Last Christmas, I gave you my heart
But the very next day, you gave it away
This year to save me from tears
I’ll give it to someone special    

                                                                 

J’avais envie d’écrire un épisode :  » De mon temps … » et de faire ma presque vieille qui radote.

Je me suis amusée à comparer le Noël dont je me souviens enfant et celui des Mômes aujourd’hui.


 *** GENERIQUE ***

J’ai demandé hier sur ce statut Facebook vos plus jolies chansons de Noel.
MERCI à plusieurs parmi vous qui m’ont rappelée l’existence de cette adorable chanson.
Je vais essayer de la chanter à mes petits garçons le soir de Noel.





 

Les Noëls de mon enfance.

 

100130_213037_imgp1298

Eglise d’enfance

J’habitais déjà en Easterosie, patrie du sapin. Pas question, ici de mettre un arbre en plastique, au milieu du salon.
Notre village fournissait tous ses habitants en résineux décapités dans la commune. Les sapins sélectionnés étaient ensuite couchés sur la pelouse de la mairie. Nous n’avions plus qu’à venir faire notre choix. Comme nous étions des administrés plutôt honnêtes, nous devions simplement  mettre une contribution (peu importe laquelle ) dans une petite cagnotte en mairie. J’ai toujours connu ce système. Je suppose qu’aujourd’hui ce n’est plus ainsi. Mais c’était « chouette  » (expression vintage).

Ce qui l’était moins, c’est que nous n’allions jamais chercher un sapin avant le 20 décembre (ce qui semble plutôt logique en tant qu’adulte, mais qui se révèle très frustrant pour les enfants). De fait, il ne restait plus que les sapins tout moches et rachitiques, avec des branches sans épine. Malgré tout, les après-midis « choix du sapin et décoration » restent parmi mes meilleurs souvenirs d’enfance. J’habitais déjà en Easterosie, patrie du sapin ( poke Mr V. ). Pas question, ici de mettre un arbre en plastique, au milieu du salon.

Notre village fournissait tous ses habitants en résineux décapités dans la commune. Les sapins sélectionnés étaient ensuite couchés sur la pelouse de la mairie. Nous n’avions plus qu’à venir faire notre choix. Comme nous étions des administrés plutôt honnêtes, nous devions simplement  mettre une contribution (peu importe laquelle ) dans une petite cagnotte en mairie. J’ai toujours connu ce système. Je suppose qu’aujourd’hui ce n’est plus ainsi. Mais c’était « chouette  » ( expression vintage ).

Durant mes toutes jeunes années, ma maman rajoutait sur l’arbre de Noël des papillotes comme décoration. J’étais très gourmande ( comme mes fils aujourd’hui ). Selon la légende familiale, ma mère a arrêté de mettre des bonbons sur le sapin, le jour où, assise sur les genoux de ma grand-mère, nous avons toutes les deux violemment basculé en avant alors que je tentais d’attraper une des papillotes accrochées.

Mes parents ne nous ont jamais fait croire au Père Noël : c’était une coutume païenne. Le soir de Noël , nous fêtions la naissance du Christ, et non pas la venue d’un grand barbu sur traîneau rouge. Cette fausse croyance ne m’a jamais manqué et je ne l’ai jamais reproché à mes parents. Je savais que les cadeaux que nous nous échangions étaient achetés en magasin, d’autant plus que nous les choisissions tous ensemble ( généralement la veille de Noël ) ( au milieu de la cohue ambiante ). J’aimais bien pouvoir décider moi-même. En général  je choisissais un jeu de société. Mais pendant longtemps, mon rêve secret fut d’avoir une poupée Barbie (hum). J’avais déjà une conscience aiguë qu’il s’agissait d’un cadeau tout pourri, vu que je n’osais la demander. ( Je vous rassure mes parents ont su décrypter mes yeux langoureux, au rayon poupée, devant la bimbo ).

Noël se fêtait toujours à la maison, avec ma grand-mère et parfois l’un de mes cousins. C’était toujours en comité restreint, mais cela n’empêche pas de très bons souvenirs. (C’est peut-être PARCE QUE c’était en comité restreint d’ailleurs).

Le 24, nous décorions la maison. Avec du papier crépon, nous construisions des guirlandes que nous accrochions au plafond. Puis nous customisions la nappe en papier. Sur des feuilles dorées et brillantes, nous écrivions des message originaux du genre : BONNES FÊTES ou JOYEUX NOEL que nous découpions et collions sur la nappe. Pour terminer ce travail, nous y ajoutions des petits cœurs et des étoiles ( oui, c’était les filles de la maison qui se chargeaient de la déco nappe ).

Le repas de fête commençait toujours par des escargots. Je peux bien l’avouer : j’adore manger des escargots, ma mère prépare toujours un beurre à tomber ( et tellement … gras ).

Avant le dessert, vers 22h30, nous nous rendions à la messe de minuit.
J’ai toujours trouvé que la chorale de notre église déchirait ( ouais ). Orgue et guitare l’accompagnaient.
Ma Play-List préférée était l’enchaînement du très classique  » Levez-vous bergers et bergères  » avec leur tube Mondialo-Planétaire : « Minuit Chrétien« .

