Quand un couple attend son premier enfant, il est soumis à une grosse pression marketing. Sans amis ou famille proche pour le conseiller efficacement, il peut réaliser beaucoup d’achat inutiles …

Pour comprendre  cette surconsommation « puériculturesque », je ne vais pas hésiter dans cet épisode à me ridiculiser en vous avouant mes propres dépenses superflues et pour la plupart non réfléchies.

*** GENERIQUE ***

 

 ***

Enceinte de Fils Aîné, j’ai passé – souviens-toi – trois mois à l’hôpital  : ce fut finalement très efficace pour limiter mes envies irrépressibles d’achats. Nous n’avons pas fait de liste de naissance car nous trouvions cela un peu exagéré et gênant de la proposer aux amis ou même à la famille. C’est une erreur. Le matériel nécessaire de puériculture coûte cher, et puisque nos proches nous ferons tout de même des cadeaux, autant que cela soit vraiment utile. Ils ne sont pas obligés d’acheter le combi-poussette, mais ils peuvent participer à son achat. Et quand on connait le prix du Monster-Truck en question …

De plus la liste de naissance évite de se retrouver avec 15000 tenues en 6 mois (tout le monde achète du 6 mois) et 30 peluches moches.

 

1. Le moyen de portage.

Quand Fils Aîné est né (allitération), j’ai eu tendance à dégainer ma carte bleue au moindre soucis rencontré (histoire de compenser d’avoir été exclue des achats pré-nataux).

Certaines choses ne s’achètent pas (genre le sommeil de ton bébé) MAIS pour le reste j’avais ma carte Visa.

(à la fin de l’épisode, je sortirai ma carte Gold, Man !)

Fils Aîné ne supportant pas la position allongée (joie), j’ai donc décidé de trouver rapidement un moyen de portage autre que mes deux bras. Parce que mon greffon était toujours soit porté, soit au sein, soit endormi dans mon cou. J’ai donc cherché une astuce qui m’aurait permis de me libérer les deux mains (histoire de faire deux/trois autres choses de mes journées) (genre utiliser correctement la télécommande).

N’ayant ni amie ayant pouponnée récemment et proche géographiquement, ni enfants en bas-âge dans la famille, j’étais assez limitée en terme de conseil. J’ai donc interrogé Google, puisqu’il parait que c’est mon ami.

En 2007, le choix en moyen de portage était un peu plus limité qu’aujourd’hui ; on ne nous matraquait pas encore avec des questions philosophiques du style : « MAIS est-ce que ce porte-bébé est physio ? Bordel ! ». J’ai fait mon choix (assez rapidement) (j’étais pressée) sur une écharpe de portage classique.

Quand LdmJ a vu le machin déplié (un rectangle de tissu de 4 mètres sur 1), il s’est exclamé :

«  QUOI !!!??? Et tu as payé ce bout de tissu 70€ ? » Oui, il faut le savoir, AUCUN matériel de puériculture n’est commercialisé à moins de 50€. C’est comme cela. Même les peluches fabriquées en Chine sont introuvables à moins de 25€ dans les magasins pour bébé (mais elles sont toutes douces) (t’en achètes quand même). Je digresse (comme d’hab). Revenons-en à mon écharpe de portage. J’avais pris directement le modèle le plus long. Celle qui mesure 4mètres. Cette « écharpe » est accompagnée d’un bouquin de trente pages pour t’expliquer comment faire les nœuds correctement, et d’un DVD : « Le portage pour les nul(lles) »(c’est pas le vrai titre) (au cas où tu aurais eu un doute).

Oui, cela a l’air simple nan ?

Et bien au risque de me ridiculiser : je n’ai jamais réussi à faire correctement le nœud le plus simple. Force est de constater qu’il existe des disciplines dans lesquelles nous ne sommes vraiment pas doués : pour moi, clairement, faire un nœud avec une écharpe de portage sans vriller le tissu sur l’épaule était mission impossible. Et puis honnêtement, essayer de glisser un Môme hurlant dans un  sac ventral mal positionné relève de la torture physique (pour lui) et psychologique (pour moi) (et mes oreilles). Même en nous y mettant à deux avec LdmJ, Fils Aîné était de guingois avec une jambe qui dépassait plus d’un côté que de l’autre et une tête qui n’était pas correctement maintenue : je devais donc la soutenir d’une main (donc l’intérêt de l’écharpe devenait nul).

