LdmJ et moi avons toujours eu dans l’idée d’avoir seulement 2 enfants. Tout était très clair dans notre esprit.

Puis contre toute attente, j’ai traversé une période de doute il y a un an.

Pour LdmJ, quand Fils Cadet a eu 18 mois, il a commencé à apercevoir la liberté bientôt retrouvée.
Pour ma part, quand Fils Cadet a eu 18 mois, j’ai vu s’éloigner mon bébé et j’en ai conçu une énorme nostalgie.
J’ai décidé alors de faire une liste sur les avantages et les inconvénients d’avoir un troisième enfant. Oui, j’aime faire des listes. Aujourd’hui, en exclusivité, je la ressors pour vous amis lecteurs. Elle peut d’ailleurs s’appliquer à un deuxième, un quatrième, voire un cinquième ( si vous êtes du genre courageux ! )


*** GENERIQUE ***

Huit ça suffit … effectivement ! (cette vidéo date de 1977, notre année de naissance à LdmJ et moi)


 

Quand j’étais une petite fille, je regardais beaucoup de séries télévisées à la gloire de la famille nombreuse, telles que « Huit ça suffit » donc. Mais aussi (surtout) « La petite maison dans la prairie ». Tout avait l’air si merveilleux et parfait (à part qu’ils habitaient à 15 dans une maison en bois).

Heureusement j’ai grandi, et j’ai revu mes prétentions à la baisse. Finalement deux enfants c’était bien aussi. ( Je tiens à préciser que ce n’est pas la série « Mariés, deux enfants » qui m’a convaincu non plus. )

Comme je l’expliquais dans l’intro, quand Fils Cadet a commencé à se révéler plus indépendant, une certaine nostalgie m’a envahie. Et comme j’étais la seule de notre couple a affronter ce désir soudain de troisième enfant, je me suis dit qu’une liste pour ou contre me serait utile, afin que je puisse la relire quand je me sentirais « en manque ».

Vous vous souvenez peut-être de cette liste de Ross : Julie vs Rachel.


Et bien sous le même format, j’ai dressé une liste « 2 enfants » vs « 3 enfants »dans l’idée Gagnant-Gagnant (huhuhu) :  j’ai procédé sous forme d’avantages des deux parties.
De cette façon, quoiqu’il arrivait, je pouvais ressortir ma liste et me contenter de lire la partie qui m’intéressait. Je l’ai retrouvée dans un petit calepin à côté d’une recette de blanquette de veau. ( Mes calepins sont des fourres -tout ).

J’ai développé ici chacun de ces points :

 

AVANTAGES de RESTER à DEUX ENFANTS.

Nous avons deux mains. Techniquement, deux mains, un enfant à chacune et voilà, nous ne pouvons pas plus. C’est notre côté cartésien (matheux si tu préfères). Certains esprits chagrins nous rétorquerons qu’à nous deux, nous avons 4 mains… Ou qu’on peut toujours les entraîner à se tenir la main les uns les autres. Mais je préfère notre théorie.

Je n’ai que deux yeux aussi ! Je suis vraiment très angoissée comme maman, dans un parc de jeux par exemple. Si je suis seule avec eux, j’essaie de me mettre au milieu du segment qui les relie et je tourne la tête à intervalle régulier. Papa cube avait fait un article très drôle à ce sujet . Bon évidemment, je finis toujours par en lâcher un du regard pour aller aider l’autre à grimper sur un truc  » cro difficile, maman  » et cela me stresse.
Maintenant, avec 3 enfants, comment je gère ? Puis-je raisonnablement trouver le centre de cercle circonscrit  du triangle formé par mes 3 enfants (qui est – je le rappelle – le point d’intersection des 3 médiatrices) (et oui, les maths servent dans la vie de tous les jours !) (#Fun with Maths) ( j’arrête avec les parenthèses ).

