Fun with Maths # 1 [ Résultat du concours Minus Editions Inside ]

Tu connais très certainement cette hilarante web-serie de Sheldon Cooper : Fun with Flags !
D’où cette idée géniale et mystérieuse que nous avons eu à Winterfell de créer une nouvelle série qui va déchirer de la copie :
 » Fun with Maths  » – Premier Episode
Si tu comprends cette vanne « complexe », tu as tout mon respect.
Où comment répondre à l’éternelle question de nos élèves :  » Pfff, mais à quoi cela va-t-il nous servir tout ça ? » autrement que par :  » Bah, à obtenir ton brevet, déjà « 

********************La minute pénible culturelle**********************

Le mathématiques sont indispensables pour les sciences dominantes telles que la physiques, la chimie, l’informatique, l’économie, ou la gestion ( j’en oublie certainement ). Ces sciences ne peuvent s’exprimer sans des algorithmes très élaborés. Il faut donc voir les maths comme un outil, comme une langue dans laquelle s’écrivent les autre sciences.
En gros ton ordinateur ou ton smartphone ont besoin de mathématiques pour fonctionner.
Là où nous faisons erreur dans notre enseignement, c’est de supposer qu’il faut faire de l’apprentissage des mathématiques un pré-requis, avant de montrer quels problèmes concrets elles peuvent résoudre. Les élèves ne comprennent donc pas pourquoi ils font des maths…
L’idéal serait de faire venir des ingénieurs dans les classes pour expliquer l’utilité pratique de ce que les élèves sont entrain d’apprendre.
Mais les programmes sont si chargés que nous n’avons guère le temps de nous appesantir sur leur état d’âme concernant la matière. De plus, les élèves actuels voudraient trouver une utilité immédiate à ce qu’ils viennent d’apprendre. Ce sont de vrais consommateurs.
Je ne me suis jamais posée cette question, car pour moi les Mathématiques s’apparentaient à un jeu très divertissant d’aspect assez magique ( La Carne dirait que j’ai une tête d’ampoule ), d’ailleurs si comme elle tu n’aimes pas les maths, tu peux aller lire son article ici.

Voici pour l’introduction.

*****************************************************************

Revenons à notre sujet : Une application CONCRÈTE du cours de troisième de maths !

LdmJ m’a gentiment prêté une de ses séances informatique de 3ème sur l’utilisation d’un tableur grapheur ( Excel quoi ).

Elle consiste à savoir utiliser le tableur dans le cas d’une répétition d’une même expérience aléatoire : par exemple, que se passe-t-il si je lance 1000 fois un dé ?

 

Les Maths sont un outil très efficace pour prédire ce qui va se passer. ( Elles sont utilisées notamment en météorologie. )
Tout au long de l’année de 3ème, LdmJ a fait découvrir des fonctionnalités d’Excel, notamment une formule qui permet d’obtenir un nombre entier généré au hasard par l’ordinateur.

Pour ceux que cela intéresse, ALEA est un nombre décimal strictement entre 0 et 1, ENT est une fonction qui élimine tous les chiffres après la virgule, et * est le symbole de multiplication. Ainsi cette formule permait de générer au hasard un nombre entre 1 et 6. ( Puisque dans son cas, il voulait simuler un lancer de dé )

Cette méthode peut se personnaliser pour déterminer au hasard des gagnants par tirage au sort !

J’en arrive donc à la partie qui vous intéresse ( bande de vautours ! )

La semaine dernière j’ai organisé grâce à Minus Editions un concours qui consistait à faire gagner à 3 de mes lecteurs, un de leur petit cahier d’activité !

Merci pour vos participations !

27 pour le livre  » Oh les bêtises  »
24 pour  » Même pas peur des araignées » et enfin :
22 pour  » Ah si j’étais président  »

J’ai donc utilisé Excel pour trouver nos 3 gagnants !

Voici mon tableau :

Il manque les signes « = » , mais c’est pas grave car au Brevet on le compte juste quand même alors qu’en vrai, ça ne marche pas sans le « = ». Ouais.

