Nous étions à la fin de l’été 2007. J’étais enceinte de Fils Aîné et je discutais avec le facteur (aucun lien de parenté). Ce dernier m’a glissé une phrase que je n’ai jamais pu oublier :

« Vous verrez, bientôt il aura 18 ans et vous n’aurez rien vu »

Oui, il y a toujours quelqu’un pour te pourrir ton groove quand tu es porteur (hahaha) d’une bonne nouvelle.

Je me suis dis qu’il exagérait.

8 ans plus tard ; je commence à me demander si j’ai vu quelque chose.

Scratch du vinyle qui s’arrête : scrtttttchhhhheuuuuuh (ouais, je fais drôlement bien la Human Beat Box) (à l’écrit) – Arrêt sur Image (ouais, je fais super bien Daniel Schneidermann aussi). Ce dernier épisode de la saison 4 m’a semblé le billet idéal pour parler du temps qui nous échappe.

Un billet larmoyant ? Nan.

Enfin peut-être.

Mais nan.

Tu me diras.


 

*** GENERIQUE***

Attention, si tu cliques sur Play, tu auras cette chanson en tête toute la soirée /journée/vie (entoure la mention utile)

(perso, cela ne fait que deux jours que je la fredonne) (depuis que j’ai décidé de le mettre en générique, en fait).

Je t’aurai prévenu.

 

 

Alors que je venais de choisir le titre pour le dernier épisode de la saison, notre horloge de la cuisine s’est vraiment arrêtée. Coïncidence? Je ne le pense pas. Négligence ? Probablement ! Fils Aîné s’est jeté contre le mur séparant le salon de la cuisine (ce qui ne serait pas arrivé si nous avions eu une cuisine américaine, comme je le voulais au départ, mais bon). Donc Fils Aîné s’est jeté contre ce mur. Pourquoi ? Je ne sais pas. Mais je pense qu’il l’a fait sans aucune raison. Pour le plaisir, dirait Herbert Leonard. Bref, je n’ai pas vu l’impact, mais je l’ai ressenti : le mur a tremblé, l’horloge côté cuisine a vacillé puis s’est crashée  (<- clique, c’est drôle) lamentablement au sol (oui, c’est un billet de fin de saison, donc il va y avoir plein de liens souvenirs en violet).

Bref, un battement d’aile coup d’épaule de papillon Fils Aîné au salon peut déclencher une tornade à l’autre bout du monde la cuisine.

Notre horloge s’est donc arrêtée au sens propre :

ZIioKqGR2IGm50EMsT0YkqFZDUn9XDbStrYtBoQ5Aas=w763-h822-no

Remarque, cela tombait bien (tu remarqueras l’utilisation du champ lexical de la chute) (merci, parce que c’est pas facile à placer). Donc cela « tombait » bien, les photos du cadre étaient bonnes à changer (nous avions les même depuis 6 ans) (Fils Aîné était encore un bébé) (Et Fils Cadet n’était pas né).

Bon sang Marty, le facteur avait raison : le continuum espace-temps avait été modifié ! Notre horloge s’était bel et bien arrêtée … au figuré.

Qu’avons nous fait de ces années ? Pourquoi n’avions jamais remis à jour les photos de notre horloge. POURQUOI ?

J’ai mené l’enquête.


 

En fait, je me demande si cette fuite en avant n’a pas commencé quand nous nous sommes mariés.

Le jour de nos cinq ans de mariage, j’ai écrit un statut Facebook niais (en même temps, c’est bien à cela que sert facebook) (écrire des statuts niais). Bref, sur le mur de LdmJ, j’ai tagué un coeur avec ma souris en disant : « 5 ans déjà ! ». En commentaire de ce statut hautement intéressant, un copain a écrit : « Déjà 5 ans !!!! C’est dingue je m’en rappelle comme si c’était hier ! ». Moi aussi je m’en rappelle très bien, j’ai même réalisé deux supers épisodes dessus : et . Sauf que … cet été cela fera 10 ans et je m’en rappelle toujours comme si j’avais encore 27 ans …

Putain 10 ans !

Cette remarque est une grosse vanne entre LdmJ et moi-même. Quand j’ai débuté comme jeune enseignante, j’ai été mutée dans le même collège que lui. Nous ne portions pas le même nom, donc les gamins ne savaient pas que nous vivions ensemble. Mais l’année de notre mariage … il y a eu des fuites (des élèves nous ont surpris main dans la main au salon du mariage de Winterfell) (nous n’avons trouvé aucun alibi plausible autre que la vérité pour expliquer cette situation). Bref, nos élèves savaient et certains ne s’en remettaient pas. Le gros choc. Un élève de 4ème bien relou m’a fait une réflexion à ce sujet du genre : « Il parait que vous connaissez BIEN Monsieur Batmax ». Excédée, je lui ai répondu qu’effectivement je le connaissais BIEN, et que d’ailleurs cela faisait 10 ans que je le connaissais donc s’il pouvait s’en remettre tout de suite … cela m’arrangerait.