Sachant qu’en plus ils n’arrêteront pas de bouger ! Voilà mon schéma à moi ( je suis beaucoup moins douée que Papacube mais bon tu visualiseras l’essentiel) :

Si nous décidons d’en faire un troisième, ce sera surement un garçon ! Si nous en revenons aux Maths, la probabilité est d’une chance sur deux. Le souci c’est que dans la famille de LdmJ, ce n’est pas forcément très respecté, si je prends l’exemple de la descendance de mes beaux parents : 4 fils, 3 petit-fils et seulement une petite fille. A vous faire douter du Dieu Probabilité (Poke Mathilde) . En fait il faudrait tester sur beaucoup plus de descendants, et à moins de se donner rendez vous dans 1000 ans, pour l’instant, les statistiques ne sont pas de notre côté.
Parce que tu vois, je n’ai pas spécialement envie d’avoir 3 garçons. Les Mômes sont d’ailleurs en ce moment même entrain de regarder un épisode avec Fifi, Riri et Loulou (YouYou comme l’appelle Fils Cadet), et cela donne à réfléchir … Ils sont déjà assez remuants comme cela nos deux grands, est-ce vraiment la peine de leur donner un autre compagnon de hurlements et de bagarres ? Hein ! Et pis je l’appellerais comment sur le blog : Fils Benjamin ?

Dans très peu de temps, on va pouvoir faire des trucs chouettes avec eux. On se dit depuis des années que nous aimerions les emmener au parc de Sainte Croix, faire une journée au Center Parc près de chez nous, nous rendre à Disneyland, pouvoir se promener sur les crêtes vosgiennes ou même réaliser de longues promenades en forêt. Et à chaque fois, nous concluons par : « Quand le petit sera plus grand ».
Donc, si nous avons un troisième enfant, cela reporte tous ces projets sympas au prochain millénaire (ouais ben 3 ans c’est long, surtout à notre âge !)

Pouvoir avoir du temps pour nous deux. Techniquement avec deux enfants, nous pouvons arriver à les confier en vacances, soit ensemble soit séparément dans nos deux familles, c’est réalisable. Si nous avons un troisième enfant , nous ne serons plus jamais seuls avant qu’ils ne soient adolescents. Aucune sortie cinéma, restaurant en amoureux le soir, plus rien avant 10 ans (et 10 ans c’est LONG !). Je sais bien qu’il y a l’option baby-sitter, mais mon côté mère angoissée s’y refuse.

Ne plus subir des grossesses. J’ai vraiment eu des grossesses éprouvantes nerveusement et physiquement… Non, je n’exagère pas (je préférerais). Pour Fils Aîné : 3 mois d’hospitalisation … Pour Fils Cadet : j’ai été arrêtée à 3 mois de grossesse ( ventre plat et remplacée par une nana enceinte de 7 mois ) ( ma Principale de l’époque m’avait  juste dit que ma remplaçante était vraiment enceinte, elle ) (connasse). J’ai été cerclée à 4 mois de grossesse et ensuite à part me reposer, je ne pouvais plus faire grand chose. ( Mais je suis restée à la maison jusqu’au bout  … ) ( vraiment jusqu’au bout , c’est à dire la 42ème semaine quand même, c’te blague ! ).
Donc, il est certain que si j’ai une dernière grossesse, je devrai repasser par là ( mon col, ce boulet ).
Je ne profite absolument pas de mes grossesses. Le côté « je suis enceinte et super épanouie » ( rajoutez un rire débile et une envolée de cheveux ), je ne connais pas.

Ne plus revivre un accouchement. Mon dernier accouchement n’a pas été spécialement sympathique, je l’ai raconté ici ( si tu l’as raté … ). La théorie selon laquelle, on oublie toutes les douleurs et les mauvais moments une fois que le bébé est là, sont fausses dans mon cas. Je me souviens de tout ! La moindre scène d’accouchement dans une série me donne envie de me plier en deux. Et j’ai des bouffées d’angoisse à chaque gastro : vrai de vrai, dès que je contracte des trucs dans mon ventre, je me revois en salle d’accouchement. D’ailleurs là rien que de l’écrire, mon ventre se contracte (je dois avoir un problème quand même).