Je me suis entrainée avec des peluches, j’ai revisionné plusieurs fois ce putain de DVD : rien n’y a fait, j’ai abdiqué.

J’ai donc été OBLIGÉE d’acheter un autre moyen de portage à 70€:

porte-bebe_bio

J’ai mis LdmJ devant le fait accompli : « Ohh regarde : c’est comme un  hamac, c’est bien non ? »

Réponse : « NON ! ».

En voyant l’objet sur internet, je me suis dit que cela devrait être facile d’utilisation. Bon en vrai il fallait quand même régler correctement le bazar sur les épaules et changer tous les réglages dès que le sac bébé change de bras, puis il convient de bien tirer sur les élastiques (sinon, le Môme risquait de se retourner par derrière, ce qui n’est pas l’objectif souhaité, tu en conviendras 😉 ) . Nous l’avons beaucoup utilisé pour endormir Fils Aîné (en suivant le rythme de « Kashmir » ou du 2ème album de Bloc Party) (souvent vers 2h30 du matin), mais nous ne nous en sommes quasiment pas servi pour Fils Cadet, qui avait le bon goût de s’endormir dans son couffin.

Par contre pour Fils Cadet, j’ai eu besoin d’un moyen de portage pour les courts trajets école/maison, afin de m’éviter l’utilisation de la poussette tank. Heureusement une amie m’a prêté son porte bébé ventral : 2 clics et le bébé était installé, c’était très pratique (et pas physio 😉 ) (mais je l’utilisais très peu).

« Qu’est devenue mon écharpe de portage non utilisée ? » … me diras-tu : je l’ai prêtée à cette même amie qui a su en faire bonne usage.

Le conseil de Maman Gourou :

Une écharpe de portage, c’est pratique quand ton Môme dort mal et/ou pleure beaucoup. Le portage est alors très efficace pour le calmer et le détendre. Le mot qui fâche « physiologique » signifie que le système utilisé respecte la physiologie du bébé mais également celle du porteur. Ce qui te permet de porter dans de bonnes conditions, confortablement et surtout … durablement. Pour des trajets courts, un porte bébé traditionnel et pas physio est bien suffisant. Les moyens de portage se prêtent entre amis (surtout que nous les utilisons au final … très peu, notamment les porte-bébés ventraux).  Si tu choisis une écharpe, on en vend maintenant des plus simples d’utilisation. Bon courage pour le choix final tout de même.

*** COUPURE PUBLICITAIRE ***

***

 

2. La stérilisation (… des biberons hein !)

J’ai acheté un stérilisateur avant la naissance de Fils Aîné car j’étais persuadée que j’en aurais besoin rapidement. Bon en fait, j’ai allaité 6 mois à temps plein. N’étant pas obligée de stériliser mes seins, la machine est donc restée au placard.

Il existe plusieurs types de stérilisateurs : à froid, électrique, au micro-ondes. J’avais acheté un stérilisateur à froid, parce que j’avais peur de me cramer les doigts avec un stérilisateur à chaud. Et il est certain que je me serais cramée les doigts  : je suis la fille qui a réussi à se bruler le bidou enceinte avec un fer à repasser … (oui quand on est enceinte, on a le droit d’appeler son ventre le  « bidou » !) (et de parler de son « gygy ») (je digresse) (encore).

Avec un stérilisateur à froid,  tu mets une pastille effervescente dans une cuve remplie d’eau dans laquelle tu places les biberons et – MAGIE ! – c’est stérilisé (bon faut attendre que la pastille finisse de faire pchiiiiit tout de même). Ensuite, tu lis la notice, et tu peux tout de même t’interroger : la pastille est un procédé chimique à base d’hypochlorite de soude (donc … d’eau de javel) mais qui est sans danger pour les Mômes … Au bout de trois utilisations, j’ai été vraiment indisposée par l’odeur de javel et l’idée d’introduire cela dans la bouche de mon tout-petit m’a vraiment contrariée.

