Les bibliothèques de nos enfants sont remplies de livres en tout genre. Beaucoup d’entre eux leur ont été offerts comme cadeau d’anniversaire ou de Noël, mais principalement ce sont des livres trouvés en bourse aux jouets ou en vide grenier.

En complément de son aspect fondamental, la lecture est un bon moyen de les canaliser les jours de grande excitation. Quand ils se sautent dessus en hurlant « On fait n’importekwa sur le canapé ? » il suffit de dégainer un livre pour les calmer. Fils Cadet passerait des heures sur nos genoux à écouter des histoires. C’est sympathique mais cela nécessite une patience et une abnégation digne d’un moine bouddhiste. En effet, si tu lui laisses le choix, il revient avec une montagne de Petit Ours Brun et quelques T’choupi. D’où la question existentielle du jour : « D’où vient cette fascination pour ce genre de lecture ? »


*** GÉNÉRIQUE *** 


1. Petit Ours Brun

Les ayant achetés, nous sommes donc les premiers coupables , jugez plutôt :

Celui en bas à gauche est à réserver aux adultes
Ce sont des lectures faciles et courtes, idéales pour une histoire du soir ( point de vue parental évidemment … ). Mais franchement le contenu laisse à désirer et a quelque peu vieilli.
Prenons « Petit Ours Brun fait une grosse bêtise ». Un épisode fort apprécié des deux miens !
Comme Petit Ours Brun est tout seul et qu’il s’ennuie ( ses deux parents égoïstes doivent s’amuser grave à corriger des copies dans leur coin …) il décide de faire un dessin.

Et comme il n’a pas de feuilles ( et pas de langue pour en demander une ) mais par contre un gros stylo qui tache sous la main, il décide d’écrire sur le mur de sa chambre ( classique ) …

Le graphisme n’est pas terrible tout de même …

 

…et sur la porte aussi ( trop marrant … ). En fait il massacre les quatre murs de sa chambre.

Parce que les petites bosses sur la porte c’est vraiment trop rigolo …
Que va-t-il se passer ? Comment vont réagir ses parents ? Ont-ils lu Françoise Dolto ?

 

Voici la solution proposée par Maman Ours Brun :

 

Ah non, elle a dû lire le Laurence Pernoud de 1969.
C’était la dernière page. Donc Petit Ours va se prendre une bonne fessée comme punition. Si vous êtes contre la fessée, cela va être compliqué de trouver une autre légende à l’image : vu la position de la main de Maman Ours, tout le monde aura une idée bien précise de ce qu’elle s’apprête à faire. D’ailleurs, cette version a déjà dû être censurée et réécrite car on a l’impression qu’elle va carrément le baffer.

Cette histoire a-t-elle eu un impact positif ?Quelques temps APRES que avoir lu ce petit livre, Fils Aîné qui n’avait jamais rien écrit sur les murs de sa chambre, s’est amusé à crayonner au stylo BILLE sur les tiroirs de sa commode, … la commode de marque allemande très chère dont les tiroirs en bois sont peints de jolies couleurs allant du jaune pale à l’orange …

 

Sur le premier tiroir il a écrit l’alphabet dans son intégralité, sur le deuxième les nombres de 1 à 10.
Comment croyez-vous que nous ayons réagi ?
Je me suis d’abord extasiée sur le fait qu’il connaisse par cœur son alphabet à moins de 5 ans.
J’ai crié très fort ( cela soulage ). Fils aîné a caché ses fesses de ses deux mains ( il avait lu Petit Ours Brun ). Ensuite, LdmJ et moi avons décidé qu’après l’école, il ne regarderait pas son dessin animé et devrait nettoyer. Bon soyons honnête, il n’y est pas arrivé et après l’avoir laissé galérer 1/2 heure, c’est moi qui ai tout enlevé ( avec beaucoup de mal ) mais le principe de la punition était respectée, et il n’a pas eu de fessée.

Bref sur la dernière page, Maman Ours aurait pu lui envoyer une éponge à la tronche et lui demander de réparer sa bêtise, mais la pédagogie n’est pas le fort des Petits Ours Brun. Autre preuve en image, dans « Petit Ours Brun fait une grosse colère ». Petit Ours grogne, tire les cheveux de sa poupée, se roule par terre, pleure, chouine, un vrai petit ours en colère et devinez ce que décide de faire sa maman pour le calmer :

Suspense …

 

 

Ok, ok, on a compris la politique de la maison.

 

Facile, le débriefing avec ton enfant après la lecture.

 

Fils Cadet : Il va avoir une fessée, Petit Ours ?
Moi ( pitoyable ) : Bah tu vois Maman Ours, elle est très fâchée  …
Fils Cadet : Elle est méchante Maman Ours ?
Moi ( touchant le fond ) : Non, elle fait aussi des câlins ( des fois ).

Est-ce qu’une fessée calme un enfant ? Pas sûre, vous passez à un autre niveau de cris pour lui, et d’énervement (et de culpabilité) pour vous. Il m’est déjà arrivé de mettre des fessées …  cela ne m’a pas paru une solution efficace et je n’en suis pas fière …

En tout cas, si tu désires lire une histoire sur la colère et comment apprendre à son enfant à la dominer je conseille plutôt : « Grosse colère » de Mireille d’Allancé.


