trognon de pomme) on va sur la terrasse et le jette dans … euh

… l’arbre à compost en contrebas :

Iu9_81f7OY_9KSvpVlX-M0BjcbS9U2uUPrcRU3w_0aqk=w616-h821-no

(qui est en fait un laurier)

– Mais tu pollues, insiste Fils Aîné, puisque tu jettes quelque chose dans la nature.

– Oui, mais non, parce que ce sont des déchets … organiques.

S’en est suivi une discussion sur le « Dust to Dust » dont je t’épargne les détails.

Mais effectivement il ne faut pas jeter n’importe quoi dans notre arbre-à-compost non plus … Ainsi Fils cadet qui adore y lancer ses pelures d’orange ou ses trognons de pomme a décidé d’aller plus loin en y jetant ses lunettes de soleil (en plastique).

15 minutes de recherche (il est très feuillu notre laurier) et beaucoup d’énervement plus tard, Fils Aîné a pu lui faire une leçon de morale :

– On ne jette pas les lunettes de soleil !!! Elles mettront 40 000 ans à se décomposer dans l’arbre !

(L’arbre aura disparu bien avant, mais bon).

Ceci dit, j’ai fait remarquer à Fils Aîné qu’il faisait la morale à son frère mais que lui même n’était pas exempt de tout reproche :

[Flash Back, quelques jours plus tôt] Fils Aîné faisait rouler un petit camion sur la terrasse quand, sans aucune transition,  je le vois tenter d’escalader la haie de thuyas avec sa petite chaise de jardin.

Je suis un peu interloquée :

– Mais … POURQUOI ???

– Mon camion … il est en haut des thuyas je crois.

Soit à une hauteur de deux mètres cinquante environ … Bien, bien.

– Mais … POURQUOI ???

– Ben … euh … il a volé.

OKAY, normal. -___-

[End of Flash Back]

Etant donné que même en me mettant debout sur une chaise, je n’arrivais pas à atteindre son camion-volant et que l’escabeau était rangé tout au fond du garage, je lui ai fait remarquer qu’il ne récupérait son bien que lorsque son père taillerait la haie en Août. Sur le moment, il s’est vite consolé. Mais aujourd’hui à la lumière de ce qu’il a appris, il est scandalisé par notre manque de réaction :

– Il faut absolument récupérer mon camion, il pollue la haie !!!

Il a pesté de nombreuses minutes, tenté de secouer notre thuyas dans tous les sens, puis a renoncé quand une petite araignée lui est descendue sur le nez (il est parti en hurlant) (m’est avis qu’il n’est pas prêt de refaire voler ses petites voitures).

Sinon, à l’heure où je t’écris, le camion pollue toujours le thuya, j’ai la flemme de sortir l’escabeau. (Je sais, je sais …)

Puis nous avons évoqué l’importance d’acheter des légumes biologiques n’ayant parcouru qu’un faible nombre de kilomètres pour parvenir à notre assiette (enfin, cela c’est la théorie) (j’avoue adorer les avocats et ces derniers pourraient venir de Papouasie intérieure, je continuerais d’en acheter) (mais des bio). J’ai donc dû lui expliquer l’essence consommée et la pollution induite. Et là …

 

Acte 4

L’acte final de la prise de conscience écologique de Fils Aîné.

Il a compris qu’une des principales sources de pollution venait … des objets qu’il chérissait par dessus tout : les voitures.

Je rappelle que Fils Aîné veut devenir pilote de voitures de course (youpi), qu’il connait toutes les marques et tous les modèles. D’ailleurs, mon cousin a voulu le coller en lui montrant sa nouvelle voiture (un modèle très récent de Nissan), il lui a fermé les yeux et montré uniquement le côté droit de sa bagnole, Fils Aîné s’est immédiatement exclamé :

« C’est une Nissan CH’AIS-PLUS-QUOI » (il a dit le vrai nom du modèle, mais moi j’ai oublié).

Il n’était pas peu fier d’avoir épaté son monde. Mon cousin a rajouté qu’il connaissait un enfant d’amis qui avait appris par cœur TOUS les arrêts de toutes les lignes de bus parisiens. Hahaha (cela aurait pu tout à fait être Fils Aîné) (version transport en commun) (donc plus écolo).

En attendant, une partie de son monde s’est écroulé : les voitures, ces êtres chéris (oui, on vit dans la monde de Cars)  polluent la planète.

