Voici venu le temps des rires et des chants,
Dans l’île aux enfants, c’est tous les jours le printemps !
En ce moment, Fils Aîné a envie de regarder les dessins-animés que nous aimions quand nous étions petits. Nous nous sommes donc replongés dans nos souvenirs afin de faire les meilleurs choix, en fonction de leur âge et de leurs goûts.
Voici quelqu’un des dessins-animés qui ont marqués mon enfance ( je rappelle que je suis née en 1977 ) .
En cherchant un thème pour la bande-annonce de cet épisode ( si tu ne l’as pas vu, il faut ABSOLUMENT le faire, surtout si tu es fan de Game of Thrones, l’original ), tu as pu découvrir que nous avons donc fait le lien avec la série GoT. J’ai poursuivi légèrement dans cet article.

*** GENERIQUE ***

Le Générique de Game of Thrones version Disney :


Sur chaque titre de dessin animé, vous trouverez un lien vers son générique.

 

 

Les malheurs de Sensa Stark

 

 

Je vais commencer par des dessins animés plus ciblés « filles » .

J’aurais pu appeler ce paragraphe : les Pas Aidé(e)s de la Vie.

Le premières larmes de notre enfance en somme.

Commençons par les orphelin(e)s ( nous avions du choix ).

La plus connue d’entre elles est bien évidemment :

Candy : ( le genre de refrain qui reste en tête toute la journée )

Ris tant que tu le peux 🙂

Il ne faut se fier ni au générique guilleret, ni à sa bouille réjouie, ni à son prénom sucré !
Joli euphémisme dans le générique  de dire que « La vie n’est pas facile ! »
Orpheline, son premier amour se tue en cheval et le deuxième la quitte pour une autre car cette dernière a tenté de se suicider pour lui.
Le sens du sacrifice est omniprésent ( superbe morale au passage ).
A la fin de la série, notre héroïne retourne dans l’orphelinat où elle a été élevée pour s’occuper à son tour d’orphelins. Ses copines ne sont pas mieux loties , la plus moche la moins jolie avait trouvé le grand amour mais évidemment ce dernier se fait tuer durant la première guerre mondiale…

Bref tu l’auras compris, Au Pays de Candy, on y rit mais on y pleure surtout ( beaucoup ) .

Georgie  ( le générique est très optimiste, mouhaha )

Candy bis ( sans les taches de son )
LdmJ ne s’en souvient pas, mais cette héroïne m’a passablement traumatisée.
L’histoire se déroule en Australie, au siècle dernier (enfin celui d’avant d’avant). Orpheline (évidemment), elle est recueillie bébé par un fermier ayant déjà deux garçons. Son père adoptif meurt (jeune bien sûr), celle qu’elle croit être sa mère la rejette et ceux qu’elle pense être ses deux frères tombent amoureux d’elle (et ce n’est pas glauque du tout).
Finalement elle s’enfuira vers l’Angleterre où elle retrouvera son vrai père (un riche anglais) (évidemment) et  trouvera l’amour  dans les bras d’un jeune lord  (je me souviens même de scènes osées). Ce dernier finalement la quittera  pour à peu près les même raisons que Terry dans Candy. Elle reviendra au pays (de Georgie) (sans doute pour s’occuper d’orphelins) (mais l’histoire ne le précise pas).
Morale de l’histoire : aucune.
Intéret : aucun.
Pourquoi j’aimais ce dessin animé : j’étais une fille. C’était une histoire de fille.

Princesse Sarah.

Vous aviez oublié Princesse Sarah ? Moi non.
Sarah est résidente d’un pensionnat anglais dans lequel elle reçoit une très bonne éducation. Elle y est heureuse en dépit de la sévérité de la directrice : Mademoiselle Mangin (une vieille fille vilaine, pas belle).
Sa vie bascule le jour où elle apprend le décès de son père, ruiné,  en Indes.
Sarah reste dans le pensionnat comme … bonniche ( OUI, c’est crédible ! ), elle dort désormais dans une mansarde froide et doit accomplir des tâches ménagères de la maisonnée …
Une de ses répliques cultes : « Vous êtes méchante, Madame Mangin ! »
Evidemment, son père n’est pas mort et elle retrouvera son rang de lady.
Elle couvrira de bonté tous ceux qui l’ont aidée.
C’est une histoire biblique en somme, comme Job.

