oreilles

A la manière du TOP 50 je vais te décliner non pas mon TOP des dernières chansons à la mode (pour cela, il y avait les Victoires de la Musique), mais le TOP des bruits que produisent mes Mômes et qui nous stressent. Cela n’a rien à voir, je sais. Quoique …

Comme je suis gentille je n’ai pas fait de capture audio de tous ces bruits (malgré une demande insistante de LdmJ) :  j’ai eu pitié de toi, ami lecteur. Néanmoins, je te rappelle que je fais très bien la human-beat-box à l’écrit, donc j’essaierai de t’en faire une retranscription fidèle (et il n’y aura point besoin d’Alan Turing pour décoder) (blague uniquement compréhensible par ceux qui auront vu « Imitation Game » au cinéma).


 

*** GENERIQUE ***

Allez, c’est parti ! (prendre une voix nasillarde de forain)


Bon maintenant que tu as une musique bien pourrie en tête (merci les années 80), je peux commencer :

Numéro 10.

Il n’y a pas de saison pour que vive le son … du … Reniflage de Fils Cadet.

L’Hiver principalement, mais Automne et Printemps sont également bien représentés (et un peu l’Eté aussi).

Fils Cadet ne sait pas utiliser un mouchoir (ceci dit, Fils Aîné non plus) (et je ne te parle même pas de mes élèves collégiens). Les Mômes n’arrivent tout simplement pas à se pincer une narine et à souffler de l’autre. Fils Aîné tente quand même un truc relativement inefficace et le son produit ressemble à celui d’une trompette bouchée. Fils Cadet, pour sa part, a décrété que le mouchoir c’était pour les faibles. Il préfère renifler (et éventuellement utiliser ses manches).

Quand Fils Cadet est enrhumé, nous devons entendre une bonne cinquantaine de reniflements par jour. Au fur et à mesure que la journée s’écoule (oh, le mauvais jeu de mots), je supporte de moins en moins ce bruit. Au dixième reniflement, je deviens légèrement cinglée, j’ai l’impression d’avoir des acouphènes permanentes qui font à peu près ce son : « rfffffrrrrriiiiierfffchhh ». Armée d’un mouchoir, je poursuis Fils Cadet dans toute la maison. Il essaie de s’échapper en hurlant :

– Mais j’ai rien dans le nez : j’ai tout avalé !!!

Bon Appétit.

Numéro 9.

Hey ! Ce soir c’est soirée Disco

La chanson Fail. C’est pas faute de leur faire écouter de la bonne musique dirait leur père. Las … Nous avions oublié les morceaux qu’ils entendent dans les dessins animés et qu’ils n’arrivent plus à se sortir de leur tête (et de la notre, par transitivité) (#FunWithMaths). Ici, point de « Libérée, Délivrééééée », mais je vous en livre (déliiiivre) deux autres, qui nous stressent particulièrement.

Les Mômes, en ce moment, adorent chanter la chanson de Turbo, le petit escargot qui voulait être un bolide. Le film est très bof, la BO est nulle et si tu veux te pourrir les oreilles, tu trouveras leur chanson fétiche ICI.

Les Mômes se contentent juste de chanter : « WO HOOOO, qu’est-ce qu’il va viiiiiiiite », mais c’est déjà insupportable (malgré les harmonies vocales à la tierce) (involontaires, bien entendu) :

Quand à Fils Aîné, il préfère :

« Everybody Dance Now !!! » entendue dans un passage de Madagascar 3 : LA.

Ambiance Top Délire à son paroxysme.

Evidemment, quand je l’ai enregistré, il n’a pas crié ; mais dans la réalité il HURLE cette phrase. Cela me donne juste envie de dépecer des petits chatons.

LdmJ pour sa part est plus mesuré dans son analyse :

Capture

Je signale au passage que j’ai noté le nom des 14 personnes qui ont liké ce statut. Je n’oublie jamais HAHAHA (<— Evil Laugh)

Evil Laugh Gif Barney Barney stinson evil laugh gif

 

 

Numéro 8.

Ne la laisse pas tomber … Elle est si fragile …

Personnellement, le bruit de la construction légo qui s’éclate au sol a le pouvoir de me faire dresser l’intégralité de mes poils sur le corps.

Déjà parce que j’ai du mal à supporter les cris de désespoir qui suivent.

Ensuite parce que j’imagine les 150 pièces de la construction qu’il a mis une matinée entière à assembler en train de danser la samba sous le canapé.

Enfin, parce que je me dis qu’elles vont se mélanger avec les 150 autres pièces qui traînaient là depuis la précédente explosion de légos.

ARGHHHHHH.

Numéro 7.