En chant de sortie , nous avions toujours « Les anges dans nos campagnes«  avec un très joli canon de voix. En fermant les yeux ( ou plutôt mes oreilles ) je les entends encore, c’était vraiment de bons moments, avec plein de frissons dedans ( je suis allée à des concerts où j’ai eu moins de sensations ). Parfois une « Douce nuit  » ou un « C’est Noël tous les jours » venait égayer la fête.

J’aimais bien la messe de minuit, c’est la seule messe où je me rendais avec plaisir.
Même LdmJ, qui n’avait jamais assisté à une messe avant de me rencontrer a reconnu que ce n’était pas désagréable comme tradition.

Pendant le chant de sortie, nous allions nous émerveiller devant la crèche, dont le décor changeait d’année en année ( c’était souvent notre père qui avait la mission de le mettre en peinture ) ( nous étions donc tous les 5 très fiers du résultat ). J’appréciais particulièrement l’angelot dans lequel j’ajoutais quelques francs et qui me remerciait par un hochement de tête vigoureux.

Après la messe, nous rentrions à la maison à pieds. Je me souviens de cette nuit, je ne pourrais plus dire exactement en quelle année, mais en nous rendant à l’église, la neige s’était mise à tomber, tout doucement. Et même si cette dernière était assez fréquente durant cette période de l’année, la voir apparaître pour la veillée de Noel avait rajouté une touche de magie à cette soirée si particulière.

Une fois de retour à la maison, nous nous échangions nos cadeaux, mangions la bûche préparée par ma maman : une roulée à la confiture ( les meilleures ) puis nous terminions bien souvent la soirée autour du jeu de société acheté pour l’occasion.

Même sans Père Noel, c’était  une veillée que j’attendais avec grande impatience.

Sans doute parce que je la vivais avec mes yeux d’enfant.


*** COUPURE PUBLICITAIRE ***

Vous désirez un costume de Mère Noel pour les fêtes ?
Vous trouverez cette magnifique tenue (totalement de saison) chez Super U .
Le petit garçon à un air ravi de la crèche, c’est tout dire !
mere noel

Les Noëls aujourd’hui.
C’est toujours une période de l’année que j’attends avec impatience. Ma petite madeleine est d’écouter des chants niais de Noël en mangeant des mandarines. Cependant, à présent c’est bien différent. Elle s’accompagne de nombreux rituels que je ne pratiquais pas enfant.
Le calendrier de l’avent est très apprécié par les Mômes, surtout si les surprises sont des chocolats. Fils Ainé commence à me parler de ce calendrier environ à la mi-septembre.Il me répète à l’envi , dès que les premières feuilles commencent à tomber :
« C’est long d’attendre Décembre ! »
Fils Aîné n’a pas encore compris que le temps passe bien trop vite.POURQUOI Fils Aîné attend avec autant d’impatience le mois de Décembre ? Ce n’est pas QUE pour Noël, : étudions plutôt notre planning pour ce mois . (Je n’ai pas rajouté les conseils de classe et les réunions parents / professeurs, qui sont chronophages et typiques de ce mois également.)1er Décembre : Début du calendrier de l’avent.
ET c’est la Saint Florence ( mais tout le monde s’en fout ) ( bizarrement )6 Décembre : Saint-Nicolas passe dans les écoles et apporte des bonbons.
7 Décembre : Défilé de la Saint-Nicolas et distribution de bonbons depuis les chars.
11 Décembre : Anniversaire de Fils Aîné + gâteau + cadeau des parents.
14 Décembre : Fête d’anniversaire avec les copains + 2ème gâteau + cadeaux des copains.
18 Décembre : Séance cinéma : « La Reine des Neiges » suivie du Noel du Collège + Cadeau du « Père Noël du Collège »
20 Décembre : Fête d’anniversaire de Fils Aîné avec la famille + 3ème gâteau + cadeaux de la famille.
24 Décembre : Veille de Noël. Bon repas.
25 Décembre 8H : Le père Noël est passée chez Mamou !
25 Décembre 12H : Le père Noël est passé chez Mamée ! Bon repas.

Donc pour résumer : des bonbons , des gâteaux, une pluie de cadeaux. Tu m’étonnes que les Mômes surkiffent le mois de Décembre ( surtout l’aîné et ses 3 anniversaires ). C’est sans doute trop, mais difficile de faire autrement, en fait.

Mais j’ai l’impression, au milieu de tout cela, que Noël perd de sa magie pour les Mômes.

Ici , le sapin est artificiel. LdmJ ne voulant de résineux perdant ses épines dans notre salon. Je comprends mais c’est moche.

De plus ce sont les Mômes qui  » décorifient  » le sapin ( oui c’est un mélange entre « décorent » et « horrifique » car le résultat est … surprenant ) ( et légèrement étouffant ).

Le voici cette année  :sapin 2-TWINKLE

Plus les jours passent, plus nous retrouvons des choses diverses et variées dedans.

