En septembre 2010, j’étais enceinte de Fis Cadet … échouée sur mon canapé depuis le troisième mois de grossesse (cerclage inside) (vraiment inside pour la peine).

Nous n’avions pas encore découvert le haut-débit internet dans notre quartier de Winterfell, mais des travaux pour nous apporter le Graal (la fibre) étaient en cours. Dire que j’attendais mon nouvel abonnement avec impatience serait un euphémisme : je trépignais littéralement sur place (avec toute la souplesse et la grâce que me permettait un ventre arrondi de 8 mois). Nous allions passer de 50kb/s (oui, je parle bien de très bas-débit) à 30Gb/s et le choc risquait d’être brutal.

L’entrée de Fils Aîné en maternelle puis l’arrivée de la fibre jusqu’à notre demeure a permis de révolutionner mes 3 dernières semaines de grossesse : je les ai passées allongée devant l’écran d’un ordinateur portable.

Un matin, en traînant sur le forum de l’émission Les Maternelles, une « maternaute » donnait le lien d’un article qu’elle avait adoré, ce dernier était écrit par une jeune maman blogueuse : Marie Pérarnau.

Je ne lisais aucun blog.

Je pensais que c’était une mode adolescente : à cette époque, il existait 2 millions de skyblogs remplis de photos de gamins se galochant ou se tenant par le cou, de fautes d’orthographe et de kikou lol.

La découverte du blog de Marie, m’a permis de passer agréablement mes derniers jours de grossesse. Puis sa lecture a accompagné mes premières heures de Multi.

Pendant plusieurs mois, je n’ai lu et commenté que son blog. Petit à petit, j’ai diversifié mes lectures internet et fait de belles découvertes. Cependant, j’ai toujours continué à lire Marie. Elle a ce truc en plus, elle sait être drôle et touchante, tout en décrivant savoureusement le quotidien d’une famille pourvue de plusieurs « nains ». Elle a ce don de rendre les textes qu’elle écrit si ancrés dans TA réalité que tu as l’impression que c’est une copine de longue date.

Et surtout, son succès, si largement mérité, ne lui est jamais monté à la tête. Je l’imagine comme une personne très simple avec qui je pourrais raconter mes pires angoisses de maman sans être jugée.

J’ai évidemment acheté son premier livre à sa sortie : « Des trucs pour les nains, mais pas que ».  Il reprend le ton de ses chroniques pour décrire le quotidien d’une famille ordinaire. J’ai lu les passages les plus savoureux à LdmJ à voix haute. Même lui a concédé que, pour un livre sur la parentalité, c’était vraiment drôle. Son passage préféré est celui où elle décrit son frigo comme une pub géante pour une marque de yaourt enfantin extérieur ET intérieur (c’est tellement cela).

J’en ai apprécié toute la lecture avec une prédilection pour les combats « Multi vs Primi ».

C’est Marie qui m’a donné le gout et l’envie d’écrire à mon tour : c’est grâce à elle que j’ai ouvert mon blog.

Le jour où, elle a ajouté à ses favoris un de mes articles sur Twitter, j’étais tellement heureuse que j’aurais pu prendre ma retraite « bloguesque » dans la seconde (tu remarqueras que j’ai tout de même continué).

Imagine alors ma joie, quand elle m’a contactée (ainsi que d’autre blogueurs, hein 😉 ) en proposant de m’envoyer son dernier livre : « De la grossesse à la naissance » .

 

IMG_20140214_171135~2

Si en 2010, on m’avait prédit  que je recevrais un de ses livres dédicacé, j’aurais souri en levant les yeux au ciel.

Je viens de le terminer. N’étant pas critique littéraire – et ne prétendant pas le devenir – il sera difficile pour moi de retranscrire fidèlement mes impressions à sa lecture.

Cela m’a rappelé les études de livres que je faisais en Première : je mettais plein de post-it dedans et ensuite je ne savais plus par quoi commencer.

Évidemment, j’ai beaucoup ri car les souvenirs de mes propres grossesses sont encore bien présents. Ce guide est le cadeau idéal à faire à une future maman.

Quand tu es enceinte, notamment la première fois, tu te plonges dans des lectures très sérieuses sur l’embryon qui occupe ton corps (et ta tête). Pour ma part, je m’étais énormément documentée. Trop sérieusement (rappelle-toi, ma mère m’avait même passé son Laurence Pernoud de 69).

Le livre de Marie, lui,  se veut décomplexant et décalé. Il donne beaucoup de conseils et d’astuces simples et utiles tout en conservant cette légèreté de ton qui caractérise si bien son auteure. Elle réussit à nous décrire la « vraie grossesse » celle qui se vit : ses joies, ses peurs , ses passages obligés, son manque de sommeil (déjà) …

C’est le complément idéal de lectures plus sérieuses, le petit truc en plus. De « comment se passe une visite chez le gynéco » au « choix du prénom ». De « comment coacher les aînés » à la description « d’une journée de la lose » par une femme enceinte (hilarant). Les chapitres s’enchainent agréablement et j’en ai retrouvé, chaque soir, la lecture avec plaisir. La dernière partie est consacrée à la naissance et aux premiers jours du nouveau-né, je plussoie tous les conseils donnés notamment l’inventaire de la valise de maternité qui est au top.

LdmJ craignait que ce livre ne me donne l’envie d’un petit troisième. En fait – curieusement – pas tant que cela. Cela m’a aussi rappelé aussi les « premières nuits moisies » avec un Nanonain 😉 . C’est bien de prévenir les futurs parents (sur le ton de l’humour) mais cela peut aussi servir de piqures de rappel aux multis dans mon genre.

Pour conclure, je placerai un extrait qui résume bien l’idéologie du livre :

« Vous l’aurez compris, il ne s’agit pas de dire que l’un des deux choix est plus approprié que l’autre. Il s’agit de faire au mieux. Comme toujours, d’ailleurs, à partir du moment où l’on devient parent. »

Merci Marie.

 

« De la grossesse à la naissance » par Marie Perarnau, Editions du Chêne.
Rendez-vous sur Hellocoton !
4 Comments