Ça fait rire les oiseaux.
Ça fait chanter les abeilles.
[…]
Ça fait rire les oiseaux
Et danser les écureuils.
Ça rajoute des couleurs
Aux couleurs de l’arc-en-ciel.
 
 

Comme nombre d’enfants, nos Mômes ne font aucune exception à la règle : ils adoooooooorent les animaux. Si nous les écoutions, nous serions en possession de lapins, hamsters et autres poissons rouges.
Seules exceptions, ils ne souhaitent pas adopter d’araignées.
C’est bien dommage car elles se sont invitées d’elles-mêmes dans notre maison.

Vous l’aurez compris, cet épisode est un spécial : animaux , insectes et autres bestioles plus ou moins sympathiques.

*** GENERIQUE ***

Une course poursuite d’insectes
( Si vous avez un Môme sous la main, vous pouvez lui faire regarder, rires aux éclats assurés  )

Bah voilà, je l’ai fait regarder à Fils Aîné,il veut voir d’autres épisodes à présent.
( Mais il faut que j’écriiiiiive la suite. )


Drôles de Petites Bêtes.

Avant d’avoir des Mômes, LdmJ et moi-même avions notre diplôme de phobies es petites bestioles : moi les araignées ( et un peu tout insecte volant et piquant ) et pour lui, les guêpes ( et un peu les araignées aussi – mais seulement les très très grosses – c’est un mec tout de même ).
Bien sur, nous savions qu’une fois que nous aurions des Mômes, nous devrions nous montrer stoïques face à ces … choses, car tout le monde le sait : on transmet nos phobies à nos enfants. Ceci dit, je ne suis pas sûre que la réciproque soit vraie, car mes parents n’ont jamais montré de peurs particulières face aux araignées : ma mère les pourchassait avec son chausson ( quelle que soit la taille du monstre ). Et je me rappelle que ma grand-mère écrasait les guêpes à main nue. ( Ouais, la classe hein ) ( ou l’inconscience ).

Bref j’avais des parents courageux. Alors POURQUOI je flippe autant ?

Je pense avoir un début d’explication : lorsque j’avais 10 ans, mon frère s’amusait à me montrer les tégénaires qui avaient élu domicile dans la cave de nos parents … Pour mémoire une tégénaire est une grosse araignée noire avec des grandes pattes et qui avance à une vitesse hallucinante … ( je ne mets pas de photos parce que j’ai des lecteurs sensibles) ( Mathilde, entre autres, a menacé de boycotter cette épisode. )< Vous voulez rire ? J’ai peur, lorsque je passe à côté d’une araignée, qu’elle ne saute sur moi. Oui, genre les araignées dans ma maison attendraient que je passe à côté d’elles pour me faire un BOUUUUUHHHH taquin en me sautant dans mes cheveux ! Ce n’est pas rationnel, mais je préfère réaliser de longs détours dans notre garage pour ne pas passer à côté d’un de ces trucs ( dans le doute ). Et j’évite de regarder le plafond sur tout le sous-sol.

Le problème bien sûr, quand tu es phobique, ce n’est pas d’avoir une araignée monstrueuse chez toi : non, c’est de SAVOIR que tu as une araignée monstrueuse chez toi ( et que tu ne sais pas où elle se trouve ).

Avant d’avoir des Mômes, nous habitions un petit appartement en rez de jardin.  Durant l’été 2003 ( oui, l’été de la canicule ) ( j’étais encore jeune, j’ai survécu ), certaines de ses créatures cherchaient la fraîcheur dans les appartements de notre résidence ( sans doute les plus vieilles ). Un week-end, nous avions invités quelques amis ( euh 10 … ) dans notre 70 mètres carrés. Le samedi midi, après le repas, je me trouvais seule dans notre minuscule cuisine ( qui s’apparentait plus à un couloir ) en train de remplir le lave-vaisselle, quand j’ai entraperçu dans mon champs de vision droit  l’une d’entre elles rentrer par la fenêtre. J’ai lâché les deux assiettes que je tenais dans la main et me suis mise à hurler de terreur. Une dizaine de personnes ont donc assisté à ma représentation théâtrale. Plusieurs copains se sont lancés dans la chasse à l’araignée de l’espace, pendant que les copines me réconfortaient. Evidemment , ils ne l’ont pas trouvée.