Une veuve à présent :

Juliette je t’aime : (Bernard Minet a massacré deux / trois génériques à cette période)

L’héroïne est veuve ( même si elle n’a que 20 ans ) et elle tient une pension de famille.
Ici, j’en appelle à vos lumières.
Voilà ce que j’ai compris petite fille : son mari s’était réincarné dans son chien … ( ou transformé en chien ). Comme je ne pense pas que ce soit Miyazaki  l’auteur du scénario, je suis dubitative sur mes souvenirs.

Clémentine : ( avec un générique bien entêtant ).

Cette demoiselle a perdu son papa dans un accident d’avion, qui l’a laissé paraplégique. Cela commence bien, donc.
Tel Bran Stark, elle rêve beaucoup. Dans ses songes, elle peut marcher et elle y vit des aventures « merveilleuses » dans des univers parallèles. Je me rappelle surtout du méchant le démon Malmoth qui semblait sortir de l’enfer.
C’était vraiment flippant.
Loin de la jolie bulle bleue du générique.

Rémi sans famille. ( on se moque de l’accent easterosien , mais franchement l’accent parisien  de ce chanteur … )

J’avais un super album panini de ce DA !
(information capitale)
Rien que le titre annonce déjà que tu vas te marrer.
Vendu par son père adoptif à une troupe de théâtre ambulant, Rémi se découvre une nouvelle famille de saltimbanques.
Mais son mentor Vitalis meurt d’une pneumonie en le protégeant du froid, et deux de ses animaux préférés se font manger par des loups (ouais les scénaristes OSENT tuer des chiens !)
C’est donc la fête.
A la fin , il retrouve sa véritable maman (ouf) qui est une lady anglaise (évidemment).
Mais il choisit quand même de repartir sur les routes  (maboule).

Au delà du Détroit :

 

 

Toute une série de dessins animés qui se déroule dans l’espace,  des contrées fantastiques ou mythologiques. Ils surfent allègrement sur le post Star-Wars.
Ces derniers seront tout a fait visibles par nos Mômes dans quelques temps.

Un de mes premiers coups de coeur :

Jayce et les Conquérants de la lumière. ( enfin un générique qui claque).

J’étais vraiment fan, Jayce combattait des hommes mi-végétaux mi-démons : les Monstroplantes. Il était à la recherche de son père ( probablement un lord anglais ). AH mais non, son père était chimiste et avait inventé les Monstroplantes. C’était le fils du docteur Frankenstein donc.

Capitaine Flam ( générique sympa également ).

Le Ranger de l’espace.

( J’étais amoureuse de lui ) ( hihihi )
Pour ses missions, le Capitaine Flam était appelé par le président du gouvernement intersidéral. Il tenait toujours parole et ne tuait jamais personne.
Je pense que Fils Aîné sera fan !

Ulysse 31

Ce dessin animé possède une très belle bande originale, c’est assez rare pour être souligné.
Toujours dans la déferlante de dessins animés post Star Wars, il a pour cadre l’espace et se veut une relecture de l’histoire mythologique du héros de  L’Odyssée.
C’est bien fait,  je n’ai pas trop accroché, mais LdmJ adorait.

Dans le même genre, nous trouvons : Goldorak, Cobra, ou Albator … ( ce n’était pas trop mon truc… )

Les Mondes engloutis. 

Un dessin animé français, c’est rare.
L’histoire est très jolie et remplie de poésie, elle est résumée dans le générique.
Les dessins ne sont certes pas très jolis ( LdmJ les trouvait très moches ) mais c’est compensé par une bande-son sympa pour des enfants.

Pour le plaisir,  la chanson des pirates ( oui, je l’adorais ) ( il faut reconnaître que devenue adulte, c’est moins marrant à écouter ) ( et c’est vrai que les dessins ne sont pas très agréables à regarder ).

Les chevaliers du Zodiaque ( générique japonais en karaoké ) ( boycottons Bernard ).


« Dans la mythologie grecque, depuis la nuit des temps, lorsque les Forces du Mal s’éveillent, des Chevaliers (Saints) vêtus de leurs armures (cloth) font leur apparition pour protéger la Terre. On les appelle les Chevaliers d’Athéna » ( source Wiki )

 
Voilà un dessin animé mythologique très bien fait, mais parfois un peu violent, donc à réserver à un public plus âgé. La première saison est vraiment passionnante , les autres… moins.

Les Dessins Animés qu’aurait appréciés Aerys le Fol :

 

Certains dessins-animés étaient réellement déjantés, complètement siphonnés,  improbables.
Et pourtant, je regardais.