J’ai donc été OBLIGÉE d’acheter un autre stérilisateur … à la plus grande incompréhension joie de mon mari. J’ai pris celui pour micro-onde. Ce n’était pas très compliqué d’utilisation (mais je me suis quand même cramée les doigts). Puis je me suis enfin posée la bonne question (je suis assez longue à la détente comme fille) :  était-ce utile de stériliser les biberons d’un bébé de 7 mois ? Ma pédiatre m’a alors répondu que cela ne servait plus à grand-chose.

Donc j’ai ENCORE changé de mode de stérilisation : j’ai mis ces putains de biberons au lave-vaisselle !

Petite précision tout de même : il faut mettre en route le lave-vaisselle après y avoir déposé le biberon. Pour l’anecdote : je passais toujours un peu d’eau dans le biberon avant de le mettre dans la machine, d’où une illusion toute relative de propreté. Un matin, j’ai sorti le biberon de la veille au soir, puis l’ai donné à Fils Cadet. Quand il a eu terminé, je me suis rendu compte que le lave-vaisselle n’avait tourné dans la nuit :s Fils Cadet venait de boire dans un bib …sale. Beuark ! (Mais je te rassure, il va bien.)

Mes deux stérilisateurs n’ont pas du tout été utilisés pour Fils Cadet. Ils prennent gentiment la poussière à la cave, en attendant un hypothétique vide-grenier.

Le conseil de Doug Ross :

Ne pas en acheter pas trop vite, surtout s’il est prévu que le petit soit allaité. L’odeur du stérilisateur à froid est vraiment rédhibitoire.

BONUS : Le conseil de ma maman (et de LdmJ)  « Utilise donc une casserole d’eau bouillante !  » (mais tu risques de te cramer les doigts).

3. Le tire-lait.

friends_rachel_with_breast_pump

LdmJ a rajouté : « Avec Rachel, c’est tout de suite plus classe »

Tu l’auras compris : j’ai allaité les deux. Pour le premier, on peut dire que j’en ai bavé, mais je me suis acharnée et au bout de quelques mois cela commençait à devenir génial. En fait, juste au moment où je devais reprendre le travail … à plein temps. Je ne me résolvais pas à arrêter de lui donner mon lait alors que j’en avais tellement ch.. pour que cela fonctionne (c’était rageant) (et puis j’étais en train de virer intégriste de l’allaitement maternel exclusif) (si, si). Alors plutôt que d’introduire des biberons de laits en poudre (LE MAL !), j’ai acheté un tire-lait.

Là encore, je me suis décidée trop vite, sans prendre le temps de me renseigner : tragique erreur.

J’ai choisi un super tire-lait  … pour un seul sein … et manuel  !

Avent-Tire-lait-manuel-Natural

Celui-là (oui, glamour)

J’aurais pris la peine de me documenter, j’aurais su que je pouvais en louer à la pharmacie des électriques ET pour les deux seins. Et qu’en plus, c’était REMBOURSE par la sécu.

Au final, je m’en suis énormément servi de ce tire-lait. Mais à quel prix ? (80€ ): 15 minutes sur chaque sein 2 à 3  fois par jour. A en avoir des crampes de poignets insupportables. A ne rien pouvoir faire d’autre en même temps.

Pour Fils Cadet, je ne l’ai pas ressorti : j’ai loué le gros machin électrique à la pharmacie, cela faisait un boucan d’enfer, mais au moins je pouvais ruminer bouquiner tranquille.

