Un chanson douce que me chantait ma maman,
En suçant mon pouce j’écoutais en m’endormant.
 



Hum, cela avait l’air tellement simple de les endormir avant d’avoir des Mômes …

J’avais déjà écrit un article, durant la saison 1, sur le sommeil de mes Mômes , il est LA. 2 jours après la mise en ligne de ce billet, Fils Cadet a arrêté de se réveiller la nuit. Donc je retente cette fois encore, peut-être qu’ils s’endormiront plus rapidement après cet épisode.

Rions un peu ensemble de nos galères de parents ( ou pas ) ( enfin ne pleurons pas non plus ) ( un jour ils dormiront ) ( chez eux ).

Nous Bleu, fidèle compagnon nocturne de Fils Cadet déguisé en LdmJ pour le carnaval
( oui, nous avons des idées bizarres à Winterfell )

*** GENERIQUE ***

***
Moi, être Mère çà m’a pris, je m’souviens, un mardi !
J’avais troqué mes santiags et mon cuir un peu zone contre une blouse d’hôpital et des sur-chaussons jaunes.

Fils Aîné est né (réverbération, allitération).

 
Depuis ce jour, combien de temps avons nous perdu passé à essayer d’endormir nos Mômes ? Je ne sais pas , je ne sais plus, je suis perdue. Ha si ! TROP.

Des débuts difficiles.

Fils Aîné n’était pas un gros dormeur. Enfin, disons qu’il n’arrivait pas à dormir seul dans son couffin. C’était très classique en somme. Il s’endormait repu après une courte tétée d’environ une heure ( et quelques dizaines de minutes ) . Je le laissais encore pendant un bon quart d’heure contre moi, puis de guerre lasse, je me décidais à le poser. Je mettais environ 5 minutes pour me lever sans le réveiller puis l’opération « larguage du bébé » durait en moyenne 15 minutes : Attention, Attention, Attention … et au moment où il touchait le couffin … BAM ! la sirène se remettait en route.
Donc je recommençais, je le reprenais contre moi, je le remettais au sein …. Le cercle sans fin.
J’avais l’impression de ne plus être une unique personne : j’étais deux. Comme durant la grossesse.
Sauf que lorsqu’il se trouvait dans mon ventre, je disposais du kit  main libre. Ce n’était plus le cas.
Durant mon congé maternité, je devais toujours l’avoir à portée d’oreilles de vue.
Je le posais pour me doucher, mais je plaçais le couffin hurleur dans la salle de bain.
Qu’aurait-il pu lui arriver dans le salon seul ? Qui sait …
*Le chat se serait-il invité dans le couffin auprès d’un Axl Rose en plein solo aigu ?
Certainement pas ( pas fou mon chat ) …
*Mes voisins bienveillants pouvaient-ils appeler la DASS pour abandon de couffin bruyant dans le salon ?
Je ne crois pas. Mais dans le doute …J’avais l’impression qu’il avait besoin d’être rassuré par ma présence, donc je faisais en sorte qu’il puisse au moins m’entendre sous la douche :
Lui continuait de pleurer jusqu’à retrouver mes bras. Nous avions essayé pas mal de choses, notamment acheter une écharpe de portage que je n’ai JAMAIS réussi à fixer correctement. Vu le montant de l’achat, je regrette tout de même de ne pas avoir songer à en demander une en prêt ( d’ailleurs, je peux prêter la mienne : elle n’a pas servi ).
LdmJ utilisait un porte bébé ventral : une sorte de hamac. Il le berçait pendant des heures en mettant un casque et de la musique à fond dans ses oreilles. Parfois il mettait aussi de la musique très fort dans le salon, et pas de la musique douce :  au son de « Kashmir » de Led Zeppelin, il imprimait le rythme de ses pas sur la basse ou la batterie !
Il assure que cela le calmait … mouais, enfin cela calmait surtout LdmJ, pas le Môme. En tout cas ce n’était pas pire. Et comme au moment où il faisait cela, je dormais telle une bienheureuse, il aurait pu danser le sirtaky avec Fils Aîné, je m’en serais tamponnée velu.
Bref, 3 mois à ce rythme : un Môme qui dormait entre 1/2 heure et une heure la journée et qui jouait les greffon le reste du temps.
Le plus éprouvant pour moi, c’était la dernière tétée qui durait en moyenne une heure et qui se terminait par 30 minutes de dépose-bébé dans son lit pour la nuit . En général, le soir il consentait à y dormir.
Évidemment, notre fils attendait que nous nous couchions à notre tour et que nous dormions une micro-seconde pour se réveiller. J’en venais à redouter le moment de m’endormir tellement je craignais d’entendre ses cris ( il est possible d’ailleurs que ce soit mon stress qui le réveillait. )
En désespoir de cause, nous l’avons emmené chez l’ostéopathe.
Qui, en l’espace de quelques minutes de tripatouillages, a su déceler le problème.
Elle nous l’a annoncé telle Mme Irma :
– Mais … ( suspense ) …. ce bébé ne serait-il pas né la tête légèrement en extension ?
Trop forte, l’ostéo-médium ! A croire qu’elle accompagnait ma sage-femme le jour de l’accouchement.
Effectivement, je me rappelais vaguement l’avoir entendu au moment de la poussée. Au bout d’une demi-heure d’efforts inefficaces la sage femme m’a expliqué que sa tête nous offrait son plus large contour ( justification « épisiotomique », donc ).
Ce souci de tête mal placée avait donc engendré deux problèmes : une coupure glamour au niveau de mon périnée – merci – et des cervicales de Fils Aîné toutes nouées.
La position dorsale allongée lui était donc très douloureuse ( pour ma part, c’était la position assise ). C’était un bébé qu’il aurait fallu faire dormir sur le ventre. Chose que je me refusais absolument de tenter, ayant eu un antécédent familial de MSN.
Heureusement, en l’espace de deux séances de tripatouillages très doux, Fils Aîné a consenti à dormir sur le dos. Cela avait un côté magique : il commençait la séance d’ostéopathie en hurlant, se calmait rapidement, semblait dubitatif  ( Ga ? ) et enfin il s’endormait la tête dans la table moelleuse et les fesses relevées.
Bien sûr, Fils Aîné était tout de même un petit dormeur. Les gros dodos, pas de cela chez lui … (enfin pas de cela chez NOUS).
Quand il a eu 6 mois, j’étais fatiguée d’attendre qu’il s’endorme en tétant le soir. Tandis que LdmJ se matait des saisons complètes de séries, je patientais dans la nursery ( euh, la chambre du bébé ) dans l’espoir que  Fils Aîné ne consente à dormir.Au moins à cette période, je pouvais lire.