Le collège fou , fou, fou. ( Bernard Minet insaïde )

C’était l’histoire d’une bande de lycéens : les Joyeux Loufoques ( ah tu avais oublié leur nom, hein ? ), qui par moment , notamment lorsqu’ils repoussaient les limites de leur folie, devenaient tout petits.
Les cours devenaient évidemment impossibles, un cauchemar pour les profs en somme.

*** COUPURE PUBLICITAIRE ***

Une petite bande-annonce :

OUI, c’était complètement con.


Dans le même genre :

Ranma 1/2 ( pour ce générique, j’ai encore boycotté Bernard Minet, j’ai placé le générique japonais )

Ranma est un jeune lycéen ayant une double apparence : celle d’un beau mec doué en arts martiaux qui, dès qu’il touchait l’eau de l’eau froide , se transformait en nana très bien roulée ( d’après LdmJ ).
Remarque, il ne s’en sort pas trop mal car son père lui se transformait en gros panda.
Quand je demande à mon chéri ce dont il se souvient de ce dessin animé, il me répond : « Nichons !« , donc je présume qu’il devait être pas mal censuré par le club Dorothée.

Les Premiers Hommes :

 

 

Voici des dessins-animés « historiques » :

Il était une fois l’Homme. ( Je vous ai déjà dit : j’adorais le générique 😉 )

Une vraie madeleine, ce dernier. Je ne présente pas.
Nous avons l’intégrale en DVD.
Et comme Fils Aîné nous pose de plus en plus de questions concernant l’histoire en général, il vient de commencer à les regarder.
Verdict après les deux premiers épisodes  : « Ça me plait »

De supers souvenirs : chaque soir, sur FR3 avec mes frère et sœur nous ne manquions aucun épisode.
Sans oublier l’épisode récap de la semaine le dimanche en fin d’après-midi !

Lady Oscar

Elle aurait eu sa place dans les dessins animés mélodramatiques.
L’histoire se déroule sous la Révolution française. Oscar est une … fille qui a été élevée comme un garçon par un père qui souffrait de n’avoir eu que des demoiselles.
Ce dessin animé aurait donc pu s’appelé : « Les Filles et Oscar à table ! »
Adulte, se faisant toujours passer pour un homme, elle est devenue capitaine de la garde royale, chargée de la protection rapprochée de Marie Antoinette durant les prémices de la révolution.

Evidemment l’histoire se termine mal (très mal) (tout le monde meurt …), mais c’est prenant, et instructif.

Les Mystérieuses Cités d’Or.

LA référence en matière de dessins animés dans les années 80.

Les Mômes en sont fans comme leur parents.
Musique , scénario (enfin sauf le passage relou avec les Olmèques), références historiques, documentaire ; tout me passionnait.
Je ne ratais aucun épisode.
Nos parents nous menaçaient de nous punir de l’épisode du mercredi si nous n’étions pas sages ! Quelle angoisse, car il n’y avait pas de replay à l’époque !

Tom Sawyer

Tom n’a peur de rien, ben voui c’est un américain. Passons sur le « simplissisme » du générique.
Le dessin animé est sympathique et se situe dans une petite ville du Sud des Etats-Unis à la fin du 19ème siècle.
C’est instructif, il y est clairement évoqué le statut des Noirs Américains par exemple.
Fils Aîné qui le regarde en ce moment, reste très impressionné par les bateaux à vapeur.
Fils Cadet a juste peur de Joe l’Indien.

Mais ce qui est vraiment cool pour eux, c’est la cabane dans les arbres de Huck ! Ils ont dû regarder l’épisode de sa construction une bonne dizaine de fois.

Attention tout de même avec les Mômes, car je le rappelle Tom n’aime pas l’école 🙂 !

 


 

 Intrigues à Port Réal !

 

 

 

Voici une série de dessins animés portant sur nos détectives préférés.

Signé Cat’s eyes ( Le générique est un peu osé dis donc !  et le japonais l’est encore plus )

L’auteur de cette série est Tsukasa Hojo.
Merci France 3, ce fut mon premier manga.
Trois superbes jeunes femmes se transforment en voleuses afin de percer le mystère de la disparition de leur père, un artiste très connu. Afin de récolter des indices, elles volent ses œuvres. L’une d’elles est fiancée à un inspecteur ( ce qui corse l’histoire … ). Comme beaucoup de dessins animés adaptés de mangas japonais, Cat’s Eye n’a pas de fin. C’est extrêmement frustrant.