**** Coupure Publicitaire ***
à paraître :


2. T’choupi

T’choupi est plus contemporain, pas de fessée dans sa maison, en même temps T’choupi vit chez les Manchots Bisounours … C’est donc plus facile. Son papa est un super papa, qui est toujours prêt à taper dans le ballon avec son fils ou réparer son vélo, sa maman est toujours très calme face aux colères de son T’choupi et fait de bons gâteaux. Le petit garçon passe beaucoup de son temps à chercher Doudou ( Doudou se perd facilement dans cette maison ) pour ensuite prendre un air ravi quand il le retrouve ( il a des bonheurs simples ). T’choupi a une petite sœur ( évidemment ses parents ont eu un garçon ET une fille ) toute mignonne.

Dans la vie de T’choupi les problèmes se règlent très rapidement :

Tchoupi c’est l’heure du bain !
– Oh non, pas tout de suite maman, je joue.
– Allez, viens je te mettrai du bain moussant…
– De la mousse qui sent bon, youpi !

Voilà ! Problème résolu.

Vous pouvez toujours tenter cette solution avec vos enfants. Personnellement, à Winterfell,  les séances de bains moussants se terminent avec des Mômes passablement énervés qui après s’être fait la barbe de Papou en mousse (mouhaha, hilarant), se souffle ladite chose dans la tronche puis sur le tapis de bain, puis dans toute la pièce qui se transforme peu à peu en dance floor lors d’une soirée mousse. Il ne reste plus qu’à mettre SNAP en fond sonore.

Autre situation critique :
T’choupi ne veux pas prêter ses affaires à son copain Pilou.
Pilou décide donc de s’amuser avec ses propres jouets.

-Ouah ! Il est beau ton tracteur Pilou, tu me le prêtes ?
– Non, je ne veux plus jouer avec toi.
-Tiens Pilou, je te prête tous mes jouets. Alors tu veux bien qu’on joue tous les deux ?

Page suivante, ils s’amusent ensemble tout gentiment (parce que Pilou LUI il veut bien prêter). Pas de cris, ni de hurlements, ils ont réglé le problème entre eux. C’est beau. Je ne comprends pas pourquoi cette technique ne marche pas à la maison.

T’choupi fait parfois des trucs moches tout de même : par exemple, à l’école il LIT pendant la sieste, et c’est même la maîtresse qui lui propose :

Les enfants, on laisse de la lumière pour que T’choupi puisse lire son livre …

Personnellement je change systématiquement la légende : « Pilou dort déjà, T’choupi ne va tarder à s’endormir lui aussi. » Enfin, maintenant que Fils Aîné sait lire, c’est plus compliqué de changer la donne.


*** Coupure publicitaire ****

à paraître :

3. Les Monsieur, Madame.

J’avais gardé un souvenir ému de cette série. Quelle ne fut pas ma déception de lire des histoires plus abracadabrantesques les unes que les autres ( l’auteur doit prendre des substances illicites encore expérimentales )  … et longues, mais longues !

Les personnages sont répétitifs ou franchement flippants :

  • J’ai un peu du mal à voir une différence de comportement entre M. Étonnant dont la voiture est une baignoire, M. Farfelu qui habite une théière avec des fenêtres et Mr Rigolo qui conduit une chaussure …
  •  Les parents de M. Tatillon ( photo ci-dessus ) ont dû le prénommer Adolphe ( et peut-être même avec un « f » ).
Les dialogues ne sont  pas très crédibles :
 
  • « Monsieur Malchance sauta de son lit mais fut entraîné à toute vitesse à travers la chambre par sa planche à roulettes qui traînait là. Il termina sa course dans sa baignoire. »
  • « Voilà mon instrument ! s’écria Mr Bruit [ NDLR : une batterie … ]  je vais jouer de la musique pour mes voisins et ils seront contents ! »
  •  « Je suis désolé dit le gardien, mais le zoo est fermé car tous les animaux sont enrhumés et cela les rend bien tristes. »
Des conclusions dignes d’une dissertation de grande section de maternelle :
  •   « L’histoire de M. Bruit fit beaucoup de bruit. »
  • « M. Costaud ne regretta plus jamais d’être costaud. »
Enfin, il faut reconnaître que les enfants adorent cette série, … et puis certains personnages sont sympathiques. J’ai une tendresse particulière pour celui-ci :
Oui, lisons M. Silence !

 

Je n’ai pas déterminé pourquoi ces histoires plaisaient autant à mes enfants. Je suppose qu’il s’identifient à Petit Ours, T’choupi ou M. Bruit ( LdmJ les identifie surtout à ce dernier ).
Heureusement la littérature enfantine regorge aussi de petites pépites dont je parlerai dans un prochain billet.


*** GÉNÉRIQUE ***

Et vous ? Quelles sont les lectures adorées de vos enfants et détestées par vous même ?

Un petit complément ? L’article de LdmJ est –> ICI et une blague LA.

 
Rendez-vous sur Hellocoton !
17 Comments