Digression : J‘ai souvent lu dans des livres parentaux, qu’il fallait regarder et parler à son bébé quand nous le nourrissions ( sein ou biberon ) : encore un truc culpabilisant. Alors oui, je le faisais peut-être 1/4 d’heure ( voir plus, si je le trouvais trop choupinou quand même – voir moins quand il était 1 heure du matin ) , mais après je prenais un bouquin ou je regardais la télé – parce que bon, observer son bébé 1 heure  complète toutes les trois heures, c’est quand même pas très fun comme occupation et cela n’allait pas m’avancer dans le visionnage de mes séries en retard.
J’ai donc essayé de le mettre dans son lit après la tétée et surtout AVANT qu’il ne soit endormi.
Évidemment, il pleurait dès que nous sortions de sa chambre. Nous avons testé la méthode du laisser pleurer…5 minutes  , 10 minutes ,15 minutes, etc. Relativement inefficace.
Un soir LdmJ m’a proposé SA méthode :
On le laisse pleurer jusqu’à ce qu’il s’endorme ! C’est plus possible, merde.
Il a donc dû m’attacher au canapé ( SANS menotte) et nous avons laissé pleurer Fils Aîné : 45 minutes complètes ( l’horreur ).
Le deuxième soir, il a pleuré 20 minutes.
Le troisième : 0 minute ( oui : 0 minute, il s’est mis sur le ventre,a relevé son postérieur et s’est endormi ).
Voilà, c’était fini. Il s’endormait seul vers 6 mois parce que j’ai été une #BadMother.
Cette méthode n’est pas à recommander aux parents qui n’arrivent pas à entendre leur enfant pleurer.
Il faut s’adapter.
Pour Fils Cadet, ce fut plus facile ; j’ai décidé dès le début de ne pas attendre qu’il soit endormi au sein pour le coucher. Et c’était MERVEILLEUX  : on lui mettait son mobile, sa veilleuse, et il s’endormait. C’était très étrange pour moi. J’avais eu l’impression avec Fils Aîné qu’il fallait que je sois là pour l’endormir, que seule la tétée et mes bras ( éventuellement ceux de LdmJ ) lui permettait de partir dans ceux de Morphée.
Mais Fis Cadet m’a fait comprendre une chose : certains bébés, même tout petits, peuvent s’endormir autrement : seuls ( oui, oui, OUUUUUUI ! )
Il faut dire qu’il était facile : pas de grosses coliques, et pas de tête en extension lors de la poussée ( juste une grosse tête) ( justification épisiotomique, donc ).
Et c’était un gros dormeur ( ah oui, d’ailleurs j’aimerais bien retrouver mon gros dormeur des débuts ).

La tétée de nuit.