Il ne s’en est pas remis … Le lendemain, au passage de mon futur mari devant lui, cet élève lui a dit  : « Putain, 10 ans! »

Bref, cette anecdote est devenue un gimmick entre nous.

Je sais déjà quel statut je vais écrire sur le mur Facebook de LdmJ le 20 août. Et je présume que certains copains, rajouterons : « Ouahhh déjà ? »

Ce qu’il y a de bien avec le temps qui passe, c’est qu’il file aussi vite chez les autres que chez soi.


*** COUPURE PUBLICITAIRE ***

L’artiste et vidéaste Frans Hofmeester a filmé sa fille Lotte chaque semaine, du jour de sa naissance jusqu’à ses quatorze ans. Tu peux apprécier cette time lapse en temps réel ici. On me souffle dans l’oreillette que ce serait en accéléré. Mouais.


Et c’est vrai, le facteur n’avait pas tort … Quand tu as des enfants, cet accélérateur temporel s’emballe complètement : on se rend surtout compte du temps qui passe en observant l’évolution des enfants  de nos amis.

Les premières années d’un Môme passent à une vitesse folle. Je ne saurais pas vraiment dire pourquoi. Nous rentrons dans un long tunnel peuplé de couches, de relevés nocturnes, de biberons à donner, de médecins à consulter, d’horaires à respecter …

Certes, quelques journées semblent très longues au milieu de cette course de dingue :

  • La première gastro familiale : la journée où tu jures que tu ne referas JAMAIS d’enfant, MERDE ! (ah, j’ai changé de champ lexical …)
  • La période où ils se réveillent toutes les deux heures en pleurant.
  • Les premiers pas. Quand ils commencent à marcher mais qu’ils ne maîtrisent pas encore leurs pieds (ici, cela a duré trèèès longtemps, je dirais une bonne année à chaque fois). Tu es toujours cassée en deux à courir derrière eux, à leur tenir la main. Impossible de les laisser seuls quelque part. Ton nombre de cheveux blancs augmente (et ton espérance de vie cardiaque diminue) à chaque gros PLOF entendu. D’ailleurs, à cette période, même quand j’étais dans ma salle de classe, si j’entendais un PLOF, je m’attendais à entendre le « biiiiIIIIIIIIIIIIIIIIII AhahHAaH » (bruit caractéristique des pleurs de Fils Cadet) qui suivait d’ordinaire (alors qu’en fait Kévin avait juste fait tomber sa pochette au sol) (et les pochettes -comme les Moyens– ne pleurent pas). En même temps, j’avais des raisons de m’inquiéter : mes Mômes trébuchaient au moindre obstacle. Fils Cadet s’est un jour retrouvé avec un duplo encastré dans le cuir chevelu. Oui. Encastré façon puzzle. La brique était au mauvais endroit au mauvais moment, elle n’a pu s’échapper avant l’impact avec Fils Cadet. Sous la bosse, nous pouvions donc observer deux jolis ronds (c’était une petite brique). Apparté : cet exploit ne vaut pas le magnifique « ADIDAS » que LdmJ a réussi à greffer sur la peau de sa cuisse en arrêtant avec cette dernière un ballon-boulet-de-canon dans un but de hand au lycée (oui, nous pouvions y lire adidas dans son intégralité) (non, il n’a plus mal).

Mais à part ces périodes usantes psychologiquement, le reste de leur jeune vie passe à la vitesse de l’éclair (Catchaaawwww ! dirait Flash McQueen) .

Tu attends avec impatience ses premiers pas … et, sans t’en rendre compte, il est déjà en train de courir.

Tu te désespères qu’il ne sache dire que « Papa » (c’est vrai, c’était vexant quoi) … et, l’instant suivant, il te récite une poésie (même si c’est avec l’accent de Marchel premier).

Il te fait des câlins : tu es la plus belle, la seule, l’unique … et soudain ils tombe follement amoureux de Léa parce qu’elle a des trucs cro jolis dans les cheveux et une jupe qui tourne.

Il confond les lettres et les chiffres … et, sans avoir le temps de réaliser, il fait des multiplications.

Tu essaies désespérément de lui faire comprendre que « P et A cela fait « PA » BON SANG !!! (Comme dans papa , un mot que tu affectionnais beaucoup ! » … et, un battement de paupière plus tard, il lit complètement le Journal de Mickey.