310998-tire-lait-electrique-lactaline-0x384-1

Le conseil du Shadok :

Attends d’être sûre d’en avoir une vraie utilité puis renseigne-toi auprès de ta sécurité sociale pour savoir à quoi tu as droit. Je ne saurais que trop te conseiller de choisir un tire-lait électrique à double pompage, car c’est le must (LdmJ va avoir son air ravi de la crèche en lisant cette dernière phrase) (je ne comprends pas pourquoi). Il faut toutefois faire attention, car en pharmacie, on peut t’en refiler des tous pourris. Heureusement, par le biais de certains sites comme celui-ci, tu peux louer les derniers modèles et c’est compatible avec le remboursement de la sécurité sociale.

Cependant, si tu dois tirer du lait sur ton lieu de travail, un engin d’appoint manuel peut être pratique : personnellement, ayant la chance d’habiter tout près du collège, je rentrais à la maison pour mes séances de pompage quotidiennes (oui, c’est quand même mieux de faire cela chez soi 😉 ).

Un tire-lait ne se prête pas entre copines, désolée, c’est un peu comme prêter sa brosse à dents (en pire).

*** COUPURE PUBLICITAIRE ***

Léopard et talons hauts , la tenue indispensable pour votre bébé !

chaussures-talons-hauts-bebes-L-Ga5aRh

4. Des fringues non adaptées.

Une erreur de débutant(e).

Dans le dernier mois de ma première grossesse, comme j’ai eu le droit de re-bouger un peu, j’ai donc fait quelques achats de vêtements pour mon futur petit garçon. Hormis les bodys et autres pyjamas, j’ai craqué sur des tous petits minis-vêtements … en 3 mois. J’ai acheté des pantalons et des chemises. J’en vois déjà certains qui rigolent.

Ben oui, jusqu’à ses 4/5 mois ton bébé traine en pyj toute la journée. D’autant plus que mes Mômes étaient de gros grands modèles que j’ai dû habiller en 3 mois à peine 15 jours après leur sortie de maternité. Un bébé de 1 mois ne faisant que manger, dormir ou éventuellement pleurer, les pyjamas sont bien suffisants. Bref, je n’ai mis ces vêtements qu’une ou deux fois par enfant, quand on recevait des amis.

Une mention spéciale à un très joli pull Creeks en 6 mois qui m’avait été offert et dont aucun de mes enfant n’a jamais pu passer la tête dans l’encolure … même à 3 mois. En désespoir de cause, nous l’avons enfilé aux peluches. Il était super joli en plus. Quel gâchis tout de même. Je ne pense pas que mes garçons avaient déjà la grosse tête si petits (quoique).

Le conseil de Becky Bloomwood :

Je ne saurais trop conseiller d’acheter uniquement les indispensables : bodys et pyjamas, surtout en 1 et 3 mois. Pas la peine d’avoir beaucoup de taille naissance : pour Fils Aîné la puéricultrice qui l’a habillé après l’accouchement a dû redemander immédiatement du 1 mois. Évidemment cela dépend du bébé, mais la taille naissance est tout de même vite périmée. Pour les autres vêtements, mieux vaut attendre que le flot de cadeaux de naissance cesse. Inutile d’acheter certaines tailles, car tu te retrouves vite avec un caisse complète composée de fringues en 6 mois aussi bien d’été que d’hiver (cherche l’erreur) : mention spéciale au pyjama en pilou spécial Noël (en 6 mois donc) offert par un couple de voisins. Fils Aîné est né en Décembre … fais le calcul.

5. Un siège pour bébé.

Vers 8/10 mois, Fils Aîné était un Môme assez difficile à occuper : il n’appréciait pas forcément de se trouver dans son parc (il hurlait quoi). Voulant faire des économies, nous l’avions mis à la crèche a minima. Dès que nous n’avions plus de cours à assurer au collège, nous allions le rechercher. Pourtant, nous avions besoin de temps pour travailler à côté de lui. Son parc étant énorme et très lourd, je ne pouvais le déplacer d’une pièce à l’autre. Or le bureau où se trouvait mon ordinateur était situé à l’étage inférieur et j’avais besoin d’un endroit sécurisé pour pouvoir le poser à côté de moi quand j’y travaillais. Le tapis d’éveil ne suffisait plus, vu qu’il rampait pour s’en échapper, et il était trop grand également pour un quelconque transat ; d’ailleurs il n’avait jamais apprécié de rester longtemps dans sa chaise-courte .