L’angoisse de voir son bébé malade. Le moindre bobo me rend dingue (je peux aller jusqu’à crier, ou pleurer selon la gravité) (ce qui est parfaitement inefficace et très gonflant pour LdmJ). Et puis je cogite beaucoup à chaque symptôme. Je me rappelle du jour où j’ai découvert un ganglion enflé dans le cou de Fils Aîné, je n’ai pas dormi de la nuit. Je l’ai conduit tremblante chez le docteur House qui lui a diagnostiqué … suspense … un lupus une angine. Et je pourrais te citer énormément de cas comme celui-ci. Mais je t’épargne la liste.

Pour les bébés c’est pire : tant qu’ils n’ont pas au moins un an, je suis stressée au moindre nez qui coule. Et j’ai peur qu’ils s’arrêtent de respirer.

Sans verser dans le mélodrame, j’ai une histoire familiale et même personnelle qui explique ces angoisses. Et il faut apprendre à les apprivoiser. Un troisième enfant m’épuiserait nerveusement à ce niveau là.

Les études. Faire des enfants, c’est une responsabilité à vie. Nous aimerions leur offrir le meilleur. Et même si notre pays donne des avantages aux familles nombreuse (pour l’instant), on aimerait ne pas avoir à compter quand ils seront adolescents ou jeunes adultes.

La place dans la maison. C’est un peu trivial comme argument, mais nous voudrions qu’ils aient chacun leur chambre. Et dans l’état actuel des choses, nous serons donc obligé de nous séparer de notre bureau (c’est à dire notre deuxième lieu de travail ) , ou de la pièce à musique de LdmJ (et je ne le vois pas mettre ses instruments à la cave ^^).

Je ne veux plus crier ou donner de fessées. J‘ai déjà du mal à assumer mon manque de patience avec eux deux. Parfois ils me rendent dingues. Je hurle, je crie, je mets (rarement, quand même) des fessées : je ne me reconnais plus, comme si je devenais une autre personne. Et comme je n’aime pas cette autre personne, je n’ai plus envie de la fréquenter. Depuis quelques mois, je la côtoie de moins en moins. Quand j’ai écrit cette liste, elle était encore bien là.  J’ai peur de refaire sa connaissance avec un troisième enfant.


 

*** COUPURE PUBLICITAIRE ***


 


AVANTAGES D’AVOIR 3 ENFANTS :

Je serai arrêtée très tôt donc je pourrai écrire et même ouvrir un blog.
Quand j’ai écrit cette liste, je ne voyais pas comment je pourrais à la fois travailler et tenir un blog (la preuve que si !). Ce serait le côté positif de la grossesse : avoir du temps pour moi seule et faire des choses que j’aime (surtout pour m’empêcher de cogiter).

Un troisième accouchement, pour mieux profiter de son arrivée.

J’angoisse en me rappelant la souffrance éprouvée, mais la partie naissance est vraiment merveilleuse ( rajoutez un sourire idiot et une envolée de cheveux ), les premiers instants quand tu le découvres, quand tu vois ses yeux , quand il te choppe le sein et plonge son regard dans le tien. Quand il vient se nicher juste après les tétées dans ton cou et que tu respires son odeur rien qu’à lui, ce mélange de lait et de selles débordantes  et de savon. Quand tes autres enfants viennent découvrir le dernier né, la fierté éprouvée de les voir tous ensemble.
Etre plus détendue avec le bébé.