Il suffira d’un signe … Un matin … Un matin tout tranquille et serein …

Imagine la scène : je suis affalée sur le canapé, un thé russe avec une rondelle de citron à portée de main de droite et ma liseuse dans la main gauche. Les enfants sont en pleine construction de légos (avant ou après explosion). Le bonheur.

Soudain, Fils Cadet apparaît dans mon champ de vision et me glisse :

« Qu’est-ce que je peux faire, moi, maintenant ? »

Avec cette petite phrase anodine mais hautement stressante, le petit vient d’exploser la bulle de sérénité dans laquelle je me larvais. Il va falloir OCCUPER Fils Cadet. En général dans la seconde qui suit, il revient avec une dizaine de bouquins à lire (j’exagère à peine) ou un jeu de société.

Smiley de désespoir.

Numéro 6.

Égarés dans la vallée infernale …

Tout a commencé lors d’un goûter d’anniversaire. Un copain de Fils Aîné a voulu chanter au moment de l’arrivée du gâteau. Evidemment, nous lui avons laissé la parole (enfin la musique). Malheureux que nous sommes.

Donc Copain n°3 s’est levé et nous a chanté : « LA CHANSON D’ANNIVERSAIRE » Attention, tu vas rentrer dans  :

 

A chanter sur l’air de « Happy Birthday to you » (que c’est original …)

 « Joyeux anniversaire !

Le gâteau tombe par terre …

Sur la tête de grand-mère,

Joyeux Anniversaire !

Rendez-vous au cimetière

Sur la tombe de grand-mère

Joyeux anniversaire !!! »

Oups – smiley qui fait la bouche de travers.

Les garçons qui n’ont compris de la chanson que « Le gâteau tombe sur la tête de grand-mère »  (je simplifie) sont écroulés de rire. Vu son succés, Copain n°3 décide de la rechanter. Une fois , deux fois , trois fois.

Au quatrième passage, tous les enfants reprennent en chœur ce refrain si … morbide. Tous ? Non. Une jeune demoiselle résiste encore, se tourne vers moi et me dis : « J’aime pas trop cette chanson …. »

Tu m’étonnes !!! Elle ajoute très sereinement :

– Ils commencent à m’énerver.

Elle a pourtant l’air très zen pour quelqu’un d’énervé. Moi j’ai juste envie de me découper en rondelle avec la pelle à tarte.

Le plus effrayant c’est que, désormais, les Mômes la reprennent en chœur à CHAQUE anniversaire. Y compris ceux de leurs grands-mères. Gloups.

Fils Aîné la chante dans l’interview qu’il a accordé à Selky le mois dernier, c’est ici (à 5 mn 18).

Numéro 5.

Va y a voir du sport ! Mais moi j’reste tranquille …

Chaque soir, après l’école, nous avons notre petit rituel avec les enfants. Je me rends d’abord à la maternelle, où je récupère Fils Cadet. Il me raconte sa journée (genre ce qu’il a mangé à la cantine), je lui donne le bout pointu de la baguette de pain fraîchement achetée, puis nous allons chercher Fils Aîné à l’école des grands. Quand les deux Mômes sont réunis, ils se font des bisous câlins. Jusque-là, tout va bien.

Nous montons dans la voiture puis Fils Cadet et Fils Aîné ont soudain l’envie irrépressible de parler en même temps de trucs supra méga importants (genre ce qu’ils ont mangé à la cantine). Et là, je sens subitement mon niveau de stress augmenter. Car vient le moment des chamailleries fraternelles.

– Maman !!! Fils Cadet, il parle trop fort et trop aigu, ça me fait mal aux oreilles !!!

– Maman !!! Fils Aîné, il me coupe ma phrase et je voulais te dire que Machin, dans la cour il a …

– Mais maman … FAIS LE TAIRE !!!! C’EST INSUPPORTABLE ! POURQUOI IL PARLE SI FORT !!! C’est HORRIIIIBLE. (Ceci dit avec au moins 50 décibels de plus que son Cadet)

Les deux tentent de se jeter l’un sur l’autre, pour se griffer le visage. Heureusement ils sont retenus par leur ceinture de sécurité (objet qui porte définitivement bien son nom), donc les coups de doigts griffus se perdent dans un ballet presque risible. Ils font de l’Air-Catch en gros.

Les chamailleries peuvent survenir à n’importe quel moment de la soirée, mais souvent dans la voiture ou autour du goûter. J’exècre ce bruit-là. Il me donne des envies de transformation en ermite au fond des bois.

Numéro 4.