Quelques exemples :

151 152 DSCN4184-TWINKLE

Un soir, j’y ai même retrouvé le chat, avec ses yeux fous, qui s’était emmêlé les pattes dans la guirlande jaune pétante.  Attiré par ce fatras bariolé, il avait essayé de se glisser dedans, mais je ne crois pas que cela lui ait plu. Je l’ai récupéré avant qu’il  ne renverse notre résineux en plastique ( et ne le traîne sur quelques mètres ).

Cette année nous avons innové grâce à Karya et son joli blog Little Sloï dans lequel j’ai pioché cette idée. Nous avons donc nous aussi un sapin à colorier pour égayer le salon et c’est très joli. Nous l’avions placé pour l’anniversaire avec les copains. Mais je pense que pour terminer le coloriage nous devrons le laisser au moins jusqu’en juin.

DSCN4243[1] (1)

Nos Mômes et le Père Noël.

Ils y croient … à fond.
LdmJ était contre, alors qu’il y avait cru enfant.
J’étais pour alors que je n’y avait jamais cru.
C’est curieux finalement, cette envie de faire différemment de notre propre vécu.

Un des principaux traits de caractère de LdmJ est sa franchise. L’idée de mentir aux enfants le répugnait. Je lui ai donc expliqué qu’à mon sens, il s’agissait d’une fable, d’un joli conte, d’une légende et que cela fait partie des privilèges de l’enfance de croire qu’un univers féerique peut exister. Ils sauront bien suffisamment tôt qu’aucune magie n’est possible en ce bas monde.
Leur ajouter un soupçon de rêve dans leur jeune existence, j’approuve complètement.

Fils Aîné (et même Fils Cadet) savent que les monstres n’existent pas sauf dans l’imagination et les histoires (Fils Cadet n’en est pas encore trop sûr tout de même). Le jour où il comprendront que le Père Noël est un mythe, nous leur dirons qu’il s’agissait simplement d’une jolie histoire pour les enfants. Cela ne m’angoisse pas du tout.

Nous pensons que c’est le dernier Noël où Fils Aîné y croit. Nous n’avons pas trop rajouté de fioriture : le père Noël attend que les enfants sont bien endormis, comme dans la chanson « Petit Garçon ».

Il passe par la cheminée s’il y en a une, sinon, il entre par la porte. Fils Aîné (paniqué par le feu) s’assure simplement que nous éteignons bien le feu de cheminée si nous sommes chez Mamou, car il ne veut pas  que Papa Noël finisse comme le loup des  » Trois Petits Cochons  » (et notamment ses précieux cadeaux) (surtout ses cadeaux).

Nous laissons un verre de lait et des biscuits pour le père Noël et une carotte pour son renne.

Pour expliquer les cadeaux que nous achetons au fur et à mesure du mois de décembre, et que nous ne parvenons pas à cacher, nous leur avons expliqué que le Père Noël offre seulement des cadeaux aux enfants.Comme les grands eux aussi ont envie d’être gâtés, nous nous achetons des cadeaux entre nous. (Cela explique également le chargement de paquets que nous plaçons dans la voiture la veille de Noël, nous camouflons seulement les leurs.)

Nous alternons les veillées de Noël entre nos deux familles.
Dans le village de mon enfance, la messe de minuit n’est plus systématique chaque année, les quelques prêtres qui restent dans la vallée en animent une ou deux pour huit villages. L’année dernière, nous étions chez ma maman et par chance la messe avait lieu dans l’église du village. J’ai donc pu m’y rendre avec Fils Aîné.
Il ne comprenait pas pourquoi, le soir de Noël je désirais aller à METZ (pour les non Easterosien : Metz se prononce Messe et non pas Mettesse). Nous avons donc dû lui expliquer plusieurs fois que c’était à LA MESSE que nous allions.

Les Mômes se rendent très peu à l’église, d’où la confusion. Il n’a pas été ému par « Minuit Chrétien » comme j’ai pu l’être, mais il a bien aimé la crèche et l’angelot qui dit merci. Sinon, il a passé le reste du temps allongé sur un banc à faire le pitre … Il n’a pas l’habitude (Mea Culpa).

Le veillées de Noël sont sensiblement les mêmes qu’autrefois, l’occasion d’un bon repas en famille, en comité restreint, ce qui convient à tous.

Le matin du 25 décembre, ils sont toujours aussi heureux de découvrir leur cadeaux auprès d’une paire de leurs chaussettes.

 


 

*** GENERIQUE ***

 
Pour terminer cet épisode tout en douceur, voici le générique de sortie :
( en anglais pour Magali et Mathilde )

Et vous , des bons souvenirs d’enfance à partager ?
***
C’est sur cet épisode que s’achève la SAISON 2 de Game of Mômes.

Eh non, il n’y a aucun cliffhanger !

Durant les trois prochaines semaines, nous allons profiter de nos familles et des Mômes ( un peu ).
Je passerai sans doute par ici.

En effet, le blog va se transformer.

Ces changements vont sans doute me prendre un peu de temps.
Je vous donne rendez-vous en Janvier.
Je ne me suis pas encore fixée de date précise pour le début de la saison 3.
Surprise.
Joyeuses fêtes à tous !

Bisous tous doux :).

Previously on Game of Mômes : 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
19 Comments