A l’idée que cette chose se trimbalait dans mon appartement, je devenais quasiment hystérique. Le soir venu, en rentrant d’une randonnée, je n’en menais pas large et l’idée de passer la nuit dans le même espace vital que mon araignée géante me flippait grave ( je te rappelle que ce soir là , 10 copains squattaient l’appart également, mais je ne retenais que l’invitée supplémentaire. ) Je me souviens encore comment un de nos amis m’a demandé dans l’entrée de l’appartement de ne plus bouger, je l’ai vu prendre sa chaussure, il a éclaté le truc qui se trouvait … juste au dessus de ma tête. Je lui ai sauté au cou : sérieusement si LdmJ ne s’était pas trouvé juste à côté je crois que je lui aurais roulé une pelle de soulagement ( oui, on peut rouler des pelles de soulagement ) ( parfaitement ).Quand nous avons emménagé dans notre maison actuelle, qui possède un étage inférieur semi-enterré, j’ai vite compris que plusieurs de cette bestioles y avait tranquillement élu domicile. D’ailleurs pour vous prouver que je ne mens pas , voici une photo de la gouttière extérieure de notre maison ( Mathilde ferme les yeux … c’est violent ).

Depuis que nous y avons emménagé, j’ai décidé de surmonter ma phobie, surtout pour ne pas montrer aux Mômes à quel point ces bestioles me font very bad-triper. J’accepte de passer à côté de l’une d’entre elles , en respectant une distance de sécurité raisonnable ( 2 mètres ). Il est vrai également que je boycotte la salle de bain du bas depuis 3 ans, jour où j’ai découvert qu’une tégénaire – particulièrement  moche – squattait derrière la douche ( je pense que depuis le temps, nous devons en être à la troisième génération, car je l’ai encore vue la semaine dernière ).Pour sa part, LdmJ a fait de vrais progrès concernant les guêpes. Quand nous avons commencé à sortir ensemble, il terminait son repas à l’intérieur dès que l’une d’entre elles se pointait près de notre terrasse. Ou alors il faisait de violents gestes qui envoyait directement l’insecte sur ma joue, C’était toujours sympathique. Pourtant, il ne s’est JAMAIS fait piquer. Contrairement à moi : en 1981, j’ai tripatouillé un bourdon que je croyais mort chez ma grand-mère ( à force de la voir les vaincre avec un seul doigt, je me sentais invincible ). La prise de conscience de ma vulnérabilité fut très douloureuse. En 1988, je me suis assise sur une guèpe. Remarque, dans un certain sens je l’ai vaincue également.LdmJ m’a expliqué que LUI, il pouvait justement en avoir peur car n’ayant jamais été piqué, il était peut-être allergique ^^’. ( Et si cela se trouve, il est aussi allergique au médicament qui pourrait le soigner ). Donc ne voulant pas mourir bêtement d’une allergie au remède censé le sauver de sa réaction à une piqûre de guêpe, autant prendre ses précautions.Je me moque, mais aujourd’hui devant les Mômes, il reste stoïque face à ces folles volantes.
Et nos Mômes ? Ils disposent de beaucoup de lectures ciblées sur les insectes, et il apprécient de les observer dans la nature. Ils se méfient des guêpes. Fils Cadet a eu une période où il hurlait dès qu’un truc qui volait s’approchait de sa tête. Cela va mieux à présent.Nous en prenons même en photo quand nous nous promenons :En ce qui concerne les araignées, euh … bon j’ai essayé hein de ne pas leur montrer ma phobie. VRAIMENT. Mais j’ai … lamentablement échoué. Les Mômes aiment bien souffler sur les petites araignées, mais les grosses les effraient également. J’ai offert à Fils Aîné un cahier d’activité Minus Editions sur ces charmantes … bestioles, j’en ai déjà parlé ICI.

Les DVD de Minuscules sont, je pense, d’un bon secours contre ce genre d’angoisses, car les insectes sont vraiment sympathiquement dessinés et c’est très drôle. ( Enfin certaines araignées restent quand même bien moches, notamment celles avec leurs 6 yeux, ).



*** COUPURE PUBLICITAIRE ***

Souvenir : Pub pour un insecticide détruisant aussi la couche d’ozone (2 en 1).

***

La Ferme des Animaux.

Oui, je sais c’est le titre d’un super livre de George Orwell ( ouais, référence culturelle toussa ) ( en plus ce livre est court ). Mais moi, quand j’entends ce titre, bizarrement je pense à un livre de Marcel Aimé avec Delphine et Marinette : « Les Contes du Chat Perché ». J’ai dû lire les nouvelles de ce livre une bonne cinquantaine de fois. Petite fille, je rêvais de vivre dans une ferme entourée d’animaux taquins et parlants.