Scoubidou ( collector un des premiers génériques en VO )

Je change de registre en passant du manga au comic.
Qui ne connait pas la bandes des 5 amis qui cherchent à résoudre des énigmes mettant en scène des fantômes ? A la fin de l’histoire, nous découvrons toujours que l’identité du revenant qui était  bien évidemment une vraie personne avec un vrai mobile. En général, c’est la gardien du musée. Celui qui a l’air d’un papy inoffensif.
C’est gentil, les Mômes aiment bien.

Inspecteur Gadget. (rha, je supporte pas ce générique)

Je n’aimais pas trop, c’était plus un truc de mecs mais je crois que nos garçons apprécieraient les aventures de ce détective truffé de gadgets.
Il ressemble un peu à Goldorak, sauf que son fulgur-o-poing s’appelle : go-go-gadgeto-bras.
En fait, c’était toujours sa nièce de 10 ans et son chien qui parvenaient à dénouer l’affaire.

Sherlock Holmes.

 

Sherlock en chien était nettement moins antipathique que dans les livres ou dans la série de la BBC. Bon, les scénaristes ont pris des libertés sur l’histoire de Conan Doyle, vu qu’il a une amoureuse ^^’ et qu’il ne consomme pas de produit illicite. De fait, c’est tout à fait adapté à un jeune public.

City Hunter ( ou Nicky Larson en VF ) (La VF sucks)

( j’ai placé le générique japonais de la deuxième saison, mon préféré).

Un autre dessin animé de Tsukasa Hojo.
Oui,  j’étais un peu âgée quand je me suis passionnée pour ce dessin animé. Mais honnêtement, nous avons revu toute la série, il y a 10 ans avec LdmJ sur la chaîne Manga (en version non censurée) et c’est toujours aussi jouissif.
J’ai d’ailleurs lu la série en manga.
Evidemment cela s’adresse plutôt à un public de jeunes adultes ( surtout sans la censure du club Dorothée )
L’action se situe à Tokyo. Ryo Saeba est un « nettoyeur », ce n’est pas à proprement parler un tueur, mais il n’hésite pas à le faire si la vie de sa (jolie) cliente est en danger. Il est notoirement obsédé sexuel.
La relation qu’il entretient avec sa partenaire est très ambiguë et volontairement frustrante ( rha la massue de Kaory ).
Une mention spéciale à cette petite libellule. J’y pense souvent quand je suis en cours et qu’un de mes élèves dit une connerie bêtise.
Vous aurez donc compris que ce dessin animé n’est pas encore au programme de nos Mômes. Mais dans quelques années , ils pourront lire nos mangas.

Les pluies de Castamere.

Terminons cette revue par les dessins-animés « musicaux »  Il faut le reconnaître, je n’ai retrouvé dans mes souvenirs aucun dessin animé intéressant sur ce thème, c’est bien dommage. En voici deux bien crétins :

Lucille , Amour et Rock and Roll.

Rha, les Bee Hives, ces musiciens de talent. En vérité, je me souviens principalement de leur coupe de cheveu improbable, et du chat Roméo qui voulait toujours manger des « cweps » (crèpes). Une surprise vous attend en générique de fin.

Jem et les hologrammes

Un beau look de « pouf » années 80

Pas grand choses à dire car c’était insipide et – à l’instar de dessins animés tels que Mask – Jem est une pub géante pour vendre des jouets.
L’opération marketing a bien fonctionné !

Les filles du groupe de Jem se transforment en musiciennes. Un peu comme Superman. Sauf qu’elles ne révolutionnent pas le monde de la musique.
Évidemment, elles ont un groupe rival : « C’est nous les Misfits, on est les meilleures ».
Et nous suivions leur « combat » tel en son temps celui non moins passionnant de Blur contre Oasis.

 

Bien sur cette liste est non exhaustive, je vous invite d’ailleurs à y rajouter vos propres idées.


 

*** GÉNÉRIQUE de FIN ***

Parce que je t’aime, voici un titre des Beehives  en générique de fin, le MERVEILLEUX :
 « Moi je voudrais te voir ! »
(ne me remercie pas)

Cet article est un peu inhabituel, je ne sais donc pas s’il plaira.
J’ai manqué cruellement de temps cette semaine. Mais ce fut une super semaine tout de même.
J’ai rencontré des personnes formidables, qui se reconnaîtront.
Encore merci à elles toutes.

Une autre bande-son pour cet épisode ? Voici le chois de LdmJ , c’est ICI.

Rendez-vous sur Hellocoton !
22 Comments