J’ai un léger souci de timing le matin.

Il est coutumier de dire que l’heure du suicide parental se situe entre 17h et 19h . Pour ma part, c’est plutôt vers 8h du matin, afin de bien commencer ma journée.

Pour partir à l’école vers 8h10, c’est le branle-bas de combat à 7h55 pétantes : pipi / enfilage de chaussures / enfilage de manteau / vérification des sacs / recherche du doudou qui n’est pas dans le sac / recherche du bonnet et DU gant ( oui, un seul en général, l’autre attend bien sagement là où il devait être ).

L’énervement est garanti, surtout que Fils Cadet s’enroule régulièrement dans le rideau de la porte d’entrée.

Puis il essaie de marcher en criant :
« Ze suis un fantôme » à son frère mort de rire, qui du coup n’arrive plus à enfiler son manteau tout seul.
Le cadet finit par se cogner contre la porte et pleure.

Très drôle effectivement …

Finalement, on finit par s’échapper vers 8h15 avec 5 minutes de retard donc. Attention, ces 5 minutes sont très importantes dans mon timing, je dirais limite CRUCIALES. Effectivement, je dois d’abord me rendre à l’école maternelle pour y catapulter déposer Fils Cadet. Puis nous avons environ 300m ( de montée ) à parcourir afin de rejoindre l’école de Fils Aîné, dont les grilles ferment à 8h30 précises.

Ensuite je dois me rendre à mon travail, auquel je dois être impérativement à 8h50 ( j’ai environ 15 minutes de marche, mais cela descend ). Autant dire que je cours tous les matins.

Posons nous maintenant la question existentielle : COMMENT faire pour que son gamin arrive nickel à l’école ?

Ici, quand ce n’est pas un bout du nez collant, il y a une grosse trace de boue sur le manteau ( que je m’étais pourtant promis de nettoyer la veille au soir ), ou encore une coupe de cheveu de l’espace ( avec l’épi récalcitrant qui va bien ), sans oublier le tee-shirt qui refuse obstinément de rester coincé dans le pantalon et qui baille de façon très inélégante …

Quand j’étais nulli, et que je voyais des mamans essuyer les restes du repas de leurs mômes avec leurs doigts et un peu de salive, je me disais juste : « Beurkkk, elles ne peuvent pas nettoyer la tronche de leur gamin avant de partir ? ».

Et bien non, tu ne peux pas, car en fait avant de partir il te faut donc gérer les deux pipis, la mise en place des chaussures, le coup de brosse à l’arrache, l’enfilage du manteau à 4 bras ( si, si, ceux d’hiver ils ont 4 bras ).

Preuve …

Ce n’est qu’une fois arrivés sur le banc de l’école, au moment où tu lui enlèves ses petites chaussures que tu t’aperçois qu’il y a encore de la confiture sur son petit museau … De plus, plein de micro-trucs sont venus s’accrocher à ce bout de nez « en-marmeladé ». Alors tu fais comme tout le monde, hein, tu y vas de ton petit coup de salive.

Et lorsque ton gamin rajoute en hurlant : « NAAAAAN, pas de la bave » tu as juste envie de disparaître loin, très loin (au pays de Nulli).
Tout cela pour expliquer qu’hier matin, j’ai été encore plus #BadMother que d’habitude.

Nous étions en retard (WhataSurprize).

J’enlevais les petites chaussures de Fils Cadet sur le banc devant sa salle de classe ( oui, le matin je ne lui laisse aucune autonomie : pas le temps ) ( le soir non plus d’ailleurs ).

Bref, je sens une odeur atroce monter dans mes narines… oO. Genre je me serais crue revenue 2 ans en arrière quand je déposais Fils Cadet à la crèche avec un colis dans la couche ( oui là non plus, je n’avais pas le temps ).

Je sniffe discrètos le derrière de Fils Cadet . Rien. D’ailleurs,  il me crie :
« HEY, c’est pas moi ! »

Du coup on jette un coup d’œil à la petite fille sur le côté, à laquelle la maman propose justement d’aller aux toilettes. Haha, nous tenons notre coupable. Quand même, à son âge, c’est étonnant.

J’embarque Fils Cadet dans la salle de classe. En repassant devant les bancs, l’odeur est toujours bien présente. Ça pue limite l’animal mort. Elle doit être malade la copine.

Dehors nous commençons la remontée vers la deuxième école. Arrivée sur place, je me passe la main devant le visage, et là je me rends compte que cette dernière sent le fennec trépassé.
MERDUM !!! C’était donc bien Fils Cadet le responsable.

Je me nettoie la main frénétiquement dans un peu d’herbe, sous le regard interloqué de Fils Aîné et des autres parents. Et là je comprends tout !

Flash Back !

Fils Cadet marche dans un caca de chien qui a mangé un rat mort devant l’école.

J’enlève les chaussures de Fils Cadet et me colle la main dedans ( je manque de vomir à cette simple évocation ).

Je laisse les chaussures pleines de crottes sous le banc de l’école au nez et au su de tout le monde.

Là j’ai deux options, je repasse par l’école maternelle en faisant un détour, je m’excuse platement, et je nettoie les bottes incriminées OU je cours au collège me « kärcheriser » les mains en oubliant cette histoire.

Je te laisse deviner ce que j’ai choisi de faire (de toute façon je n’avais PAS LE TEMPS).

La première chose que m’a hurlé cette balance de Fils Cadet en revenant le chercher:
– MAMAN, J’AVAIS DU CACA SUR MA CHAUSSURE CE MATIN ! V. ELLE A TOUT NETTOYÉ.

Inutile de te dire j’ai rasé les murs en croisant l’ATSEM.

Merci V. A charge de revanche. Ou pas  😕

 

Bad Mother sur une idée de Maud du blog Petits Diables et d’Emma de Rock’n Mom .

Rendez-vous sur Hellocoton !
34 Comments