J’ai hâte de pouvoir le faire lire à mes Mômes, même si je crains que ce ne soit plutôt un livre de filles.  En attendant, eux aussi aimeraient être entourés d’animaux : chiens, hamsters, lapins … bref, tout ceux qui sont CROMIGNONS.

Les Mômes adorent les chats en général. Ils n’ont pas de chance, le leur est plutôt du genre « Cours moi après, que je me sauve (loin) « . Pourtant ils ont appris à être très patients avec la bête, et à s’en approcher tout doucement. Mais rien n’y fait. Ce n’est pas un chat très câlin.Et puis il était là avant, il n’a pas trop apprécié l’irruption des deux Mômes dans sa vie bien ronronnée. Pour souvenir, un épisode de GoM lui est entièrement consacré, il est ICI.

Le seul moment où le chat se laisse caresser, c’est quand il mange. JE SAIS, certains parmi vous me diront : « SURTOUT PAS malheureuse, ne jamais déranger un animal qui dîne ». Bah, je peux te dire , il s’en bat ses testicules perdues que les Mômes le caressent, du moment que sa gamelle est pleine. Il pousse même le luxe jusqu’à ronronner de bonheur.

Quand Brimbelle est sur mes genoux, Fils Cadet adore l’écouter ronronner : il met donc sa tête contre le corps du chat et écoute. Bon au bout d’un moment cela gonfle légèrement la bête, qui manifeste son mécontentement en se sauvant ( running gag ! ).

Nous avons appris récemment que Fils Aîné était allergique au poils de chat. Pas une grosse allergie, mais il développe des plaques d’eczéma. Il est donc obligé de sa laver les mains après chaque séance de caresses avec le chat ( comme elles sont rares, ce n’est pas très contrariant ). Et le chat a interdiction de séjour chez Fils Aîné : mouhaha, comme si Brimbelle allait dans les chambres des Mômes … Ce sont les deux seules pièces dans lesquelles il se refuse de pointer son museau ( c’est sans doute trop bruyant pour ses fragiles oreilles et trop puant pour son délicat odorat ).

Malgré cette allergie, nous n’avons pas envoyé notre Thomas O’Malley et son baluchon trouver une autre maison ( je doute que le voisin de gauche veuille s’en occuper, de toute façon. )

Fils Aîné m’a affirmé récemment qu’il aimerait adopter une … LAPIN. Parce que le lapin c’est cromignon, tout doux et gentil. De plus, il venait d’apprendre que sous le mot  générique « viande » se cachait d’adorables animaux comme des lapins ou des petits veaux qui tétaient encore leur mère.

Il voulait donc au moins en sauver un, un peu comme les enfants de South Park.

Digression [True Story ]: Ma maman a rencontré un jour une voisine toute chiffonnée :
– Vous savez quoi ? J’ai entendu ce matin à la radio, qu’on élevait des veaux sous la mer ? Vous vous rendez compte de ce qu’il font maintenant ???
– Euh non, C., je pense qu’ils voulaient dire élever des veaux sous leur mèrE.

Je reprends. Nous avons donc refusé le lapin, tout comme le poisson rouge à la fête foraine samedi dernier. Quel horreur : avoir des petites bêtes enfermés dans une cage à la maison ou dans un aquarium en train de tourner en rond.

Fils Cadet pour sa part s’est pris de passion pour les renards ( ceux-là, on peut lui refuser sans aucune mauvaise conscience ).
En allant en vacances chez ses grands parents cet été, il a rencontré une de leur voisine qui possède un poulailler. Les poules de cette dernière venaient de faire une mauvaise rencontre avec un renard affamé. L’amie de mes beaux parents avait donc raconté avec force détails comment le renard avait mangé toutes ses poules.
Fils Cadet s’est montré très intéressé et ils nous a raconté cet épisode de façon particulièrement drôle par la suite :
 » Alors tu sais, la fermière elle est allée faire ses courses, pis pis en rentrant le renard il avait mangé TOUTES les poules, alors tu sais, elle a dit à son mari le fermier, hein tu sais, elle lui a dit : Mais c’est pas possible ça !!!  »
Inutile de te dire que nous étions morts de rire.

Quelques semaines plus tard, nous avons croisé une dame néerlandaise promenant son chien. Fils Cadet s’est mis à hurler :
– OOOOHHHH regad’ maman, un RENARD !!!
– Mais non, mon chéri ( je pouffe ), c’est un chien, voyons.
– OHHHH regad’ Maman , un chien renard !!!