Bref Bénabar dirait :« Tu les déposes à la crèche un matin, et tu les récupères en CE1 » (ou en CE2) (ou entre les deux, je ne sais pas trop où s’effectue la coupure temporelle) (private joke).

Parfois j’aimerais disposer du pouvoir de ralentir le temps qui passe et de crier, comme mes élèves quand je passe à la diapo suivante en séance de calcul mental : « EHHH, moins vite !!! ». Mais le temps est moins complaisant qu’une prof de maths. Be Kind, Rewind.

J’aimerais pouvoir profiter davantage de leurs jeunes années, même s’ils me rendent complètement folle la plupart du temps (il fallait me voir courir en chaussettes dans la rue hier matin derrière mon Cadet, parce que Fils Aîné avait déverrouillé la porte d’entrée sans me le dire et que le petit avait décidé de partir à l’école sans nous attendre et sans manteau. Je pense que la voisine d’en face se souviendra longtemps de ma sortie de folle furieuse).

Je les vois grandir et évoluer ; c’est sans doute l’expérience la plus enthousiasmante de toute ma vie (« une véritable expérience humaine » dirait un candidat de télé-réalité), mais je ne suis pas sûre de savoir en profiter.

Prenons l’exemple des « dernières fois ».

Celles dont j’ai eu pleinement conscience (la dernière tétée) (un vrai déchirement) (au figuré, hein) et celles dont je n’ai plus le souvenir … Je ne me rappelle plus quand j’ai porté Fils Aîné pour la dernière fois. Il est si lourd  grand maintenant, j’en serais bien incapable aujourd’hui. Je l’ai porté un nombre incalculable de fois, un nombre sans doute proche de l’infini (et au delà ! dirait Buzz l’Eclair) mais aujourd’hui, c’est fini.

La dernière virée en poussette.

Le dernier biberon.

La dernière couche.

Le dernier jour à la crèche.

La dernière tétine.

Le dernier puzzle en bois.

La dernière main au creux de la mienne … (ah non, pas encore ! Ouf).

Chaque soir, Fils Cadet me réclame des câlins … il se relève plusieurs fois pour me demande un dernier bisou, un dernier bisou prout, un dernier câlin qui fait « euh » (oui, c’est notre spécialité le câlin qui fait « euh »). LdmJ ne comprend pas pourquoi j’accède à toutes ses demandes, pourquoi j’y retourne, pourquoi je prends un dernier shoot de câlins alors qu’il est censé dormir et nous laisser profiter de notre soirée en tête à tête.

Pourquoi ? Parce que , bientôt, ce sera fini. Bientôt il ne me réclamera plus de bisous pour s’endormir, il préférera lire un bouquin comme son frère. Bientôt, je sais que ce sera fini et que cela me manquera.

Mais cette fois, j’en profiterai jusqu’au bout.


 

*** GENERIQUE de FIN ***

Je tiens tout de même à préciser qu’une certaine personne  dans cette famille a hâte de voir grandir et évoluer les enfants. Je te laisse deviner qui 😉

Pour cette fin de saison, j’ai réalisé un VRAI générique de fin, avec des vidéos familiales et des Mômes de dos. Ne t’enfuis sans l’avoir vu !

(Si tu es en Allemagne, cette vidéo est peut-être bloquée, tu peux la retrouver ici )

Une dernière petite chose avant de te laisser (oui, je sais : ces crédits n’en finissent plus, mais l’épisode n’était pas trop long alors je me permets)

 Encore un signe du temps qui me file entre les doigts : ce blog n’a même pas deux ans et je termine déjà la saison 4 !

Si ce n’est pas LA preuve d’une accélération temporelle …

Je ne céderai pas à cette mode (que perso je trouve un peu gonflante) de vous envoyer des paillettes et de crier « Je vous aime, putain! », parce qu’en fait je ne le dis qu’à trois personnes (sans le putain, bordel !). Oui, je suis avare en mots d’amour (moins en gros mots, malheureusement).

Par contre, ce blog m’a permis de jolies rencontres virtuelles et surtout réelles et j’aimerais faire la liste non exhaustive de tous les bienfaits qu’il m’a apportée (du genre une jolie peau, des cheveux soyeux …) mais ce serait trop long. Sans te mentir, c’est aussi beaucoup de travail. C’est pourquoi je prends au moins 15 jours de vacances et te donne rendez-vous en janvier pour la saison 5.

Maintenant, tu peux aimer, commenter ou partager (sinon, la saison 5 risque d’être reportée) (ben quoi ? :p )

Rendez-vous sur Hellocoton !
23 Comments