Et maintenant une main innocente appuie sur la touche entrée :

Donc les gagnants sont :
Les participations B1 : Elo pour  » Oh les bêtises ,  A22 :  Emilie Clairétoile pour « Même pas peur des araignées »  et P 22 : Maman d’amour pour  » Ah si j’étais président  »

Bravo les filles.
J’attends donc vos adresses postales que je puisse transmettre vos coordonnées à Julie et Alexandra.Pour tous les « losers »  😉 , sachez qu’une autre maison d’édition s’associera à mon blog pour vous faire gagner un livre personnalisé. Rendez-vous donc vendredi prochain !Et sachez que pour  les 100 likes de sa page Facebook, LdmJ organisera également un concours ( mais ce sera musical ).

Rendez-vous sur Hellocoton !

21 thoughts on “Fun with Maths # 1 [ Résultat du concours Minus Editions Inside ]

  1. Question: comment expliques tu que certains nombres « sortent » plus que d’autres? Je dis ça car ça parlait du loto avant à la télé, des chances de gagner etc, et au loto il y a des numéros « chauds », c’est prouvé!

    1. Holà, il est bien tard pour répondre à ce genre de question :p . En gros plus il feront de tirages du loto, plus ces numéros soi disant chauds tendront vers la probabilité 1/49 de sortie. Pour l’instant, les tirages du loto ( bien que fort nombreux) n’ont pas encore été suffisamment importants.
      Si tu lances 4 fois un dé, tu peux très bien obtenir 3 fois le nombre 6, et tu te diras que 6 est un nombre chaud (ou que ton dé est pipé ) , mais si tu lances 10 000 fois le dé , le 6 aura qu’une fréquence de sortie proche de 16,6%, comme chacun des 5 autres nombres possibles.
      Pour avoir 10 000 tirages du loto ( à raison de 3 fois par semaine ) il faut répertorier tous les tirages sur 80 ans … ( LdmJ a fait le calcul 😉 )Et là, il n’y aura plus de numéros qui se distingueront !

    2. oui ça c’est clair que plus il y a de tirages … Mais si même avec tous les tirages du loto il n’y en a pas eu assez, c’est un truc de fou!
      Le dé je me disais que je ne le lançais pas assez pour être à 1 chance sur 6.
      Mais vu que le loto ça ne fonctionnait pas non plus, je me suis mise à douter des probas.. Bon OK j’y crois de nouveau.

    3. En fait plus il y a de choix ( 49 c’est pas mal ) plus le nombre de tirage nécessaire à la simulation doit être important.
      Je suis contente que tu crois de nouveau au Dieu Proba ( c’est important 🙂 )

  2. A « madame à quoi ca sert ça?  » je réponds invariablement : « bah en fait, je vais être honnête à… rien ». Et là j’ai capté mon public, ils se disent « enfin une qui reconnaît que franchement on se prend la tête pour rien, qui va pas nous saouler trop longtemps » j’en vois même qui sourit, pensant que je suis de leur côté. En même temps, c’est pas complètement faux : on se sert rarement du théorème de pythagore quand on est charcutier traiteur !
    Après un petit temps, nécessaire pour qu’ils savourent leur victoire, je dis « ah si attends (lire la déception sur les visages, petit moment très sympathique) ça sert à être moins bête et vu tes questions je pense que pour toi il est nécessaire d’augmenter la dose : on se voir prochainement pour un petit rattrapage ? (comprendre heure de retenue) » Rire (presque) général, l’élève qui a eu le bon goût de poser la question se sent obligé de dire « euh on ça va aller » ; je savoure ma petite victoire et, comme j’aime beaucoup le comique de répétition, je passe mon heure (voir celle d’après) à dire « pour ceux qui veulent devenir moins bêtes, je propose de copier le cours-faire l’exercice truc- compléter la BD démo mais Truc ne te sent pas obligé »
    Une fois par an dans chaque classe, ça suffit !

    1. Finalement cette année je n’ai eu qu’une seule fois la question et la semaine dernière en plus. Je ne pourrais pas leur répondre comme tu le fais, même si je comprends ta finalité.
      Ceci dit, je ne m’étale pas trop non plus. Mais en général selon le point du programme, j’arrive toujours à en trouver quelques applications pratiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.