A quel âge un enfant fait-il ses nuits ? Premièrement mettons-nous d’accord sur la signification de « faire ses nuits ».
Quand la boulangère me dit que sa petite-fille fait ses nuits à 1 mois car elle ne se réveille pas entre 2h et 8h du matin, je réponds juste : QUID de la première partie de la nuit ?
Ah, bah elle hurle … ( jusqu’à deux heures du matin donc.)
Huuum, bof.
Pour moi un enfant fait ses nuits quand il dort de 22h à 7h du matin sans réveils nocturnes. Bref il fait ses nuits quand je peux faire MA nuit.
Après cela peut dépendre de ta patrie : 53% des bébés français font leurs nuits à 5 mois, alors que 25% des bébés allemands font des nuits complètes à 8 mois.  ( source maman bavarde )
Je pense que Winterfell est trop proche de la frontière allemande. Scheisse.
7 mois pour Fils Aîné et 10 mois pour Fils Cadet.

Pour les aider à se passer de cette fameuse tétée de 2 heures du matin, qui me rendait méchamment désagréable le lendemain matin, nous avons utilisé la même méthode pour les deux ( efficacité garantie ….  euh … sur nos deux Mômes ) :

Avant de s’endormir, j’expliquais au bébé, que cette nuit ce serait papa qui viendrait s’occuper de lui quand il se réveillerait.
Traduisons la pensée du bébé  ( qui, bien sûr, avait tout compris) :
Kewoua, mais papa il n’a pas de tétine géante cachée sous sa chemise? Meuh non, j’adhère pas à ton idée.
Lors du réveil nocturne, ( et après quelques poussées de coude de ma part ) LdmJ se levait et expliquait au bébé qu’il ne le prendrait pas dans ses bras, mais qu’il allait rester à coté de lui jusqu’à ce qu’il se rendorme. Nous avions tout prévu la veille : tapis de sol, sac de couchage, paquets de chips. En général, LdmJ se rendormait jusqu’au matin et assurait éventuellement d’autres réveils du bébé. Très dur la première nuit, beaucoup moins les deux suivantes. [ enfin si l’on excepte la difficulté pour le papa de se rendormir à même le sol … ] La quatrième nuit ( pour les deux Mômes ) : plus aucun réveil à déplorer. Je regrette juste d’avoir attendu 10 mois pour appliquer cette méthode avec le 2ème.

*** COUPURE PUBLICITAIRE ***

Aidons LdmJ à s’endormir sur son tapis de sol, en appelant le marchand de sable grâce à cet chanson qui a été reprise par une grande enseigne de supermarché :

***

 

Notre rituel du soir ( et leur rituel à eux ).

Les lits à barreaux c’est quand même le gros kiff ( oui, je parle le djeun’s ).
Le lit à barreaux, ce truc qui empêche ton Môme de venir interrompre ton épisode de Dr. House, ou de te réclamer à « bouare » pendant le Zapping.
Nous avons tenu bon avec Fils Aîné : deux ans et demi. Puis un après-midi , un bruit de chute, suivi de pleurs : Fils Aîné est sorti de son lit …tête la première. Merdum. Nous avons dû enlever les barreaux et passer au lit de … grand ( enfin tout est relatif vu que le sien ne mesure que 140 cm de long ).
Bilan après une semaine de changement de literie : nous étions passé d’un Môme qui s’endormait en 5 minutes chrono à un Môme qui, heureux de pouvoir tester les relevés inutiles, ne s’endormait en moyenne qu’une heure trente après le coucher …

Période très éprouvante. Aujourd’hui, c’est Fils Cadet , notre testeur de relevés inutiles.

Je vous livre en exclusivité nos soirées :

18h / 18h30 :Bain/mise en pyjama ( 1/2 heure)
Repas des Mômes (20 minutes) ( nous disposons du modèle « morfales » )
Brossage de dents ( 5 minutes )
Lectures du soir ( 15 minutes )  : un parent/un Môme et on alterne chaque soir . Ces lectures sont souvent à base de monstres, de loups et d’oncle Donald. Bref, elle sont calibrées pour activer le cauchemar nocturne. Éventuellement un petit pirate sanguinaire pour varier. [ Apparté : LdmJ imite très bien l’oncle Donald.]
Les impondérables *** ( entre 5 et 30 minutes )
Dernier câlin entre frères ( 5 minutes )
Dernier câlin avec les parents ( 5 minutes )
Dernier verre d’eau. ( 2 minutes )
entre 19h30 et 20 h00 : on ferme les portes.
OUF. Regards de connivence : pouces levés. ( 1 minute )
La porte de Fils Cadet s’ouvre :
Z’ai envie de faire caca !
Merde
 Détaillons les Impondérables :
 Perte d’un doudou. 