Comme les enfants sont des êtres étranges, qui varient d’un extrême à son contraire sans autre forme de procès : après avoir rêvé de devenir pilote automobile, il s’est écrié en levant le poing  :

– Okay, plus tard, je détruirai TOUTES les voitures, je les enverrai à la casse ! Il faut qu’elles disparaissent !!!

– Ce n’est pas une solution mon chéri, il faudrait déjà que chacun réduise l’utilisation qu’il en fait.

(dit la fille qui a deux voitures dans son garage, alors qu’une seule suffirait amplement).

– Oui, mais il faut empêcher que les gaz sortent de la voiture : il faut donc … euh … JE SAIS : mettre des carottes dans leur pot d’échappement !!!

Je me suis retenue de pouffer de rire et j’ai ajoutée très sérieusement :

– Dans ce cas, j’espère que tu utiliseras des carottes bio  !

Il n’a pas apprécié ma plaisanterie, parce que pour ma part,  je me suis marrée 5 minutes de ma blague (je suis bon public avec moi-même) .

Plus sérieusement, je lui ai expliqué que cela risquerait de faire exploser le moteur des voitures et que ce n’était VRAIMENT pas une bonne solution. Il a vite abandonné cette idée (s’il y a bien une chose qui lui fait encore plus peur que la pollution : c’est le feu, la fumée et les explosions) !

Il tourne désormais son regard vers les voitures électriques. Qui ne sont pas, à mon sens, une solution non plus. Pas tant que nous resterons à l’électricité nucléaire … ou, comme en Allemagne, au charbon (so XIXème siècle).

[EDIT : depuis que j’ai écrit cet article, il a à nouveau changé d’avis. Il a été visité le musée automobile Peugeot de Sochaux avec ses grands-parents : il a adoré et il a même participé à un concours de dessin dans le dernier Journal de Mickey afin de gagner un week-end au 24h du Mans en Juin) (très écolos les courses automobiles 🙂 ].


Acte 5 : Et Fils Cadet ?

Notre petit de 4 ans est très sensible à tout ce qui touche à la nature. Lui ne sait pas différencier une Renault d’une Peugeot (et s’en tamponne velu) ; mais connait le nom de nombreuses espèces de plantes, adore jardiner ou simplement cueillir des fleurs dans un champs. Il est très sensible aux animaux et voudrait caresser tout ce qui porte poils ou plumes (même les araignées ne l’effraient pas), mais par contre, ce n’est pas encore demain qu’il deviendra végétarien (il aime trop la viande).

Nous avons semé des plantes mellifères cette année, les plantes les plus utiles aux abeilles. Nous avons profité de ces moments  pour discuter de l’avenir de ces petites bêtes. Lui, qui était si effrayé par elles, est devenu leur plus ardent défenseur. Quand il en voit une dans le jardin, il s’arrête immédiatement de crier, et me chuchote :

« Il ne faut pas que je l’effraie, comme ça elle verra que je suis un gentil garçon et elle continuera à se poser sur nos fleurs. »

Par contre, il ne comprend toujours pas l’intérêt des guêpes, bouffeuses du sucre et autres graisses dans son assiette 😉

DXTJpR7sBGqLODDAc4oWP-XCWAt136jiASZfn6DdI7Fr=w1598-h745-no
Mon petit cueilleur de pissenlits ♥

 


 

Pour terminer cet article sur une note encourageante, voici un billet qui m’a fait chaud au cœur après plusieurs jours d’angoisse : le rapport de l’ADEME sur les énergies renouvelables  … comme me l’a indiqué LdmJ (qui, finalement, sait aussi remettre un peu de groove dans mes idées).

J’ose encore croire que tout n’est pas joué et que je peux à mon échelle faire quelque chose (à commencer par ne plus prendre les sachets plastiques du fromager et du poissonnier) (il faut bien commencer quelque part).


 

*** GÉNÉRIQUE de FIN ***

Une petit générique home made !

Avec nos photos et les chansons d’un album que nous avons offert aux Mômes il y a déjà bien longtemps ! Minicroche protège la planète.

C’est très niais mais bon, c’est de la chanson « engagée pour enfants chantée par des enfants ».

La dernière est une très jolie berceuse que Fils Aîné adorait.


Rendez-vous sur Hellocoton !

13 thoughts on “S05 E12 ~ Espérons qu’il ne soit pas trop tard.

