Jeudi 3 Novembre 2050. 07h49.

 

Ils m’attendent derrière la porte. Je les entends rire, chahuter, s’énerver. Dans une minute, je devrai leur ouvrir …

 

Toute jeune prof, je me souviens avoir regardé Boston Public : une série plutôt sympa qui relatait les petites histoires d’un lycée, en se concentrant particulièrement sur la vie affective et professionnelle de ses enseignants. Je me souviens de la jolie et jeune prof blonde qui prenait son métier très à cœur (mais qui en fait était super ambivalente – ambiance : je prône l’abstinence pour les lycéennes et je mets de meilleures notes aux élèves blancs). Bien, bien. Mais en fait, je me rappelle surtout de ce personnage  :

Fyvush_Finkel_6565656

Source : opinie-filmowe.blogspot.fr

Harvey Lipschutz … Je ne sais plus quelle matière il enseignait mais pour moi ce type était un dinosaure. Il avait manifestement passé l’âge de la retraite depuis fort longtemps, mais il était toujours là, immuable, avec des méthodes d’enseignement d’un autre âge (et des nœuds pap’ ridicules). Je me souviens m’être énervée deux ou trois fois devant l’écran, trouvant impensable de laisser des personnes de son âge devant une trentaine d’adolescents. Ils ne se comprenaient plus.

Je me disais : « Pff, c’est bien les Etats-Unis, ça … Des personnes âgées, obligées de travailler pour se payer une sécurité sociale … »

Voilà.

Aujourd’hui, je suis Harvey Lipschutz.

En femme.

Bon, disons que je suis le professeur McGonagall.

Mcgonagall

Source : harrypotter.wikia.com

En beaucoup moins respectée.

En même temps, j’enseigne les maths, c’est moins fun que les métamorphoses (« fun » expression à la mode au XXème siècle).

Au début de ma carrière, je savais que je devrais travailler jusqu’à 64 ans. Puis, les gouvernements successifs ont reculé cette échéance. Mais cette fois-ci, c’est la bonne : je devrais pouvoir m’arrêter en fin d’année scolaire. J’ai bientôt 73 ans.

Le métier d’enseignant, tel que je l’ai connu, a presque complètement disparu : nous avons quasiment tous été remplacés par des « professeurs virtuels » voir des machines … Je n’y croyais pas il y a 40 ans. C’est l’Etat de Floride qui le premier a ouvert des classes sans professeurs. Je pensais à une mode éphémère … une expérience comme une autre.

Puis, il y a eu la crise des vocations au début des années 2010. Plus personne ne voulait exercer notre métier. Les jeunes profs ont été embauchés en signant des contrats de droit privé à partir de 2018 : « La sécurité de l’emploi est une hérésie » martelait Sarkozy dès 2014. Pourtant, heureusement que nous sommes encore là, nous autres dinosaures qui avons été embauchés avec un statut de « privilégié ». En 2050, les seules personnes de 70 ans à travailler, ce sont les fainéants de fonctionnaires avec leur statut archaïque. Le chômage des seniors crève le plafond. D’ailleurs mes enfants entrent dans l’âge critique (la quarantaine) … Je crains beaucoup pour leurs prochaines années.

Les profs ne se bonifient pas avec le temps. Nous ne sommes pas comme le bon vin. Le fossé des générations devient trop important. J’ai vu de nombreux collègues sombrer dans le burn-out professionnel à l’orée de leur 60 ans. Certains bien avant. Se faire bordéliser par des gamins qui te respectait une dizaine d’années plus tôt, c’est désespérant. A-t-on encore la force morale de se battre ?

Certains ont pu se reconvertir, passer à un travail plus administratif et retrouver une certaine estime de soi. Beaucoup se sont transformés en « professeurs virtuels » : derrière un écran. Sans autre échange avec leurs anciens élèves que des mails via des réseaux intranets, des corrections bâclées et des discussions vides de sens. Les places pour ce métier sont chères. Cet enseignant peut s’occuper de 5 fois plus d’élèves qu’auparavant (pour une meilleure gestion du personnel) (dans l’intérêt de l’élève) (par mesure d’économie). Ils est corvéable à merci et doit être joignable à tout moment de la journée, mais nombreux préfèrent cette manière de travailler. Se cacher. Pour ne plus les voir.

Gamine, quand j’imaginais l’avenir, je voyais des voitures volantes, des robots bienveillants, une vie plus facile libérée des contraintes quotidiennes. Je me suis bien trompée. La réalité de notre monde actuel ressemble plus à la vie à bord du vaisseau « L’Axiome » dans Wall-E qu’à celle des gamins joyeux sur overboard de Retour vers le Futur (tu noteras mes solides références culturelles) : nous sommes devenus des êtres qui évoluons séparément et qui vivons par procuration derrière un écran. Les relations humaines sont devenues inutiles.

Wall-E-06

Source : cinema.critictoo.com

De fait, nous ne sommes plus qu’une poignée à enseigner de manière traditionnelle. Mais les plus âgés d’entre nous lâchent prise, et l’Education Nationale ne peut se permettre de garder des professeurs obsolètes et au bout du rouleau : on nous convie donc à quitter le métier. Démissionner. Pour rejoindre la cohorte de chômeurs du troisième âge.

J’ai tenu bon jusqu’ici.

Et pourtant …

Je suis lasse. Ils m’attendent derrière la porte … Je ne les supporte plus. Ils ne me supportent pas. Pour eux, je suis un paillasson, une vieille peau, une entité sur laquelle faire leurs jeunes crocs. S’affirmer. C’est tellement facile.

J’étais appréciée, respectée et j’ai vraiment aimé mon métier.

Aujourd’hui, mes élèves me minent et me dévorent de l’intérieur.

 

La sonnerie a retenti. Je dois leur ouvrir.

Encore quelques mois.

Encore une journée.

Encore une heure.

Ou pas.

Je mourrai peut-être sur scène. Sous les projecteurs néons de ma salle. En enseignant jusqu’au bout.


 ***

[Ce billet a été écrit pour un rendez-vous organisé par Juliette Merris de l’excellent blog « Je veux un bébé » et le non moins génial Papacube. Elle a invité les blogueurs qui le souhaitaient à écrire un récit d’anticipation situé en l’an 2050. ]

Voici d’autres participations :
Paf le PafMoi Timothée8 à la maison, Aiko katon, AstridM, Cranemou, Crevette d’eau douce, E-zabel,
Je suis une pesteJeveux1bebe, la tribu de Juju, La vie de Selky, Lili aime le nougat, Mamananonyme,
Maman@home, Marmots bio, , PapyCube, Papy Hérisson, PapilionPapipanique, Sabine & Associés

Rendez-vous sur Hellocoton !
29 Comments