A quatre ans, on est un peu poète …

« Maman, ma bulle : elle a atterri dans le ciel. »

 008

 

1,2,3,4 …

A quatre ans, on est plus un bébé, on est un grand garçon. Enfin plutôt un MOYEN garçon.

A quatre ans, certains jours, on peut marcher 2 kilomètres sans se plaindre, parce que : « Eh oui, c’est ça d’être un Moyen ».

A quatre ans, certains jours, on ne peut pas marcher 100 mètres sans se mettre à pleurer, parce que « Aujourd’hui, je suis pas trop un moyen … Tu sais, ze suis encore petit. »

A quatre ans, on fait ce qu’on veut. Ou presque. Ou pas. Mais on aimerait bien.

A quatre ans, on ne veut plus de bisou (même les bisous prout), c’est trop bâââveux.

A quatre ans, on a besoin de quatre câlins pour s’endormir … à 10 minutes d’intervalle …  et enfin d’un bisou (mais rapide le bisou) (et pas baveux) (et puis non, finalement).

A quatre ans, on ne sait pas ce qu’on veut. Mais on le fait savoir (bruyamment).

A quatre ans, on aime donner des ordres à sa cour à son frère et à ses parents.

A quatre ans, on trouve que ces derniers ne sont pas très obéissants.

A quatre ans, on amène, TOUS LES JOURS, un nouveau livre à l’école (principalement ceux de la divine collection des « Monsieur/Madame ») pour que la maîtresse le lise en classe. [Note de l’auteure : je m’excuse platement auprès de son institutrice pour ses choix de lecture discutables].

A quatre ans, on se demande si on peut désobéir à la maîtresse, « Mais … juste un tout petit peu ? »

Just a little bit !

« Just a little bit ! »

A quatre ans, on nous répond souvent « NON! »

A quatre ans, on voit sa copine Shakira ramener Carafe la Girafe (le nounours mascotte de la classe) dans sa maison pour une nuit. Parce que Shakira a été gentille à l’école et que Carafe a préféré partir avec elle.

A quatre ans, Shakira n’est plus notre copine.

A quatre ans, on adore regarder le dessin animé « Masha et Michka »  … en Russe.

A quatre ans, on se réveille à 6h00 du matin, mais seulement le week-end …

A quatre ans, on adore écouter des livres-disques, surtout ceux de la collection « Bientôt je lis » avec Marlène Jobert dedans.

A quatre ans, on ne dit plus « ze » mais « je ».

A quatre ans, on connait plein de comptines par cœur et on adore les chanter en entier, sans que personne ne nous interrompe, sinon on recommence au début !

A quatre ans, on aime rendre dingue notre entourage.

Et pour ses quatre ans, on veut un vaisseau spatial (mais pas en légo), un petit bonhomme en bois qui joue au foot (?) et une maison fait de grains de raisin (??) [Raté …]

 

Joyeux quatre ans, Fils Cadet.

Je te laisse le mot de la fin (de la comptine) :

Rendez-vous sur Hellocoton !
17 Comments