  1. Arf… que te dire… je viens de terminer la lecture de Zéro déchet… j’essaye de croire, comme toi, que chaque petit geste pèsera dans la balance… mais bon, j’essaye quoi… en me demandant quel foutu monde on est en train de laisser à nos mômes (la mienne a 6 ans et sait aussi qu’il ne faut pas jeter les choses par terre…). Sinon, ils ont l’air d’être des chouettes tes loulous <3

  2. Ah le compost… ne l’utilisé pas surtout pas, souviens toi de nos tomates 🙂 J’avoue être de plus en plus locavore (surtout depuis que je suis ici)

  3. Zero Déchet est une lecture trèèèèèèèèèèèèès inspirante, si l’écologie t’intéresse prépare-toi à être secouée par ce livre 😉
    Niveau « chanson engagée », je recommande celles du dernier album de Pitt Ocha des Ogres de Barback : « Ces petits riens » sur la décroissance et « A vous la terre » sur la pollution (et cest très écoutable même pour des adultes ^-^ ).
    Quand à mon fiston (7 ans), dur dur de lui faire comprendre la différence entre les légumes du jardin cultivés sans produits (mais pas certifiés bio), les produits bio et les autres 😛

    1. Cela va peut-être te sembler dingue mais nous n’avons jamais écouté les Ogres de Barback ici. Alors que tout le monde m’en parle. Remarque les chaines tournent déjà non stop avec notre stock de livres disques 😉
      Sinon, le meilleur jardin bio et local est bien sur le notre, enfin ici ce sont plutôt ceux des grands-parents (mais ils n’habitent pas trop loin en terme de kilomètres) 😉

      1. Alors zoup, plus d’excuses :

        et

        Je dois faire une interro surprise ensuite pour vérifier que tu as bien écouté ? (<- joke pourrie, on te l'a faite combien de fois ? Quand aux livres disques…. pas plus tard que ce matin j'ai racheté en brocante une collection complète de 30 livre-K7, c'est moins vintage mais pas de beaucoup 😉

        1. Merci pour les vidéos 😀 J’aime beaucoup la deuxième, la prochaine étape étant de leur apprendre la décroissance.
          Je suis prête pour les interros surprise !
          Nous ne pourrions pas acheter des livres K7 (plus de lecteurs 🙂 )

  4. Mouahaha ! J’adore toujours tes billets mais celui ci, j’ai du éclater de rire deux ou trois fois devant le regard interloqué de mes enfants ^^
    (Bon, et sinon, je cherche une voiture. Je suis prête à te débarrasser gracieusement de celle que t’as en trop si tu veux ^^ Ben quoi…. MDR)

    1. Désolée 😉 , c’est sentimental, je n’arriverai à me séparer de la Fiesta que quand elle me claquera dans les pattes (jamais eu aucun souci avec en 10 ans de bons et loyaux services, super bagnole) . Nous l’utilisons pour les trajets en ville, car elle est beaucoup moins gloutonne que le berlingo.

  5. Un sujet important bien traité !
    Notre loulou est sensibilisé par nos soins (selon nos critères, comme ramassé les papiers en montagne, bien faire le tri, choisir le moins pire ..) mais c’est pas encore gagné !

  6. Muahahah j’ai adoré ton histoire de composteur qui fait des jolies fleurs autour de lui mais qu’en fait non en hiver il est trop loin 🙂

    En ce moment en Californie, ils sont en sécheresse intense (3 jours de pluie par an c’est peu..) du coup ils commencent (oui juste maintenant) à se pencher sur la question des économies d’eau.
    On a donc reçu un courrier avec 2 recommandations :
    – les restos ne serviront plus automatiquement un verre d’eau faudra le demander.
    – on ne peut plus arroser les pelouses… SAUF le lundi, mercredi et vendredi…
    Ah ben oui c’est vrai c’est vachement important d’avoir une belle pelouse verte dans le jardin, sur le bord de l’autoroute ou au milieu du carrefour… Bref ils ont encore du boulot (sans oublier la chasse d’eau qui engloutit 15L d’eau et qui est pas efficace…)

    1. Ah oui, tout de même -_-
      Ici, c’est Fils Cadet, mon gaspilleur d’eau, il ouvre les robinets en grand et il n’arrive pas à les arrêter.
      Mais bon, en Easteros, nous ne manquons pas d’eau. Dit la fille qui a deux barbecues et une acrobranche prévu en ce weekend pluvieux.

Répondre à Florence BatMax Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.