Tu commences – je suppose – à connaître Nours Bleu le fidèle compagnon  de Fils Cadet. Nours aime se cacher dans les petits recoins de la maison. Et depuis 3 semaines, il a un nouveau compagnon de jeu :

j’ai eu la MERVEILLEUSE idée de choisir un lot d’éponges qui était vendu avec une petite peluche ( le hérisson de la pub Spontex). Fils Cadet l’a tout de suite adoré et veut passer toutes ses nuits avec. Il a même décidé qu’en dépit de sa taille, c’était la maman de Nours Bleu. Et donc Nours Bleu ne peut dormir sans sa maman. Ce petit hérisson qui doit mesurer 10 cm de long est très facilement « égarable », c’est l’horreur de découvrir qu’il manque à l’appel le soir vers 19h15.

Fils Cadet lui est ravi : il adore jouer à cache cache avec Hérisson.

 
OUIIII, ze va le chercher !
– Oh non … ( soupir parental )
 
Doudou Hérisson ( beaucoup plus doux que la gratounette)
Pour Fils Aîné c’est plus simple : avant il dormait avec son armée de doudous. Puis , nous avons découvert son allergie aux acariens … Les peluches  sont désormais personnes non grata chez lui. ( Cependant nous retrouvons régulièrement Peluche et Nounours dans son lit … )
 Perte de la tétine de Fils Cadet.

Pareil, nous devons avoir 6 tétines qui traînent dans la maison, mais nous avons parfois du mal à en dégoter une seule d’entre elle. C’est gonflant ( pour être polie ).

Le camion Poubelle
Oui, ce dernier vient pourrir notre rituel du soir. En plein milieu de la lecture, PAF ! il débarque, les Mômes surexcités veulent aller le regarder. Et quand ils reviennent, ils souhaitent reprendre l’histoire au début
.-_-.

Une fois ce rituel terminé, s’en suit une longue heure et demi de relevés de Mômes. Des va-et-vient en continu entre leur chambre et les toilettes, entre leurs chambres, entre leur chambre et le salon.
Il n’est pas rare qu’au moment des Guignols de l’Info, nous retrouvions Fils Aîné planqué dans le couloir en train de mater tranquillou les marionnettes.
Fils Cadet a le même transit que Sheldon dans The Big Bang Theory. Il est PRECIS. Tout les soirs entre 20h et 20h15, il doit se rendre au toilettes. L’opération peut durer entre 5 à 30 minutes.
Parfois se joint à nous, un Fils Aîné sautillant qui, lui non plus, ne peux plus attendre, mais qui ne peut PAS aller tout seul dans l’autre salle de bain, car une grosse araignées noire y a élu domicile.
Fils Aîné, pourtant, a la permission de 20h30, c’est à dire qu’il peut lire et écouter de la musique ( pas toujours bien douce, vous en avez vu quelques morceaux choisis dans la bande-annonce ). Puis à l’heure convenue, il éteint après avoir choisi un dernier CD pour s’endormir ( en général je vais l’arrêter vers 20h45 quand il s’est endormi ).
Fils Cadet est donc jaloux de ce traitement de faveur, il aimerait lui aussi avoir la permission de rallumer sa lampe pour jouer.
Puisque nous lui refusons ( et qu’il est trop petit pour parvenir seul à atteindre le bouton ) , il préfère venir jouer avec nous au salon.
C’est un vrai ballet d’excuses bidons …
Cependant, depuis quelques semaines, la palme de l’excuse la plus bizarre est sans nul doute :
Maman, z’arrive pas à bailler, et si ze peux pas bailler, z’arrive pas à dormir !
Suivie de très près par :
Ze me suis fait mal, ze veux de l’arnica. 
( oui, il s’est souvent vraiment fait mal : en se coinçant le doigt dans la porte que nous refermons puis qu’il retourne ouvrir, puis que nous refermons , etc …ou en se jetant sur son matelas si brusquement que son crâne vient taper dans la tête du lit ).
Depuis un mois, je suis à cours d’arnica et à la place je lui donne du Thuya ( on s’en fout, il ne sait pas lire ).
Evidemment l’excuse la plus bidon, mais qui fonctionne le mieux :
Tu viens me faire un câlin : un dernier s’il te plait.
 
( C’est JAMAIS le dernier ! )

*** GENERIQUE de FIN ***

Allez les Mômes, il est l’heure du dodo !
Un brin de nostalgie :

Si cet épisode t’a plu , n’hésite pas à le commenter, l’aimer ou même le  partager. ( Soyons fou ) (  Merci

Si tu as failli t’endormir devant – normal , c’est le thème – , je te promets de faire des efforts sur ma prochaine copie ! ( Et je te fais des bisous quand même pour avoir lu le générique jusqu’au bout. )

***

Rendez-vous sur Hellocoton !
39 Comments