Sur internet, j’ai trouvé cette espèce de soucoupe volante :

1875391

Les avis étaient fantastiques : « Mon bébé restent des heures à jouer avec les jouets face à lui, je suis ra…vie »

Je me suis dit qu’il serait calé dedans et content parce qu’il y avait 2/3 bricoles devant lui pour s’occuper … Mouhaha, ce truc a dû me coûter dans les 50€ … Encore … Et surtout je n’avais pas du tout pris en considération le caractère rebelleuhh et indépendant de Fils Aîné. Bref j’ai merdé dans les grandes largeurs. Je pense qu’il a dû rester dedans 5 minutes (cumulées) bien sagement : il a bricolé l’abeille, l’a trouvé complètement nulle et a essayé de s’échapper de sa soucoupe. En fait, cet engin est vite devenu dangereux, car en essayant de s’enfuir, il basculait en arrière … il s’est pris plusieurs gadins mémorables avant que je ne la remise définitivement.

J’ai donc dû abandonner l’idée de travailler au bureau quand il ne siestait pas. De dépit, j’ai écrit un avis assassin sur le site sur lequel je l’avais acheté (pour rétablir l’équilibre et prévenir les parents d’enfants remuants).

Fils Cadet étant (un peu) plus contemplatif que son frère, il l’a plus utilisé, mais pas suffisamment pour rentabiliser cet achat.

Nous ne pourrons même pas refourguer la soucoupe volante, car le boudin de se gonfle plus (il doit y avoir une fuite quelque part) (on ne peut pas dire que ce soit dû à une utilisation intensive).

Le conseil de Fox Mulder :

Je vais donner celui que j’aurais dû m’appliquer à moi-même : si tu as un enfant qui bouge beaucoup, inutile de lui choisir du matériel de puériculture qui ne fonctionne qu’avec des bébés calmes. C’est quand même pas compliqué.

 

*** ÉPILOGUE ***

Certains achats sont bien évidemment indispensables.

Avant la naissance, mes essentiels restent:

– la poussette tank qui fait cosy en voiture,

– un transat pour pouvoir poser le bébé de temps en temps (c’est pratique) ,

– un couffin si on souhaite que son Môme reste dormir dans la chambre parentale les premiers mois. J’ai vraiment apprécié leur couffin : je le promenais dans toute les pièces comme un panier, et quand nous avons décidé que les Mômes devaient réintégrer leur chambre la nuit, nous avons simplement posé le couffin sur le matelas dans le lit à barreaux. Nous avions d’ailleurs choisi (Deutsche Qualität) un lit évolutif en 70*140 et le bébé semblait complètement perdu dedans, le couffin offrait donc un cocon protecteur.

– Des pyjamas et bodys.

– Quelques peluches toutes douces.

Le tapis d’éveil, les jouets et le parc peuvent encore attendre quelques mois, tout comme la chaise-haute. Ne pas négliger les baby bourses (et les brocantes) pour les habits de nourrisson qui s’abiment très peu. Et penser à se faire prêter du matériel par des couples d’amis.

Enfin une dernière réflexion : heureusement que je ne traînais pas trop sur internet avant d’avoir des enfants car j’aurais fait ENCORE PLUS d’achats inutiles. Finalement avoir été en bas-débit jusqu’en 2010 a peut-être sauvé mon couple d’un désastre financier ;).

*** GÉNÉRIQUE de FIN ***

Je vais donc terminer ce « billet » sur les « achats inutiles » en sortant ma « carte » Gold, Man !

« Si j’avais, si j’avais ça
Je serais ceci je serais cela
Sans chose je n’existe pas
Les regards glissent sur moi
J’envie ce que les autres ont
Je crève de ce que je n’ai pas
Le bonheur est possession
Les supermarchés mes temples à moi »

Rendez-vous sur Hellocoton !
30 Comments