Il faisait « Zip » quand il roulait,
« Bap » quand il tournait
« Brrr » quand il marchait …

Je pense que tu as compris de quoi je veux parler. Le jouet qui nous casse les oreilles : qui chante, qui te parle ou qui tourne sur lui-même à grand renfort de « KRRRRR, PChcHHt »

Pour réussir leur crash test, je pense qu’il doivent dépasser le volume habituel des concerts de Motörhead en terme de nuisances sonores. Une ola particulière pour les jouets qui font du bruit EN S’ÉTEIGNANT, particulièrement efficaces pour réveiller un bébé endormi.

Evidemment, les piles ne seront jamais remplacées. On préférera mentir aux enfants en affirmant que le jouet est cassé : « Ben oui, tu vois il marche plus ».  Si tu ne veux pas recourir à cette méthode définitive, tu peux toujours utiliser ce tutokitu de Paf pour en réduire le bruit.

 


  *** COUPURE PUBLICITAIRE ***

En plus d’être parfaitement insupportables pour les adultes, il semblerait que ces jouets soient

dangereux pour l’oreille interne des touts petits, comme l’explique cet article.

***


Numéro 3.

And I’m losing my favourite game …

Toute personne n’ayant jamais entendu le cri du mauvais perdant ne peut comprendre ce dont je vais parler.

Fils Aîné a ENFIN appris à perdre, cependant quand il joue à la bataille, à chaque fois qu’il doit rendre un as à son adversaire, il pousse un cri  affreux, croisement entre le hurlement du coyotte et la sirène un peu grippée d’une usine un premier mercredi du mois. Cela donne cela : « Meuuuuhiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!! »

L’adversaire face à lui, en voyant qu’il remporte un as, au lieu de profiter de sa demi-victoire, est obligé de préparer mentalement ses oreilles à encaisser les ravages causés par cette longueur d’onde.

Et encore, ce cri n’est rien face aux pleurs de Fils Cadet quand il perd, car :

– Moi je veux toujours gagner, c’est nul de perdre, alors : soit JE GAGNE, soit TU PERDS et pis C’EST TOUT !

Pas d’alternative. Les Mômes sont très forts pour te faire perdre l’envie de gagner. D’ailleurs, je pense que c’est un travail de sape pré-organisé et particulièrement efficace. Le seul problème, c’est qu’ils nous font perdre également l’envie de jouer.

Numéro 2.

Lala la schtroumpf lala
Viens schtroumpfer en cœur …

Fils Aîné a une nouvelle passion : parler en « nul ». C’est comme parler en schtroumpf , sauf que tu remplaces schtroumpf  par nul.

Oui, j’ai bien conscience que le concept est schtroumpfement nul. (Hahaha)

Cette façon de parler provoque rapidement un agacement profond chez ses interlocuteurs.

Fils Aîné aime particulièrement transformer des chansons en « nul ».

Par exemple, cette chanson, issue de Les Simpson Le film, qui est déjà particulièrement agaçante quand Fils Cadet la chante :

Enfin, la chanson est agaçante. Fils Cadet, lui, est mignon.

Bref, cette chanson devient véritablement cauchemardesque, quand elle est chantée en « nul » :

Variante possible : parler en « nullos », ou parler en « caca » (cette variante ayant été inventée par Fils Cadet).

Numéro 1

Alors je cherche et je trouverai ce dernier son, qui me manque tant …

Un bruit hautement stressant pour toute oreille parentale : le gros PLOF, BAM, BOUM. Le bruit que fait en général un enfant qui vient au choix : de se prendre un coin de table, de se manger le sol, de se vautrer sur du carrelage, ciment (ou autre surface rocailleuse). Il est en général suivi d’un pleur suraigu de douleur, qui est aussi difficile à gérer émotionnellement.

Rien que d’en parler, je touche du bois en invoquant le Dieu des Singes.

Ce bruit me stresse au point que je réagis de la même manière quand je suis loin d’eux. Par exemple, la semaine dernière, j’étais assise à mon bureau, au collège, durant la pause méridienne. Je corrigeais des copies en sirotant un thé. J’étais donc peinarde. Une collègue passe devant ma salle les bras chargé de livres et en fait tomber quelques-un au sol. Au son produit, mon cerveau commute immédiatement en mode parental. Je me lève brusquement, prête à intervenir, en pensant :

– Oh mince un des garçons vient de se vautrer !!!

Bon, ensuite je réalise où je suis, et je vais aider ma collègue à ramasser ses bouquins.

Dans le même genre, en voyant un jour une brique légo abandonnée dans un coin de rue loin de chez moi, j’ai pensé : « Oh mais ils les font vraiment traîner n’importe où ! »  (Non, je ne suis pas folle).


Voilà pour mon TOP 10, n’hésite pas à rajouter tes propres sons en commentaire.

*** GENERIQUE de FIN ***

Moi, je retourne écouter du Rock.

Rendez-vous sur Hellocoton !
22 Comments