Kids, je vais maintenant vous dévoiler la suite de notre histoire. Rappelez- vous du précédent épisode : votre père et moi avions fait des choix de villes universitaires différentes. Après nous être perdus de vue durant 2 années,  il est finalement allé poursuivre le reste de ses études dans une vraie ville.


*** GENERIQUE ***


Nous nous sommes retrouvés devant l’amphi le premier jour de notre licence de maths et avons échangé quelques nouvelles de façon un peu empruntée. Nous étions les seuls à être en avance d’une demi-heure – signe manifeste du destin. Cependant il semblerait ( selon sa version de l’histoire ) qu’une fois mes amies arrivées, je l’ai complètement abandonné.

Durant ces deux années je m’étais bonne-ifiée : j’avais remplacé mes lunettes par des lentilles et enfin compris que le mono sourcil n’était plus à la mode depuis le crétacé. Cette découverte de la pince à épiler m’avait permis d’avoir d’autres petits amis ( enfin 1 ).

Cependant votre papa est resté de marbre devant cette métamorphose, et durant notre année de licence, nous ne nous sommes pas trop parlé  ( la vie nous ayant ENCORE séparé en nous plaçant dans des groupes de travail différents ). Je me rappelle seulement d’une longue conversation devant le rayon bonbon du magasin Match. Le vigile était venu nous déloger au bout d’une heure, en nous priant  ( et moitié en plaisantant ) d’aller terminer cette conversation ailleurs. Malgré cette invitation, votre père ( menaçant l’équilibre cosmique ) ne m’a pas proposé d’aller prendre un café. Aujourd’hui, il affirme qu’il savait très bien que je ne buvais pas de café et que me proposer d’aller boire un thé à 20 ans n’était pas très excitant …

Je l’ai tout de même revu plusieurs fois quand il a tenté ( sans succès ) de sortir avec ma très jolie voisine de chambre. Certaines mauvaises langues lui auraient même suggéré de se rapprocher de moi afin de se rapprocher d’elle. [ NDLR Si un de mes lecteurs se reconnait, sache que maintenant je le sais ! ]

Ensuite, la vie nous a de nouveau séparés ( je pense kids qu’il y avait un complot contre vous ) :
Il a fait une prépa CAPES et moi une Maîtrise de Mathématiques.
Il a fait une deuxième prépa CAPES et moi une Prépa-Agrégation ( minute mouhahaha ).
J’ai eu d’autres petits amis ( enfin 2 quoi … ). Lui soignait entretenait son cœur blessé après une rupture.

En Septembre 2000, ayant échoué à nos concours respectifs ( comment çà : « Encore ? » sache Fils aîné que le CAPES était un peu plus difficile à réussir qu’une Grande Section de maternelle ! ), nous nous sommes retrouvés dans le même groupe de Prépa CAPES, tous deux célibataires. Et oui, c’est grâce à nos échecs successifs que vous êtes là, les enfants ( je dois reconnaître que sur le moment nous ne voyions pas cela comme une chance … )

A cette époque, votre père cultivait un certain style : à mi-chemin entre le gothique ( n’oublions pas qu’ il avait le cœur brisé … depuis au moins 3 ou 4 ans ) et le musicien maudit, il composait des chansons tristes sur sa guitare et n’aimait qu’une seule journée dans la semaine : le lundi, jour de répétition avec son groupe ( si justement nommé alundi ).


*** Coupure musicale  ***

La dernière vidéo de Robin Sparkles Daggers dedans ! 

 


Néanmoins, nous sommes devenus très proches et étions souvent l’un chez l’autre. Nous avons même fait des trucs totalement dingues – attention  True Story  :

  • Une sortie cinéma d’un romantisme torride : Chicken Run un mercredi après-midi au milieu d’une ruche de gamins de moins de 10 ans. ( oui, les enfants, le film avec les poules que vous aimez tant … )
  • Le visionnage de la dernière émission de « La chance aux chansons » sur son canapé en mangeant du chocolat ( à jeun ).
  • Une déprime commune après les écrits du CAPES en achetant des disques – notamment celui là – ( après avoir raté un examen ou un concours, c’était son rituel ) et en se retrouvant devant le site internet de Jean Louis 2000 dans la salle info de la fac ( OMG ce site existe encore – mais il est moins drôle quand même ).

Je me rappelle notamment d’une après-midi où il m’a confié :
« Il faudrait que je sorte avec quelqu’un comme toi … »
Regard intéressé de ma part (je fais très bien le regard intéressé). Cependant, il n’a pas poussé son raisonnement jusqu’au bout (le comble pour un matheux) puisqu’il n’a rien rajouté. Regard agacé de ma part (je fais très bien aussi le regard agacé).

Selon sa version de l’histoire, votre père assure ne pas avoir voulu sortir avec moi à cette période (deuxième minute mouhaha) . J’ai donc des doutes. Comme vous le verrez quand vous serez plus grands mes enfants, dans un groupe d’amis, composé de plusieurs personnes célibataires, tout le monde désire à un moment ou à un autre sortir  avec tout le monde. C’est statistiquement prouvé.

Il suffit de regarder Dawson pour s’en convaincre :

mais comment j’ai pu tenir 5 saisons o__Ô, le moment LOL à 2mn55 ( pardon )

Je suis sortie avec quelqu’un d’autre, un pianiste pour changer ;
Johnny -Tom Hanson-  Depp  était bel et bien oublié ( Pacey l’avait supplanté ).

… To be continued

 *** Générique de fin ***

( avec un teaser du printemps 2001 dedans )

La suite de l’histoire est ICI

Droit de réponse : Ne manquez pas sa version de l’histoire par LdmJ sur sa page FB, c’est -> ici <-
Rendez-vous sur Hellocoton !
14 Comments