Nous avons coutume de dire que les Mômes sont les frères du chat, ou inversement que le chat est le frère des Mômes.

En effet, nous avons remarqué des ressemblances dans  :

  • leur rapport à la nourriture : des goinfres.
  • une tendance à crier/miauler tous ensemble ou en chœur  décalé : chacun crie/miaule tour à tour.
  • un amusement certain à mordre son prochain (mais uniquement la famille).
  • leurs bouderies (surtout le chat et Fils Aîné).
  • leurs réveils nocturnes (surtout Fils Cadet et le chat).
  • une certaine tendance à vouloir réclamer de l’attention quand ce n’est pas le bon moment : par exemple se coucher sur mes copies afin d’être caressé ou s’asseoir sur mes genoux tout en posant un livre de 100 pages TOUJOURS sur mes copies avec un regard de chat potté. Je te laisse deviner qui fait quoi.

Donc je suis un peu, moi aussi, la maman du chat (n’est pas mère des dragons qui veut) (on fait avec ce qu’on a).


 Aujourd’hui, ce sera donc un spécial Bad Cat-Mother !

bad-mother-logo


En Aout, nous sommes partis quelques jours. Ne pouvant faire garder Brimbelle le chat par une amie,  nous lui avions réservé une place en « chanil » (contraction de « chat » et de « chenil ») (oui, comme mes élèves, j’adore inventer des mots) (sauf que moi, je le fais exprès, hein). Il a horreur du « chanil » (même si nous avons sélectionné celui qui coûte un bras) donc rien que là, j’étais déjà Bad Cat-Mother.

Je dois reconnaître avoir battu des records dans le côté BAD à notre retour de vacances.

Rassure-toi, je n’ai pas oublié le chat à la garderie . Note bien que j’aurais pu car notre retour s’est doublé d’une visite chez le médecin puis le radiologue pour Fis Aîné : il avait sniffé un « truc » qui avait ensuite mystérieusement disparu (dans son nez?) (par terre ?) (dans son estomac?) (dans un trou noir ?). Et quand je dis « un truc », c’était vraiment « un truc » (en plastique), lui-même n’arrivait pas à nous dire ce qu’il avait mis dans son nez (Karya, j’ai -encore- pensé à Pichoune)

Après une matinée stressante, de jolis clichés radiographiques et un diagnostic rassurant, Fils Aîné et moi-même partons récupérer notre chat.

Premier fail :  je n’arrive pas à retrouver la cage de notre matou parmi toutes celles présentées. Je finis par en désigner une et la ramène vers moi. La stagiaire du « chanil » m’explique patiemment que celle-ci doit appartenir à Félia (parce que comme le Port Salut c’est écrit dessus) (effectivement, une énorme étiquette FELIA me nargue). Je prends conscience avec effroi que certaines personnes se montrent plus prévoyantes que moi (c’est fou) : il ne me serait jamais venu à l’esprit de faire une commande chez A-Qui-S-donc ? pour le chat. Finalement, j’entends la responsable du lieu nous crier de la rejoindre : elle avait déjà monté la cage de Brimbelle.

Okay. 10 minutes à fouiller pour rien. Pas grave, j’ai l’habitude de perdre mon temps (j’ai des Mômes) (et je corrige des copies de collégiens).

Devant les boxs à chats, je repère facilement la location de vacances du notre (c’est facile : son nom est indiqué dessus) (j’ai retenu la leçon), mais il n’est point là : il est sorti. Nous avons choisi une location avec terrasse s’il vous plait … en fait, rien de mirobolant : cela consiste en un espace de 2m² au sol, grillagé de bas en haut MAIS ouvert sur … l’extérieur. Effectivement, sa « terrasse » donne sur une cour moche  (pour notre défense, l’extérieur des boxs de notre précédent « chanil » donnait sur … un mur). Bref notre chat est « dehors » comme tous les autres chats de la rangée d’ailleurs.

La stagiaire m’invite à faire le tour pour que le récupérer. De ce côté, point de nom indiqué, elle s’arrête devant une cage et l’ouvre. J’entre. Je vois un chat tout noir qui s’approche de moi. C’est curieux, d’habitude, il fait la gueule quand on vient le rechercher. J’en profite : je le prends dans mes bras et le regarde attentivement.

Je le trouve ébouriffé : c’est quoi tous ces poils ?

Ses yeux sont bizarres aussi …

Mais, attends … Est-ce qu’il a a ronronné, là ?  Il est pourtant censé m’accueillir par quelques coups de griffes et sa mauvaise humeur – wait for it légendaire (qui n’est pas une légende en fait).

Fils Aîné me tire sur le bras et me dit :

« Maman, c’est pas Brimbelle »

La stagiaire me regarde bizarrement. Je tente le rire hystérique en reposant la boule de poils affectueuse : « Ah oui, ce n’est pas le mien ».

Pendant que la stagiaire refait le tour des boxs pour noter le numéro de celle de notre chat, je jette un coup d’œil dans la cage à côté : un chat noir est planqué dans un coin … c’est forcément Brimbelle !

Au moment où je vais ouvrir, le chat miaule. Bizarre, ce miaulement.

Rauque comme celle d’un vieux matou ayant fumé une clope. Punaise … ils me l’ont déréglé.

Fils Aîné est très contrarié : « Mais c’est pas sa voix ! ». La stagiaire revient et me regarde franchement bizarrement cette fois :

– C’est Félia, là …

Me sentant légèrement stupide, je tente l’humour :

 Hahaha, son nom n’était pas écrit dessus cette fois-ci, hein ^^

Je comprends à son regard, que cette jeune demoiselle et moi n’avons pas le même humour …

« Il est ici » me dit-elle laconiquement en désignant un autre box.

Effectivement, je reconnais immédiatement mon chat (si,si …). Fils Aîné crie avec enthousiasme :

« OUI, C’EST LUI !!! »

Brimbelle, fidèle à son habitude, est perché en hauteur et, nous voyant s’approcher, nous tourne le dos. Plus de doute : c’est lui !

Je monte sur une chaise et le prends dans mes bras. Il salue nos retrouvailles par une grande griffure sur mon bidon.

Je le redescends et j’ai toutes les peines du monde à le glisser dans sa Boite-sans-étiquette.

La stagiaire tente l’ironie :

« Vous êtes sûre que c’est le votre ? »

Je la foudroie du regard tout en évitant une morsure.

Ouais, pas de doute : nous n’avons pas le même humour.


Quelques (longues) minutes plus tard, je tente de sortir dignement  (genre la tête haute) (et le bras alourdi par une caisse qui miaule et râle).

Heureusement, Fils Aîné est là  :

– Ben dis donc, tu as eu du mal hein, maman ?

J’entends un ricanement derrière moi.

L’an prochain, on va peut-être chercher un autre chanil.


Je vous rassure, depuis cette « affaire », nous sommes complètement réconciliés (d’ailleurs, j’écris ces lignes alors qu’il squatte mes genoux).

D7JqdvK6AOL__25Z_sZam6X-EGt9PBt2LhhfVzS9-LY=w1153-h865-no

Toutes griffes dehors (évidemment)

 

Bad Mother sur une idée de Maud du blog Petits Diables et  d’Emma du blog Rock and Mum.

Rendez-vous sur Hellocoton !
17 Comments