J’étais explosée de rire, LdmJ a pris la défense de son fils en m’affirmant que ce chien ressemblait, tant par son pelage roux que ses oreilles pointues, à un renard.EDIT du 13 octobre , Mathilde est certes arachnophobe, mais elle possède un chien renard, dont voici la photo ( il faut reconnaître que Fils Cadet pouvait se tromper. )

Ce même jour, nous avons pu caresser deux poneys. Fils Cadet, quand l’animal s’est ébroué, nous a affirmé sentencieusement :

– T’as entendu ? Le cheval , il a ronronné.
Et quand il s’est mis à nous suivre, Fils Aîné m’a déclaré :
– Maman, le poney, il nous suit à la trace ( expression tirée d’un quelconque dessin animé, je pense ).

En tout cas, observer des animaux avec des enfants permet de ne pas s’ennuyer, ils ont toujours le petit mot drôle qui nous fait marrer.

A Colmar, cet été, nous avons croisé ce drôle d’animal qui prenait un bain de soleil, dans un des petits canaux de la ville :

L’araignée Gypsie
Photo réalisée sans AUCUN trucage.

© GoM Photographie
Les Beatles en balade. © LdmJ Photographie
© GoM Photographie

Ouais , je ne sais pas ce que c’est ( ai-je envie de le savoir d’ailleurs ? Enfin, vu la longue queue qu’il se trimbale à l’arrière, je dirais bien un rat quelque chose ). Mais Fils Aîné avait une autre idée sur la question :
– Ohhh, une barbotte !
– Hein ?
– Oui regarde sa tète, c’est une barbotte, je crois !
– AHHHHHHHH une MARMOTTE !
Là encore, j’étais morte de rire. Une marmotte dans le la flotte devient une barbotte : néologisme évident.

Fils Cadet en train d’observer une poule picorant du pain dur :

– Oh ! elle mange des « tatines » !  ( oui, je l’avais déjà racontée cette dernière, mais elle est drôle ^^ ).

Le mercredi midi, c’est LdmJ qui cuisine. Nous mangeons donc des pommes noisettes. Nan, je ne moque pas, d’autant plus que je suis comme les gosses, j’adore ça.
Concernant ces dernières, les Mômes étaient en pleine discussion métaphysique mercredi dernier :
Fils Cadet : Oh z’aime les pommes dauphines !
Fils Aîné : Mais n’importe quoi ( expression très à la mode chez les presque6ans ), c’est pas des pommes dauphines : c’est des pommes noisettes.
Fils Cadet ( qui part au 16ème de tour en ce moment ) : NAAAAAAAAAAN , c’est pas vrai ! Les pommes noisettes, c’est ce que mangent les zécureuils, Batit’ !Une petite dernière, j’expliquais à Fils Cadet, que les chameaux avait deux bosses sur le dos, et il m’a répondu :
– OHHHH, et ils ont pas mal ?

L’an dernier, nous les avons emmenés au Zoo d’Amnéville en Moselle, les Mômes ont adoré et heureusement : vu le montant des entrées, nous nous attendions presque à voir Dumbo nous faire un numéro de voltige (mais les éléphants se sont révélés plutôt décevants).  De plus, avec des enfants en bas âge, nous n’avons vu qu’un seul spectacle. Attendre une demi-heure dans une arène surchauffée n’est pas une activité recommandable avec des Mômes (enfin peut-être les tiens mais avec les miens, ce n’est vraiment pas possible.)

La semaine suivante, nous sommes allés nous balader dans le Parc de la Tête d’Or à Lyon, nous avons vu à peu de choses près les mêmes animaux … gratuitement (lose).Un parc animalier que je recommande chaudement c’est « La Montagne des Singes » en Alsace, près du château du Haut-Koenigsbourg.

Les singes y vivent en (presque) liberté, il viennent manger du popcorn dans notre main ( il faut simplement surveiller que Fils Cadet ne mange pas le popcorn avant. )

Quand nous n’avons pas trop d’idées lors d’un samedi pluvieux, il n’est pas rare que nous nous retrouvions au rayon animalier de Jardiland à observer les petits lapins cromignons et les poissons dans les aquariums. ( ouais, comme parents nous assurons grave ).Si le temps est plus clément, nous pouvons nous rendre au parc du château de Winterfell. Nous y trouvons des cochons qui sentent pas bon, des biquettes qui puent également et qui sont constamment enceintes ( ou qui souffrent d’une grave aérophagie ), des Bernard lamas, des canards, un poulailler et … plein de Bambis.

 

*** GENERIQUE de FIN ***

Pour terminer en bougeant cet épisode, je te propose de danser avec les animaux préférés de nos Mômes : ceux de Madagascar.<

Comme le dirait King Julian : Move your body !

***
Rendez-vous sur Hellocoton !
26 Comments