Mais si, pourquoi pas 😉  ! Peut-être que pour un troisième je serais plus détendue (de toute façon je n’aurais plus de temps pour m’angoisser ! . J’essaierais en tout cas. Pour Fils Cadet, les premiers mois ont été plus faciles, j’étais moins dans la fusion, et je crois qu’il s’en portait mieux, il s’est endormi dans son lit tout seul bien avant son frère aîné. Parce que quand je devais m’occuper du grand, il fallait bien que je pose le plus petit.
Ce sera peut-être une fille !
Gamine, je ne me suis jamais imaginée que je pourrais ne pas avoir de filles. Cela allait de soi, j’aurais des enfants et dans mon esprit je voyais toujours au moins une petite fille près de moi ( je les imaginais très bien entrain  de  dégringoler une colline à côté de la maison  – voir le générique de fin).
Lorsque j’ai su que Fils Cadet était un garçon, j’ai fait ma brave devant les autres mais j’ai pleuré toute seule dans mon coin. Car je savais qu’il s’agissait sans doute de ma dernière grossesse.
J’adore mes fils et je ne me verrais pas sans eux mais si j’étais de nouveau enceinte, cet espoir renaîtrait. Avoir une petite fille, pouvoir l’habiller avec des ROBES, acheter des poupées, l’accompagner dans l’adolescence, dans ses grossesses (oui je vois loin …)
Et puis grâce à elle, je n’aurais pas que des belles-filles. Oui, parce que cela m’angoisse un peu ces histoires de belles- filles qui détestent la mère de leur mari. Certaines, c’est limite par principe. Tout comme c’est limite par principe que certaines belles-mères détestent la copine de leur fils. Pourquoi tant de haine ???
Pensons aux mères de garçons (à moi donc), qui n’auront (très probablement) que des brus. On a le droit d’être sympa aussi. La preuve : ma belle-mère est sympa (et elle me lit surtout) (naaan, Gisèle, je plaisante, tu le sais qu’on t’aime, hein !).

Et enfin LdmJ  pourrait connaître les « joies » (hum) de l’œdipe. Ayant évolué au milieu de 4 frères, il aurait bien aimé avoir une fille, même s’il s’accommode parfaitement d’avoir seulement  deux garçons.

Jolie famille.

Je trouve qu’une famille avec trois enfants c’est chouette, (enfin de loin  …). J’ai toujours la gorge serrée de voir des parents ( à peu près de notre âge ) avec trois enfants autour d’eux. Et chez moi, c’est un signe de frustration : il m’arrive la même chose quand je vois des Viennois au rayon frais et que je sais que je ne peux pas en acheter sous le nez des Mômes. Cela arrive aussi à Ldmj quand il songe à s’acheter une troisième  guitare, un peu comme cela  :

Avoir un dernier bébé à câliner / à embrasser / à allaiter. C’est la séquence nostalgie : en même temps quel que soit le nombre d’enfants que nous aurons, il y aura toujours un petit dernier ( ou une petite dernière ). Mais cela me manque déjà, alors que les Mômes sont encore si avides de câlins. J’ai parfois du mal à profiter de l’instant présent.

Parce que J’ EN AI ENVIE ( j’avais souligné 3 fois cette dernière remarque )
Oui, c’est un peu le dernier argument de Ross dans sa liste : qu’est-ce qui cloche avec Julie …. Et bien ce n’est pas Rachel.

C’est l’argument coup de cœur, celui qui balaie tous les autres, qui ne s’explique pas, ne se domine pas. Celui qui vient du plus profond de soi.

***

EPILOGUE 

Un an plus tard, je me suis reprise. Il est peu probable que nous ayons un troisième enfant. Premièrement LdmJ n’est pas du tout passé par les mêmes réflexions que moi et n’en souhaite pas d’autre. Je ne peux pas donc faire de bébé toute seule ( maintenant tu as une chanson bien pourrite en tête ). Et enfin, un mois après avoir écrit cette liste, j’ai cru être enceinte … Et au lieu d’accueillir cette nouvelle avec joie, j’ai paniqué. Je n’étais donc pas prête, et ne le serai sans doute plus jamais plus. Je n’ai ressenti que du soulagement à l’annonce de ma non-grossesse …

Aujourd’hui, je tiens un blog, qui me prend presque autant de temps qu’un troisième enfant. J’ai un lectorat modeste mais extrêmement sympathique. Je me suis lancée dans une nouvelle aventure presque aussi passionnante que la maternité  (faut pas exagérer non plus). Merci d’être là les amis, merci de me commenter, vous êtes top :). Et un merci particulier à Agnès qui en une seule journée a réussi à entrer directement à la troisième place du Top Cinquante des commentateurs.

La vision de LdmJ sur cet article est ICI. Et sa liste personnelle est LA. (Elle vaut le coup d’oeil , je vous la conseille) .


 

*** GENERIQUE DE FIN ***

Et pour le plaisir, un générique de fin qui me rend toute nostalgique.
Avec les 3 filles que je n’ai pas eues, mais qui auront enchantées mon enfance :

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
34 Comments